Le merdier

il y a
3 min
1 758
lectures
333
Lauréat
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Le charme de ce récit réside dans le subtil équilibre des genres qu’il parvient à instaurer, sans même qu’on le voie venir ! La chute

Lire la suite

"Savoir qu'on n'écrit pas pour l'autre, savoir que ces choses que j'ai écrites ne me feront jamais aimer de qui j'aime, savoir que l'écriture ne compense rien, ne sublime rien, qu'elle est  [+]

Image de Printemps 2021

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Ce que je voudrais, ce que je voudrais vraiment, avant de mourir, c'est revoir mon visage.
Chaque fois qu'elle me rend visite, Philomène me demande si je veux quelque chose, mais cette génération est pressée, elle répond toute seule à sa question, avant que j'aie le temps d'ouvrir la bouche, elle dit : je sais ! Je vais t'apporter du raisin, c'est la saison, et puis on ne vous donne pas assez de fruits ici, qu'est-ce que tu as eu hier, déjà ? Une orange ? C'est bien, mais bon, ce n'est pas facile à manger, tu veux que je t'apporte un couteau ? Et puis, trop tard, pffft, évaporée, dix jours, quinze jours, qui sait, je suis censée savoir, mais voyons, Mamie, j'étais en vacances, tu sais bien, ou : je t'avais dit, mon déménagement, ou la petite qui a été malade, ou ce nouveau travail, voyons, Mamie, tu sais bien.
Je ne sais rien. Elle reviendra. Mais elle n'apportera ni le raisin ni le couteau promis, à la place, ce sera autre chose dont elle s'imagine que j'ai besoin, une couverture, des vitamines, des gâteaux secs, ma petite-fille est un tourbillon, les infirmières la trouvent gentille, moi elle me fatigue, elle parle trop et trop fort, et elle est toujours déjà repartie, et puis j'oublie à chaque fois de lui dire ces simples mots : je voudrais revoir mon visage.
J'ai passé tant d'heures à l'observer, et maintenant je vais mourir sans l'avoir revu.
Je passe mes doigts sur mes joues, je dessine le contour affaissé de ce qui fut, j'essaye de retrouver sous mes mains ce qui s'est altéré sans changer, ce qui me constitue, mais tout est noir et flou et insondable sans le regard, sans ces yeux qui ont vu tant de choses, de paysages et de gens, qui ont plongé dans tant d'autres regards pour finalement se noyer dans un seul, le tien.
Mes yeux de pluie quand tu étais loin de moi.
Mes yeux de sable lacérés par les doutes.
Mes yeux de lumière au lendemain de notre première nuit.
Mes yeux de vent au cœur de toutes mes fuites.
Mes yeux de cristal des moments trop heureux.
Mes yeux de charbon des luttes épuisées.
J'ai demandé à la petite infirmière brune, Yasmina, de m'apporter une glace. Elle est gentille, Yasmina, elle est aimable alors qu'elles ont tant à faire, elle m'a dit : patience, madame Leuwen, il y aura de la glace en dessert mardi ou mercredi, au chocolat avec un peu de chance.
C'est « miroir » que j'aurais dû dire, bien sûr. J'ai cherché le mot, mais quand je l'ai retrouvé, elle était déjà repartie, elle est toujours si occupée. Le temps des gens n'est plus le mien, leurs minutes sont différentes, mes derniers jours se traînent dans l'ambivalence proche de ce temps inutile, déjà regretté, dans le courant d'air étonné des portes qui se referment, dans ce qui ne sera plus, demain, ce soir, très vite, ce « très vite » qui signifie aussi « dans peu de temps », mes heures se bousculent sur la ligne d'arrivée, dans une hâte innocente et superflue.
Avant de mourir, je voudrais me regarder finir de vivre, suivre au fond de mes yeux les traces de ces moments uniques, y lire une angoisse légère, et peut-être une révélation, le profil d'un autre paysage, une voile qui casse l'horizon, la silhouette des pertes partielles ou inconsolables qui ont jalonné ma route.
Ces dernières pages de ma vie, je voudrais à la fois les savourer et les passer, la fin je la connais, mais je ne devrais pas précipiter les choses, il faudrait que je les lise tout de même, pour être sûre de n'avoir rien manqué, être certaine qu'il n'y avait que cela, et tout cela.
S'il y a un endroit où je pourrais être rassurée, avoir la certitude de te retrouver quand je ne serai plus, quand j'aurai disparu de ce monde de vieux qui sent la soupe et le désinfectant, cet endroit, je sais que ce n'est que dans mon propre regard que je pourrai l'apercevoir.
Avant de mourir, je voudrais revoir mon regard, et t'y rejoindre.

