2
min

Le droit d’user de ses droits

196 lectures

167

On lui avait tellement répété : obéis ! fais ce qu’on te dit ! Tu dois être une gentille petite fille ! Alors tes parents seront fiers de toi ! Tu comprends, n’est-ce pas, que si tu désobéis, nous serons tristes, tu nous feras de la peine...

Elle ne voulait pas faire de peine à ses parents. Elle les respectait, elle les aimait. Elle savait qu’ils l’aimaient et qu’ils voulaient son bien. Elle savait qu’ils voulaient le meilleur pour elle, tout ce qu’ils n’avaient pas eu eux-mêmes, lorsqu’ils étaient jeunes...

Tout cela, elle l’avait senti inconsciemment alors qu’elle n’était encore qu’une toute petite fille, et plus tard, elle l’avait compris. Ses parents étaient tout pour elle. Elle était tout pour eux. Alors, impossible de les décevoir, impossible de ne pas entrer dans le moule : celui d’une enfant docile et obéissante, puis, plus tard, celui d’une jeune fille docile et obéissante, puis encore plus tard, celui d’une femme docile et obéissante.

Eux, ses parents, étaient d’une génération qui n’avait pas bénéficié des facilités du monde d’aujourd’hui. Son père avait connu le Front Populaire, le début des congés payés. Tous deux avaient vécu la guerre, les privations, la peur des bombardements, les morts, la montée du nazisme, la Gestapo... Alors les droits de l’Homme, ils n’en parlaient pas, mais ils savaient ce que ça voulait dire. Et ils trouvaient que maintenant, c’était la belle vie, même si tout n’était pas parfait.

Sa mère avait toujours voulu la liberté pour sa fille, une liberté dont elle-même n’avait pas bénéficié. Elle avait voulu qu’elle ait une bonne éducation, qu’elle fasse de bonnes études, pour gagner sa vie elle-même, pour ne dépendre de personne. Mais les études, l’argent, un bon métier, tout cela ne délivre pas toujours d’une éducation telle qu’on la donnait aux filles. Cette éducation, elle reste en vous, elle est incrustée, elle ne demande qu’à ressortir à la première occasion. Et l’occasion se présente forcément. Ou peut-être est-ce la jeune fille ou la femme qui crée l’occasion, parce qu’elle a peur de gêner, elle a peur de décevoir, elle n’est pas absolument sûre d’avoir le droit de donner son avis, d’affirmer ses différences, peut-être même qu’elle n’y pense pas. A-t-elle vraiment le droit de demander une augmentation à son patron ? A-t-elle vraiment le droit de faire valoir ses compétences, alors qu’on lui a mis en tête qu’elle devait être modeste et soumise ? A-t-elle le droit de dire non, ne risque-t-elle pas de choquer, de gêner, de déranger ?

Bien plus tard, alors qu’elle a cinquante, soixante ans peut-être, elle pense aux droits des femmes. Elle réalise que trop souvent, les femmes ne se donnent pas le droit de prendre leurs droits. D’en disposer. D’en user. De les revendiquer. Et quand elle dit « les femmes », elle est bien obligée de considérer qu’elle en fait partie. Peut-être même qu’avec honnêteté elle devrait dire : je ne me suis pas toujours donné le droit d’user de mes droits.
Elle se dit qu’elle a raté certaines choses de sa vie. Parce qu’elle n’a pas su ou pas osé affirmer, exprimer ses envies ou ses refus, parce qu’elle n’a pas usé de son droit de dire non. Et ce manque de « non » a singulièrement affadi ses « oui ».

Elle essaie d’être objective : j’ai de la chance de vivre en France, il y a des femmes ailleurs dans le monde qui vivent dans une totale privation de liberté, qui sont entièrement soumises aux hommes, à leur famille, aux règles d’une société qui les asservit. Mais tout de même... Il ne suffit pas d’avoir des droits... Encore faut-il en faire usage, les mettre en pratique.

