1
min

Le cul sur les marches

Image de Fred

Fred

32 lectures

6

LE CUL SUR LES MARCHES




C'était sur les marches de la cathédrale de Clermont.
J'avais posé mon cuir mon casque puis sorti stylo et cahier.

Une foule anonyme déambulait.

La plupart des gens avaient l'oreille greffée à leur portable ou l'inverse.
Ils semblaient vaporeux comme s'ils n'étaient pas là enfin plus vraiment .


D'autres contemplaient l'ouvrage puis parfois y pénétraient.
Mon esprit tel une indiscrète caméra se plaisait à distinguer ceux qui avaient la foi de ceux qui l'avaient perdue et faisait d'improbables et malsains paris sur ceux qui la trouveraient .


Là haut des gargouilles parées de sombres Volvic interpellaient les nuages mais ceux ci leur préférant les couleurs de l'été les ignoraient et filaient hautains dans le ciel auvergnat.
Les rêves s'intéressent si peu aux cauchemars .


Sur la place des gamins font un boucan d'enfer avec leur planche à roulettes .
Il serait si bon d'écrire en silence..
Mais leurs gamelles teintées de rires donnent de la joie à ce récit et surtout font râler les vieilles rombières .


Des soldats passent.
L'instant se plombe puis s'allège , tel une montgolfière qui perd de son lest au fur et à mesure que leurs pas s'éloignent .
Quelques lignes fades et insipides puis arrive cette étrange et parfaite inconnue.


Elle fixe mon cahier pourlingue puis me balance un sourire si beau si vrai si droit qu'il éclairerait plusieurs vies de misère.
Les couleurs deviennent belles presque trop .


Alors arracher la feuille du cahier. La poser sur un banc face à elle avec une pierre dessus pour que le vent lui foute la paix.
Ramasser mon souk puis sans un mot se lever et partir.
Vingt mètres pas un pas de plus et à l'angle de la rue se retourner.





Elle le tiens dans ses mains aux doigts tatoués ce maudit papelard et l'a lu.
On se sourit complices jusqu'à la moelle . Chatoiement des consciences mêlées , lumières des âmes qui se caressent..
Puis l'on repart chacun de son coté .
Une femme nuage , un homme gargouille ou l'inverse.
Ne subsistent plus que ces quelques lignes qui flottent dans l'air et ne seront jamais gravées dans la pierre de Volvic


Bertrand Frédéric
6

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jeanne en B.
Jeanne en B. · il y a
Très beau texte
·
Image de Fred
Fred · il y a
merci beaucoup
·
Image de Sylvie Franceus
Sylvie Franceus · il y a
" Des soldats passent… l'instant se plombe…" J'ai tellement aimé cette image.
Ici, tout est furtif. Tout passe. Sauf la pierre. Sauf la masse noire de l'édifice.
Il y a quelque chose hors le temps, hors le son. Et puis, j'aime tellement cet endroit.
Ma meilleure amie habitait rue de la Poterne, c'est tout près, elle achetait des boites de cirage dans un boutique face à la cathédrale. Elle passait de longs instants à cirer ses chaussures et moi j'aimais bien la regarder.
J'aime aussi votre écriture taillée à la hache : pas de chichis, pas de fioritures, juste un goût de sève et le bruit du vent dans les racines.
Merci
sylvie

·
Image de Fred
Fred · il y a
merci beauccoup
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
une rencontre éphémère et évanescente dans un texte délicieusement en lave pétrifiée!
pourlingue, une variété locale de pourrave ou du genre?

·
Image de Fred
Fred · il y a
pourlingue oui c'est comme pourrave on l'utilise souvent en forêt . Merci à toi
·
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
Une technique de drague à la portée des auteurs de Short
·
Image de Fred
Fred · il y a
chut ! Faut pas trop l'ébruiter.. Merci à toi
·
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Une pause au milieu du temps.
"Les rêves s'intéressent si peu aux cauchemars ." est particulièrement réussi !

·
Image de Fred
Fred · il y a
merci beaucoup
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Elle faisait la manche sous un soleil de plomb. Petite, brune plutôt belle bien que la déchéance ne l'ai déjà marquée de son fer insidieux et cruel. Son « affaire » marchait assez ...

Du même thème