On ne nous dit pas tout…

il y a
1 min
37
lectures
12

« Ecrire c’est creuser dans du noir ». (Guillevic) « Ecrire, c’est dessiner une porte sur un mur infranchissable, et puis l’ouvrir ». (Christian Bobin) Du noir à la lumière  [+]

La douleur va crescendo... Et on ose appeler ça la délivrance, scande-t-elle in petto, dans un soliloque désespéré. C'est sûr, le supplice du chevalet ou celui de la roue devaient être de véritables parties de plaisir à côté de ce qu'elle endure depuis quelques heures.

Dans ses rares moments de répit entre deux pics de contractions, elle se demande pourquoi elle a cédé aux instances de son mari. Après tout, c'est vrai, c 'est lui qui a souhaité avoir un enfant au départ. Un petit bout d'homme - ou de femme à la rigueur - , un petit bout d'eux en somme, qui serait là pour perpétuer leur existence quand le sablier aurait terminé d'égrener le temps qui leur était imparti.

Facile, pour lui ! Il n'a pas eu le plus mauvais rôle dans l'histoire. D'autant que là, on l'a fait sortir pour une raison qui lui a échappé et qu'elle se retrouve seule en première ligne. Planqué !

Se maudissant pour sa faiblesse, elle se sent prête à jurer n'importe quoi à n'importe qui en échange d'une heure, une seule heure, sans cette douleur lancinante qui lui déchire les entrailles. Pas d'amateur ?

A travers ses paupières mi-closes sur son marasme interne, proche de la démence, elle capte la pâle silhouette de l'élève-infirmière censée lui apporter quelque réconfort. La pauvre essaie de remplir sa mission de son mieux. Elle vaporise à la demande, pétrit gentiment la main crispée sur le bord du lit, indique quand il faut souffler et pousse la conscience professionnelle jusqu'à haleter régulièrement tel un vieux chien asthmatique.
Elle est parfaite.

Elle ne commet qu'une seule erreur en se penchant au-dessus de la parturiente en délire pour réajuster la perfusion qui, lui avait-on assuré, allait accélérer le travail. Poussant un cri à faire chavirer un navire vent debout, celle-ci lui agrippe le gras du bras et pince la chair offerte avec une force qu'elle-même n'aurait pas soupçonné avoir encore.

L'infirmière hurle à l'unisson, surprise de ce qu'elle prend pour des représailles imméritées. A juste titre. Mais pas question de lâcher ce bras salvateur pour autant. Elles s'en sortiront toutes les deux ou elles y resteront ensemble.

Alertés par les hurlements désormais ininterrompus de l'une et de l'autre et - enfin - convaincus qu'un drame affreux est en train de se dérouler dans leurs murs, deux médecins et trois sages-femmes déboulent dans la salle de travail.

Juste à temps pour t'accueillir, mon amour... Bienvenue parmi nous, ma fille. Merci d'être.

Tu verras, mettre un enfant au monde est absolument fabuleux !
12

Un petit mot pour l'auteur ? 8 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de JAC B
JAC B · il y a
Un évènement que beaucoup de femmes vivent dans leur chair et qui marquent leur vie, un point de vue féminin , de l'humour mais aussi un peu un passage de flambeau comme aux JO: c'est une FILLE. Ce "Merci d'être", quel joli message. Bonne continuation Alauda.
Image de Florence Cartraud
Florence Cartraud · il y a
Le texte se rythme au gré des contractions et le mot de la fin est un cri de victoire
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Très bon texte
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Une démystification salutaire ! :-))))
Image de Al. O'WOLF
Al. O'WOLF · il y a
Un magnifique récit sur les péripéties de l'enfantement. Le miracle que seules les femmes sont capables de réaliser. C'est beau !!!
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Ce qui est terrible c'est que l'on soit capable de faire cela !
Une force surhumaine nous est donnée à cet instant !

Image de christine A
christine A · il y a
Parfaitement décrit.... selon mes souvenirs ! Bravo.
Image de JLK
JLK · il y a
Petit nouveau-né, bienvenue à Covidland...😊