J'arrête la camionnette devant l'Ehpad, et j'attends, ah voilà Youwen, un brave petit gars, mais bon, y va pas plus loin qu'on le pousse, qu'est-ce qui m'a pris de le prendre comme apprenti ?
Youwen traîne des pieds et se gratte la tête, il va falloir expliquer au patron, ça va pas être de la tarte.
Il est sûrement encore allé se fourrer dans un merdier quelconque, ce n'était pourtant pas compliqué, vérifier les radiateurs, les purger, que de la routine.
Il monte lourdement dans la camionnette, se carre en soupirant au fond du siège.
— Salut, gamin. Alors ?
— Ben.
— Ben quoi ?
— Une drôle d'histoire, patron.
— Je l'aurais parié ! Tu es encore allé te fourrer dans un merdier !
— C'est pas ma faute !
— Bon, allez, on va pas s'énerver... Raconte.
— J'étais dans la chambre d'une vioque...
— Une personne âgée, putain ! Je t'ai déjà dit...
— Ouais, du coup, ben, je regardais avec le miroir sous le radiateur pour vérifier, quoi, comme tu m'as dit, et elle m'a dit si je pouvais lui prêter mon miroir...
— Ah ouais ?
— Et du coup, j'ai dit oui, et moi je devais encore purger les radiateurs de la salle à manger et je lui ai dit je repasse après reprendre le miroir.
— Et ?
— Bah, quand je suis revenu, y avait les meufs toutes super excitées, ça criait dans tous les sens, en fait la v... personne âgée avait carrément disparu !
— Elle était partie se balader ?
— Bah non, elle était vachement vieille et elle pouvait plus se lever ni rien. Et sur son lit, y avait juste mon miroir. Elle a genre vraiment disparu. Ils étaient fous les autres !
— Et t'as fait quoi ?
— Bah, je voulais pas d'emmerdes, alors je l'ai laissé là, puis je suis sorti et je t'ai attendu.
— Bon, écoute, à partir de maintenant, tu fais gaffe à tes outils, OK ? Ça coûte cher, puis j'suis pas Crésus. Donc, tu t'arranges, tu ramènes tout en fin de journée, OK ?
— Ouais.
— Bon. Allez, on y va, c'est pas tout ça, j'ai faim, moi.
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Le charme de ce récit réside dans le subtil équilibre des genres qu’il parvient à instaurer, sans même qu’on le voie venir ! La chute

Lire la suite
333

Un petit mot pour l'auteur ? 130 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave-  Commentaire de l'auteur · il y a
Un immense merci pour ce prix, à l’équipe de Short Édition, et à vous tous pour vos lectures, vos commentaires émouvants et votre soutien sans faille !
Merci particulier à toi, Pierre Hervé, puisque ce texte a été écrit suite à un défi littéraire entre nous.
Bravo aux lauréats de ce grand prix, aux finalistes et à tous ceux qui construisent mot après mot, texte après texte, cette merveilleuse aventure littéraire et amicale. ❤️❤️❤️

Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Pierre-Hervé Thivoyon · il y a
Bravo !!! Eh oui je réalise en le relisant le point de départ de ce texte. C'est fou comme un simple point de départ peut donner des directions aussi différentes que ton merdier ou mes double fautes :-)
Très content pour toi en tout cas !

Image de Marc d'Armont
Marc d'Armont · il y a
Bravo Annabel. Un prix du Jury mérité pour un beau merdier.
Image de Carl Pax
Carl Pax · il y a
Félicitations Annabel ! Une belle histoire à la fois touchante et fantastique qui mérite d'être distinguée 😊👏
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merci beaucoup ! 🤗
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merci marc ! Bravo à vous !
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Très sympa ce texte ! Ça mériterait une suite ou nouvel épisode ♫
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Hum, l'héroïne est morte ... Je la ressuscite du coup ? Pourquoi pas, remarquez ... :))
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Pas forcément, un autre héros peut apparaître dans un nouvel épisode ♪
Image de Patricia Besson
Patricia Besson · il y a
Bravo pour ce texte original et prenant que j'ai lu avec plaisir..
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merci tardif mais sincère à vous Patricia !
Image de Cudillero Plume
Cudillero Plume · il y a
Félicitations, un très beau texte, touchant, avec une note fantastique des plus plaisantes...
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Un grand merci pour ce commentaire !
Image de Olivier Descamps
Olivier Descamps · il y a
Félicitations, Annabel !
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merci beaucoup Olivier ! :))
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Bravo Annabel ! Une écriture fabuleuse ! Un prix grandement mérité !
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merci de votre fidélité Hortense !
Image de JHC
JHC · il y a
Félicitations
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merci d'être passé !
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
magnifique texte bouleversant d'humanité avec une chute onirique-fantastico-poético-réaliste merveilleuse en tous points!
totale réussite et prix amplement mérité!

Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Que dire devant tant de compliments ? Merci Patrick !
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Félicitations Annabel !
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merciiiiiiiiii !
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Félicitations, Annabel !
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Un grand merci Eva !

Vous aimerez aussi !