Lui

il y a
2 min
45
lectures
14
Du tréfond de ma mémoire,
Dans un épais brouillard,
Des images très anciennes
Petit à petit me reviennent
Les pieds dans les flaques d’eau, au milieu du marché de Shanghai, je découvre un autre monde. Sur des cagettes à même le sol, des poireaux, des pommes-de-terre, des choux, des carottes, des pommes, des fruits-du-dragon, etc.... Multitude de couleurs pour égayer cet endroit sombre, dissimulé, cloîtré à quelques mètres du Sheraton. Ça grouille autour de moi. Dans un seau des bestioles comme de gros vers de terre. Des serpents tricottent, s’enroulent, se déroulent entre eux. Deux-trois chiens noir-blancs, l’oreille dressée, l’œil apeuré, ficelés comme les cochonnets exposés à côté. Là, encore des tortues. Dans des bols toute une pharmacopée : serpent, pangolin, tortue, escargot, le tout finement broyé, des herbes également, séchées et écrasées. Les odeurs attaquent mes narines, les animaux tournicotent, brouillent ma vue. Je les vois s’envoler, devenir poussière, m’attaquer, certains s’accrochent, veulent se libérer, m’empêchent de bouger. Je suis dans une boule souvenir que l’on a secouée. La neige est rouge. L’un des flocons me colle à la peau. Il est gros comme une balle de tennis. J’ai beau battre des mains il me suit. Dans l’avion de retour il s’accroche à mon dos, se promène sur les passagers et toujours revient vers moi. Il grossit, grossit, devient ballon de baudruche mais ne s’envole pas. Il reste soudé à mon corps, l’enveloppe tout entier, le serre comme un étau. Je tousse, me démène en vain. C’est une masse gluante, comme cette pâte molle et informe que les enfants aiment triturer entre leurs mains. La boule, avec un regard féroce, se divise en particules, petites poussières de virus. Ils se posent sur mes amis, mes voisins, les marcheurs, les promeneurs. Ils se faufilent, les agrippent, leurs collent à la peau. Impossible de s’en défaire. Chaque particule a pris la physionomie de la boule mère, un regard haineux, un sourire narquois. Je l’entends me dire : « je suis plus forte que toi, plus forte que tous. Vous ne m’aurez pas. C’est moi la reine du monde. La reine des neiges, qu’elle rigolade. Les Rois du monde, une belle chanson qui me fait marrer. C’est moi le roi, c’est moi la reine, je suis plus forte que vos Tchernobyl et autres bombes atomiques. Je suis discret. Je ne fais aucun bruit, je suis invisible. Je m’infiltre là où je veux. Tu peux courir, tu ne m’auras pas. » La miette devient agressive. Tous les humains tombent à terre. Je ne sais plus si le monde existe. Je bats l’air dans l’espoir de faire fuir tous ces minuscules virus invisibles. Mes battements de bras ne servent à rien. Je souffle, je tousse. Ils me terrassent, j’étouffe.
Dring...Dring...Dring...
Le réveil !
Une douche froide pour me sortir cette nuit d’enfer de la tête. Filer à l’hôpital pour prendre la relève de mes collègues. Et, constater que, ce n’était qu’un demi-cauchemar...
14

Un petit mot pour l'auteur ? 20 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dranem
Dranem · il y a
Un sacré trip !
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Un cauchemar qui mute dans la réalité ...
Image de Maria Angelle
Maria Angelle · il y a
hélas. Merci pour la lecture
Image de Nelson Monge
Nelson Monge · il y a
Très agréablement mis en "images" !
Image de Maria Angelle
Maria Angelle · il y a
Merci d'avoir lu. Hélas nous n'en sommes pas encore débarrassés
Image de Blandine Rigollot
Blandine Rigollot · il y a
Ce récit, très actuel et visuel, secoue le lecteur, comme la douche qui secoue le narrateur. Ou quand le rêve et le réel se rejoignent, pour le meilleur ou.. le pire.
Image de Maria Angelle
Maria Angelle · il y a
Merci pour votre commentaire
Image de Arthur Rogala
Arthur Rogala · il y a
Très sympa ce texte, poétique, visuel, original, bravo :)
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Un "fantastique" qui donne à la réalité toute sa vision cauchemardesque.
Image de Maria Angelle
Maria Angelle · il y a
Oui esperons que cela s'arrete rapidement
Merci

Image de Fabienne Maillebuau
Fabienne Maillebuau · il y a
Très original, et le froid de la douche qui rattrape le cauchemar... ou la réalité! Mon vote et courage au corps médical dont vous faites sans doute partie.
Image de Maria Angelle
Maria Angelle · il y a
Non je ne fais pas partie du corps médical mais je pense à eux!
Merci pour votre commentaire.

Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Un texte agréable à lire, je soutiens !
Image de Maria Angelle
Maria Angelle · il y a
Merci beaucoup
Image de Jennyfer Miara
Jennyfer Miara · il y a
C'est de la poésie en prose, incroyable! J'ai beaucoup aimé :-)