2
min

Le retour d'Ulysse

Image de MCV

MCV

1172 lectures

931

FINALISTE
Sélection Public

C’est le chien qui m’a alerté. Trois aboiements brefs, aigus, aussi sonores que des coups de clairons, suivis d’un sourd grognement de gorge, c’est son signal spécial « Retour du père ». Je n’aurais même pas eu besoin de regarder par la fenêtre. Mais je l’ai fait, tout de même. On ne peut pas s’empêcher. Une silhouette en bas, au détour du chemin. Un chapeau, un bâton. Une démarche. J’ai dit « C’est lui ! ».
Un « Non » a claqué, du côté du buffet où la mère était en train de ranger la vaisselle. Un non qui voulait signifier « Ça ne peut pas être lui, pas au bout de deux ans ». Ou bien « Non, sans blague, le revoilà ! » Ou alors « Qu’il aille au diable ! » Un peu des trois, sans doute. Avec elle, on ne peut jamais savoir. Je me suis dit qu’elle exagérait parce que tout de même, s’il reprenait sa place elle serait soulagée. Moi, ce n’est pas avec mes visites du dimanche que je peux suffire, même si je me charge du marché de la semaine. Parce qu’il y a le travail avec les bêtes, et puis les ventes au marché. J’ai senti comme une grosse boule « Pourvu qu’elle ne le mette pas à la porte ! »
Elle n’a même pas jeté un œil par la fenêtre. Mais je la connais. Elle savait. Comme le chien, comme moi. On savait. Elle est entrée dans la chambre, a fermé la porte et lorsqu’elle l’a ré-ouverte, elle avait revêtu la robe d’il y a deux ans. Celle du soir où il était rentré ivre, et où j’avais compris, au regard qu’elle lui avait lancé, que ce n’était pas la première fois. Ivre à ne tenir debout qu’en s’appuyant aux murs, et encore. Il avait trébuché. En se rattrapant au bord de la table il avait fait tomber une assiette. Le bruit, l’exaspération rentrée, la mère l’avait cinglé d’un bon coup de torchon. Elle a toujours eu le coup de torchon rapide, la mère. Je me souviens des soirs où je rentrais tout crotté de l’école. Il a beuglé « Elle est pas prête, la soupe ? » et il a essayé de la frapper (lui, c’était le coup de poing qu’il avait facile), je me suis interposé, on s’est battus. Et pas qu’un peu. Il s’est à moitié assommé lorsque sa tête a heurté le coin du placard et, quand il s’est relevé, il était dégrisé. Pesamment, il a repris son bâton, sa besace, a franchi la porte et nous nous sommes retrouvés seuls comme des idiots. Elle n’a rien dit. Le soir, je serais bien resté, au cas où, mais elle a dit « Pas la peine, j’ai le chien ». Il n’est pas revenu. Et voilà. Deux ans. De temps en temps, on nous rapportait que quelqu’un l’aurait vu, dans un autre village, une autre vallée, sur un chemin, dans un bar ou je ne sais où. On a vite fait de dire n’importe quoi. La mère haussait les épaules « Ah bon ». On me disait que j’aurais dû entamer des recherches, que les gendarmes sont là pour ça, que ce n’est pas normal un type qui part, comme ça, en abandonnant sa maison, sa femme et ses poules.
Caché par un repli de terrain, l’homme va bientôt réapparaître au débouché du chemin. J’entends marcher sur le gravillon. J’entends souffler. La pente est raide, on est toujours essoufflé, à la fin. Le chien lève la tête. La mère n’a pas bougé. Elle a mis ses mains dans les poches de sa longue jupe noire. Choc d’une chaussure qui heurte la barre de seuil. La porte s’ouvre. Je pense « Il aurait tout de même pu frapper, au bout de deux ans ! »
Il se carre sur ses jambes, dos bien droit, son regard clair fait le tour de la pièce :
« La soupe est prête ? »

PRIX

Image de Automne 2018
931

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ray dit Kourgarou
Ray dit Kourgarou · il y a
J'arrive bien tard et pourtant ne suis pas Ulysse. j'aurais dû lire ce texte depuis longtemps. Désolé.
Je prends trop de temps à écrire mes âneries et j'oublie de lire les superbes productions de mes rares lecteurs-trices. (Lecteures ? Lecteuses ? Je me perds un peu avec toutes ces féminisations de mots).

