Mauvaise graine

il y a
3 min
1 155
lectures
800
Finaliste
Public

"Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé." Merci de ne pas m'apprivoiser. Lien vers les publications libres du site :  [+]

Image de Hiver 2018 - 2019

Souvent, entre les dalles disjointes, poussent les mauvaises herbes.
Celles qu’au printemps, on cherche à arracher, en vain, tant les racines sont coriaces.

Dans les ruelles de la ville, entre les pavés, pourtant, aucun signe d’adventice.
Trop d’ombre peut-être, trop de gaz d’échappement. Même les plantes les plus tenaces, même les plus vindicatives sombraient dans le désespoir, renonçaient à survivre.
Ici ou là, simplement, un peu de terre noire sourdait.

Janis, citadine jusqu’au bout des ongles, fleur de bitume s’il en est, empruntait souvent ces ruelles. De son pas de belle de trottoir, elle y usait ses bottes et ses escarpins. Talons carrés, jours de relâche, plutôt aiguilles, nuits d’affluence.
Sur ce terrain accidenté, elle allait du soir au matin, le pied sûr, le port altier mais ses hanches roulant dans l’étui d’une jupe fendue, sa cuisse adressait un clin d’œil coquin à tous ceux qui passaient.

Comme une star de défilé, Janis ne regardait jamais ses pieds quand elle marchait. A tour de rôle, chacun venait se poser devant l’autre. Pourquoi les poupées de nuit n’auraient pas la même classe que les femmes-objets des plus grands couturiers ? se disait-elle.
Et puis, il lui fallait garder le regard en alerte, à l’affût de l’homme là-bas qui hésite et qu’on encourage à faire le bon choix d’une bouche gourmande, de la voiture qui ralentit sur l’avenue masquant de ses vitres teintées un inconnu argenté dont on veut attirer l’attention, ou encore, du timide, du débutant, de l’indécis qui passe et repasse, un peu pressé, sur le trottoir d’en face, poursuivi par sa mauvaise conscience qu’on ne doit pas laisser le rattraper.
Pas de racolage, non, mais une façon de saisir toutes les opportunités. Quand Janis fixait un homme, il ne pouvait plus s’échapper. Les yeux de Janis étaient deux puits pour assoiffés. Le noir de son iris disputait à sa pupille un éclat et une profondeur où chaque client se noyait, corps et âme.

Janis ne regardait jamais ses pieds quand elle marchait mais ce soir-là, alors qu’elle regagnait l’impasse, sa chaîne en or se brisa. Son pendentif, son amulette, sa plume de bécasse dorée, vint tinter contre les pavés et Janis s’empressa de la ramasser.
Alors, à la lumière du réverbère, pour la première fois, elle remarqua quelques poils qui émergeaient entre les pierres... Des moisissures probablement, issues de la terre humide et asphyxiée, comme celles qui gangrènent les légumes ou les excréments des chiens. Elle y prêta peu d’attention sur le moment.

Une semaine plus tard pourtant, en bas de l’escalier de cet hôtel de passe, le bien nommé « cul-de-sac » qui hébergeait son ardeur et l’humour gras de son patron tout au bout de l’impasse, marquant un temps d’arrêt pour ajuster son bustier, Janis baissa à nouveau les yeux, mue par une soudaine curiosité... Étrange... Elle s’accroupit.
C’était un fait : les poils avaient changé, ils semblaient plus drus, plus noirs. Ce n’étaient pas des moisissures. Quant à savoir ce que c’était... elle prendrait le temps de regarder demain. Sa nuit commençait à peine, elle ne pouvait se permettre de s’attarder.

Au matin du jour suivant, elle descendit résolument observer le phénomène de plus près. C’était indiscutable, les poils avaient encore poussé. Devant le perron de l’hôtel, chaque pavé se trouvait à présent encadré de fourrure.
Elle la tâta du pied. Elle semblait moelleuse bien qu’aussi grossière que la crinière d’un cheval. Janis rechignait à la toucher main nue, comme si elle s’apprêtait à caresser le pelage d’une charogne. Malaise. Tabou. Et puis, la question sanitaire se posait, mieux valait être prudente. Elle se dit qu’il lui fallait acheter des gants et partit à pied vers les rues commerçantes.

