Le baiser du crotale

il y a
1 min
1 911
lectures
78
Qualifié
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

C’est un texte qui parle de colère, de générosité et de dureté. L’auteur va à l’essentiel grâce à une construction précise, un style

Lire la suite

Bonjour à tous.Je vous livre à travers quelques contes et poèmes un peu de mon univers.Ancien bûcheron,c'est souvent en forêt que je vais faire le vide pour faire le plein des sens.En souhaitant  [+]

Image de 2018
Image de Très très courts

Elle faisait la manche sous un soleil de plomb. Petite, brune plutôt belle bien que la déchéance ne l'ai déjà marquée de son fer insidieux et cruel.
Son « affaire » marchait assez bien. Les passants s’arrêtaient souvent pour lui donner quelques pièces d'un air compatissant qui me les faisait haïr.

Du premier coup d’œil, j'avais bien vu que nous étions du même bois. Simplement elle se laissait flotter comme les troncs d'arbres dans les rivières canadiennes. Il était temps.

J'ai foutu ma bécane sur béquille puis me suis approché.
Elle s'attendait à un bruit de pièces voire le froissement d'un billet. Elle n'eut droit qu'à un silence glacial.
Lorsque ses grands yeux verts se levèrent étonnés, nos regards s'accrochèrent comme se croisent deux épées. Le temps se figea.

Brusquement, je lui crachai à la figure devant une foule médusée.

Elle se déplia tel un ressort endiablé.
« Ordure ! Fumier ! » hurlait elle en me griffant profondément.

Quelques passants se mirent à me rosser copieusement.

Pendant que mon sang coulait, je souriais en vainqueur. La colère est un puissant carburant lorsqu'on est au fond du trou, bien plus utile que le désespoir.

Les gens indignés filmaient la scène qui fera sans nul doute le tour des réseaux sociaux.
Avec un peu de chance quelques bonnes âmes dégoulinantes de bonté lui trouveront un boulot, un toit.

Elle était prête à présent. Ma haine l'avait transcendée.

Il était temps.

En remontant sur ma bécane, je sentis le sang couler le long de mon cuir.
J’abaissai ma visière fit claquer la première, puis d'un dernier regard qu'elle ne vit pas lui souhaitai de connaître tout l'amour de la terre.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

C’est un texte qui parle de colère, de générosité et de dureté. L’auteur va à l’essentiel grâce à une construction précise, un style

Lire la suite
78

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Enfance

MCV

Bien au chaud, là, sous les couvertures, à demi endormis mais les yeux impatients, grands ouverts, tous les soirs nous attendions. Nous avions l’habitude qu’elle monte, bien qu’elle n’ait... [+]