Les Hommes masqués

il y a
3 min
75
lectures
20

Grande fan de "Harry Potter", "Derrière la haine", " l'assassin habite au 21", "Le jour où j'ai appris à vivre"... La lecture est une délicieuse passion  [+]

Je regarde autour de moi. Tout est noir. J’essaie de bouger mes doigts, mes orteils mais c’est compliqué. Après un effort surhumain, j’arrive enfin à ouvrir mes paupières. Ce que je vois et surtout ce que je ressens, ne me mettent pas vraiment à l’aise.
Une femme masquée apparait dans la porte. À ma vue, elle se fige un instant puis appelle son supérieur. Après de longues minutes passées à supporter les questions de ces deux inconnus, ils finissent par me laisser en paix.
Tout me revient maintenant : Le feu rouge, le crissement des pneus, le bruit sourd des ambulances et enfin, le trou noir. Un individu passe devant la porte de ma chambre. Je l’interpelle.

- Excusez- moi monsieur.
- Oui.
- Pouvez-vous me dire quel jour nous sommes ?
- Nous sommes le 20/03/2020.
Oh punaise. J’ai perdu trois mois et demi de ma vie dans ce foutu lit à ne rien faire à part dormir.

Je me demande ce que fiche Leila. J’aimerais tant lui dire ce que j’ai ressenti ce foutu jour où on a failli se perdre pour toujours. J’aimerais tant lui raconter cette horrible journée que je viens de passer. Mon corps qui me fait souffrir, les questions interminables du docteur, le bruit des machines et surtout l’odeur étouffante des médicaments.
Mais je suis sûr qu’une fois ma sœur est là, j’irais beaucoup mieux.

Cela fait une semaine que suis conscient. Mon état s’améliore. Rapidement. Beaucoup trop rapidement pour un type qui sort du coma. Je ne vois pas beaucoup de monde, le corps médical est très occupé.
Le pire, c’est que je suis interdit de sortir de mon terrier. Mais il y a quelque chose d’un peu suspect : Même le kinésithérapeute porte un masque alors que je n’ai rien de contagieux. Mais peut-être qu’il est malade.

Aujourd’hui, je quitte l’hôpital. Je suis très content d’abandonner cet endroit si sinistre et de revoir le visage chaleureux de ma petite Leila.
En me dirigeant vers la sortie de l’hôpital, je remarque une grande agitation. Je passe devant le réceptionniste qui est tellement débordé : une file de personnes espacées et masquées s’impatiente devant lui. Ce dernier m’interpelle et me balance un masque.

- Mettez-le. C’est pour votre sécurité monsieur.
Je ne comprends pas trop ce qui se passe. Le masque est dans ma main mais je ne sais pas pourquoi je devrais le mettre. Je regarde cette file d’hommes et de femmes masqués, qui me contemple bizarrement. Comme si j’avais la peste ou que je portais une arme et que je pouvais tous les tuer d’un moment à l’autre.
Je pense que j’ai raté quelque chose. Mais pourquoi personne ne m’explique ce qui se passe, je dois savoir ce que j’ai manqué pendant ces 3 mois et demi.

Je franchis la porte de l’hôpital et mets mon masque quand même. Deux gars d’une vingtaine d’années circulent tranquillement. Je vais dans leur direction.
- Excusez-moi messieurs. Puis-je vous demander pourquoi tous ces gens portent-ils des masques ?
Ils me dévisagent le temps d’une seconde puis, ils se regardent entre eux et finissent par éclater de rire.
- Sérieux bro ! Elle est bonne celle-là. Je t’aurais bien tapé dans la main mais, tu sais, le mystère n’en veux pas. Quelques rire et les voilà partis.
- Dernière chose. Ton masque, tu l’as mis à l’envers.
Il ne me manquait plus que ça. Je l’enlève, le retourne, et voilà le travail.
Que dois-je faire maintenant ? Après de longues réflexions, je décide d’acheter des éclairs au chocolat, les pâtisseries préférées de Leila.

Je rentre dans la boulangerie et en quelques minutes, je sors avec mes éclairs encore tout chauds. Je marche tranquillement quand je me retrouve devant l’un de mes magasins préférés, il est totalement désert. Je m’aventure à l’intérieur et en regardant les articles proposés, je tombe sur les journaux de la semaine. Les grands titres m’alertent : Le Coronavirus a emporté 2000 personnes dans le pays ; L’épidémie du Covid-19 a provoqué la crise économique la plus grave depuis 1... ; Le nombre de personnes au chômage augmente en flèche ; Le virus fait de plus en plus de victimes surtout dans les maisons de repos...

- Vous avez entendus les dernières nouvelles ? me demande le vendeur en me montrant la petite télé vissée sur le mur. Il augmente le volume : La RTBF en direct :
...et le nombre de décès se multiplie chaque jour. Le Covid-19 a ravagé le cœur de la capitale. Les quartiers du nord en souffrent le plus. Écoutez cette mère qui a perdu son fils il y a quelques jours.
Oh mince alors ! C’est le visage de ma voisine qui apparait sur l’écran.
Je laisse tomber les journaux. Les éclairs au chocolat aussi. J’accours vers le métro, direction chez moi.
- Et qui va nettoyer tout ça ??!
Pourvue qu’elle soit encore en vie...
20

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Les bagues

Blandine Rigollot

Vous êtes là. Vous êtes toutes là, sagement blotties dans vos écrins dont les parois brûlent depuis longtemps sous l’assaut de vos feux. Béryl, améthyste, perle, grenat, cristal... Ma... [+]