Pour la première fois, elle marcha en gardant les yeux rivés au sol. Au bout de dix mètres, la fourrure se clairsemait. Arrivée à l’intersection avec l’avenue, les poils avaient totalement disparu.
Janis se retourna et regarda son impasse. La fourrure y créait un dégradé de gris tendant vers le noir aux abords de l’hôtel dont l’enseigne avait cessé de clignoter. Un frisson parcourut Janis comme un mauvais présage qu’elle décida d’abandonner sur place.
Retrouvant son pas habituel, elle continua sa route.
Elle passa au magasin, fit, comme prévu, quelques emplettes, puis décida de se balader sur les quais. Elle mangea un morceau à la terrasse d’un petit bistrot mais pas moyen de se sortir la fourrure de l’esprit, il fallait qu’elle enquête. Elle reprit donc rapidement le chemin de l’hôtel alors qu’une bruine venait engrisailler son seul jour de congé.

A l’angle de l’impasse, elle fut prise à la gorge par l’odeur de chien mouillé qui en émanait. Elle sortit de son sac une fiole de parfum, en imprégna son foulard afin d’atténuer la puanteur et, prenant son courage à deux mains, s’enfonça dans l’impasse.
La physionomie des lieux s’était encore modifiée. La ruelle était à présent engloutie sous une steppe animale. Janis avait l’impression de marcher sur le dos d’un mammifère. C’est au rat qu’elle pensa... Finalement, même avec des gants, elle n’avait aucune envie de toucher.
Plus elle s’approchait de l’hôtel, plus le pelage devenait dense. La fourrure gagnait les murs, soulevait le crépi, agressait les bâtiments. L’hôtel ligaturé paraissait étranglé... Elle monta l’escalier jusqu’à sa chambre. Pas d’électricité. Le réseau avait dû être endommagé.
Elle ressentit alors une urgence, celle de fuir, là, tout de suite.
De toute façon, plus un client ne viendrait là.
Elle fit ses affaires et partit sans se retourner, le regard droit devant.
Surtout ne pas regarder ses pieds.

Souvent, entre les dalles disjointes, poussent les mauvaises herbes.
Celles qu’au printemps, on cherche à arracher, en vain, tant les racines sont coriaces.

800

Un petit mot pour l'auteur ? 291 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda  Commentaire de l'auteur · il y a
Pour ceux qui veulent en voir la mise en image par Marsile Rincedalle :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/mauvaise-graine-par-marsile-rincedalle
Son travail est magnifique !!!!

Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Époustouflant de beauté !!!
Image de Virginie Denise
Virginie Denise · il y a
Est-ce que regarder devant soi nous projette dans un avenir aux multiples possibles?
Est-ce que regarder nos pieds réduit notre vision au présent qui peut être un poil effrayant?
Fleur de bitume ou pas, j'aime l'idée de regarder loin devant soi.
Merci pour votre belle écriture.

Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci beaucoup pour votre passage sur ce texte étrange et merci aussi pour votre belle interpretation
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
L'imagination fait le reste, on a envie de connaître la suite mais non, en fait, chacun peut interpréter comme il le souhaite. La nature (végétal et animal ?) reprend toujours ses droits. En tout cas ton écriture est poétique, cette fleur de bitume et ce clin d’œil que fait la jupe fendue, très jolies images !
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Pour sa version en concours de Short j'avais mis une fin mais elle était là comme une obligation de chute et ça ne me plaisait pas. Une fois le texte récupéré, j'ai pu l'enlever et redonner au texte sa vraie nature et je suis contente de l'avoir retrouvé dans une forme fidèle à ma première intention.
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
D'ailleurs faut-il toujours une chute ? Laissons le texte comme on a aimé l'écrire, parfois les chutes dénaturent l'effet qu'on a créé je trouve. J'ai déjà lu des textes où ça gâchait carrément tout, c'est dommage. Pour "Aucune ombre au tableau" Short m'avait demandé de revoir la chute, justement, car elle n'était pas assez claire pour eux, je l'ai fait (c'était mon premier texte envoyé ici) mais j'ai trouvé que l'élan n'était plus là, pas aussi authentique que pour le premier jet finalement. Mais bon c'est pas grave non plus ;)
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
J'ai lu essentiellement tes poèmes. J'irai voir à l'occasion.
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Oui si tu veux, aucune obligation... je n'ai rien écrit depuis plus de six mois, pas le temps :(
Mais au moins là ça y est je suis en vacances et je reviens lire ! Et ça fait du bien.

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Quel drôle de texte! Je ne sais pas si j'ai aimé ou pas mais vous avez un style et une imagination incroyable.
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Ce texte s'est échappé tout seul, je ne savais pas où il voulait aller. C'est le plus autonome de tous ceux que j'ai écrits et j'en ai été la première lectrice surprise.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
On a l'impression d'un rêve, de quelque chose de très personnel; c'est en tous les cas d'une originalité rare, trouve-je! :)))
Image de JLK
JLK · il y a
Basile reste ma préférée. Dans celle-ci, la fin me laisse un peu sur ma faim.
Le sujet pouvait peut-être donner matière à une nouvelle plus développée,
on imagine une "végétation" envahissant la ville comme une revanche sur l'Homme
et le béton, un conte fantastique où les mauvaises herbes seraient un peu ce que sont
les oiseaux dans le film d'Hitchcock... Maintenant, c'est plus facile à dire qu'à faire.
Pour le style, en tout cas, chapeau.

Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci. Je trouve ça bien que mon texte préféré ne soit pas forcément le même que celui des autres :)
Image de Oscurio De Syl
Oscurio De Syl · il y a
J'hésite entre interprétation littérale, fantaisiste ou carrément métaphorique en imaginant que les mauvaises herbes sauraient d'autres filles du bitume placées là par on ne sait qui... Comme dit par d'autres, un texte qui stimule l'imaginaire et laisse des portes ouvertes. J'aime beaucoup
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci. Ma première intention était de ne pas mettre le dernier paragraphe... je regrette d'ailleurs de l'avoir inséré mais tant pis :)
Image de Séverine Cappiello
Séverine Cappiello · il y a
"Fleur de bitume". splendide image. ça ferait peut être un plus beau titre encore pour une édition future
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci beaucoup !!
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Relu après passage chez Rincedalle. Tj aussi bon.
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci Loodmer
Image de Alex CROW
Alex CROW · il y a
J'arrive à l'instant, c'est... flamboyant.
Scotché je suis.
Dans une vie antérieure j'ai logé dans une pauvre piaule au dernier étage d'un hôtel de passe, pendant un an, les filles sont devenues des copines au fil des semaines. Dur "métier".
On tapait parfois le carton à leurs heures libres et on se retrouvait certains après-midis à la plage. De bons souvenirs.

Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci Alex. Va voir la très belle mise en BD que Marsile m'a offerte si tu ne l'as pas fait. J'ai été très honorée.
Image de Alex CROW
Alex CROW · il y a
C'est fait.
Quel artiste ! Et ses textes, une régalade et tellement bien écrits. Sans oublier un vocabulaire d'une richesse rare.
Merci-merci.

Image de La luciole
La luciole · il y a
Bravo Volsi! j'ai commencé par lire la mise en bd de ce texte. Association magnifique de Marsile et vous! Les mauvaises graines pour chasser les mauvaises herbes. Absurdité géniale :) J'espère qu'il y aura une suite et une mise en bd .
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Pas de suite prévue mais c'est gentil d'être passé(e) par là.

Vous aimerez aussi !