·
Image de MCV
MCV · il y a
Il nez jamais trop tard!
·
Image de Ray dit Kourgarou
Ray dit Kourgarou · il y a
... d'arriver à l'heure pour la soupe aux pois cassés ?
·
Image de RAC
RAC · il y a
Une atmosphère bien particulière... Peut-être une suite du type "grande libération" ?!
·
Image de MCV
MCV · il y a
Une grande libération? Genre "et vlan la soupière en pleine face"? Je n'y avais pas pensé. Mais pourquoi pas...
·
Image de RAC
RAC · il y a
Oui pas mal mais je suis certaine que vous pouvez faire beaucoup mieux...plus indideux voire plus cruel ?!
·
Image de MCV
MCV · il y a
Oui, la soupière en pleine face, c'est un peu trop direct. J'ai tout à inventer.
·
Image de Arletyna
Arletyna · il y a
Diable ! Mais qu'il aille au diable ce père alcoolo, au coup de poing facile et qui revient sans aucune excuse ! Et la mère, comment peut-elle attendre et apprécier le retour de ce malotru ! Et le fils.... Diable, je suis entrée dans cette histoire, je les ai vu ces personnages d'une autre époque et j'ai eu envie de leur botter le cul ! Et puis,je me suis ravisée... oui, j'ai réalisé que ce n'était qu'une fiction.....rudement bien écrite :)
·
Image de MCV
MCV · il y a
Est-ce vraiment une fiction? Merci d'être passé!
·
Image de Arletyna
Arletyna · il y a
C'en est une puisque vous en faites un récit. On sait que les récits sont remplis du vécu des uns, des autres...
·
Image de MCV
MCV · il y a
Vous avez raison!
·
Image de Jacques Franchino
Jacques Franchino · il y a
Heureux qui, comme Ulysse... oui, mais si la soupe n'est pas prête ?
MCV, j'ai lu les quelques textes que vous avez mis en ligne sur SE: ils sont beaux, riches dans le fond et la forme.
J'aime votre regard, votre sensibilité et votre écriture.
Merci pour ces superbes découvertes.

·
Image de MCV
MCV · il y a
Oh! Merci...
·
Image de Maxidelire
Maxidelire · il y a
Bravo. A-t-il fait un long voyage ? Au regard de son fichu caractère, j'imagine qu'il ne fut pas paisible...
·
Image de Lilytop Harent
Lilytop Harent · il y a
Il n’y a rien à dire - c’est oui ou c’est non - Pas de mitigé.
Tout de même on a l’impression su il était toujours là !
Cordialement

·
Image de MCV
MCV · il y a
D'une certaine manière oui, puisqu'on ne savait pas où il était...
·
Image de Gil Nathan
Gil Nathan · il y a
J'aime l'ambiance de ce texte tout en rusticité, gestes silencieux, tension : la campagne d'avant les tracteurs... Désolé d'arriver derrière Ulysse !
·
Image de MCV
MCV · il y a
C'est pas grave! Le commentaire me fait très plaisir. Quant aux tracteurs, ils n'ont jamais vraiment pénétré dans les campagnes montagneuses que je connais...
·
Image de Randolph
Randolph · il y a
Très bon texte !
·
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
J'ai failli le rater... :)
·
Image de J.H. Keurk
J.H. Keurk · il y a
Le temps suspendu et...
·
Image de MCV
MCV · il y a
exactement!
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Ma mobylette est en panne, je n'ai pas pu aller à l'usine ce matin. Elle était crevée. Tous les jours à racler le bitume, je peux comprendre. Et puis c'est moche le goudron, ça pue quand il ...