Les droits ne s’usent que si on ne s’en sert pas.

PRIX

Image de 2019

Thèmes

Image de Très très courts
167

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pascal Gos
Pascal Gos · il y a
je suis passé a côté de ce texte. pourtant je me suis abonné.
Je le lirais à mes enfants. Belle écriture?
Françoise, je vous invite à déguster mon hamburger de Noël en lice pour la finale du GP hivers 2019.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-hamburger-de-noel-1
A bientôt sur vos mots.

·
Image de Mireille.bosq
Mireille.bosq · il y a
Très bonne occasion de reprendre en guise de chute, une formule qui a longtemps fait ses preuves en matière de pub.
·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci Mireille !
·
Image de A. Nardop
A. Nardop · il y a
Merci pour ce texte qui s'adresse autant aux femmes qu'aux hommes.
·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci Nardop ! Je vous invite à venir découvrir, si vous le voulez, mon texte en lice dans le Grand Prix : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/comment-devenir-celebre-quand-on-s-appelle-johnny
·
Image de RAC
RAC · il y a
Dire que j'avais failli passer à côté de ce magnifique texte ! Merci pour ce bon moment de lecture et le message délivré. A aficher dans les centres sociaux, écoles, dispensaires...A bientôt sur nos pages...
·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
... et je vous invite à venir découvrir mon texte nouvellement en lice dans le Grand Prix : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/comment-devenir-celebre-quand-on-s-appelle-johnny
·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci beaucoup, je vais aller découvrir votre page sur laquelle le hasard des lectures, il me semble, ne m'avait pas encore entraînée.
·
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Belle représentation de ce qui se passe de nos jours. Merci bien. N'hésitez pas à visiter la page.
·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Je vous invite à venir découvrir, si vous le voulez, mon texte en lice dans le Grand Prix : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/comment-devenir-celebre-quand-on-s-appelle-johnny
·
Image de AKM
AKM · il y a
Belle écriture ! Je m'abonne !
Je vous invite à lire ma nouvelle LES MOTS DU CŒUR et à apporter vos critiques.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/les-mots-du-coeur-1

·
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Je soutiens à fond. D'ailleurs, les hommes peuvent aider. Lorsque je vois ma femme consulter l'étiquette de prix d'un beau vêtement et qu'elle décide de s'en passer pour la seule raison que ce n'est pas raisonnable , je monte en ligne et sort ma carte de crédit. N'allez pas croire qu'elle n'en a pas et que c'est scandaleux, je vous vois venir. Evidemment, les copains me prennent pour un cinglé et évitent de me présenter leurs femmes. Bref, il y a encore du boulot.
·
Image de Chorouk Naim
Chorouk Naim · il y a
Joli texte
·
Image de Adjibaba
Adjibaba · il y a
J'avoue que c'est le titre qui a joué le fil conducteur et je ne regrette nullement de l'avoir lu.
Le texte est très bien construit avec un style léger.
Mais j'ai particulièrement apprécié la richesse du fond qui est en quelque sorte un message poignant, un appel solennel que le monde entier se doit lire. Parce qu'il est temps de faire une prise de conscience que le changement est nécessaire.
Je vous accorde mes voix avec plaisir.
Une petite invitation à soutenir également mon oeuvre en compétition : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/entre-justice-et-vengeance

·
Image de PaulBernardAMGL
PaulBernardAMGL · il y a
Ce texte un véritable appel aux femmes à prendre pleinement conscience de leurs droits et à en jouir pleinement. Dans l'espoir que cet appel reçoive la réponse adéquate dans les prochaines années, j'accorde mes +3 voix pour ce texte plein de sens.

Je vous invite néanmoins à jeter un œil à La liste de tâches d'une meurtrière et à m'accorder vos voix si vous pensez que je les mérite. C'est par ici => https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/la-liste-de-taches-dune-meurtriere/

·