La vie 2 décès

il y a
1 min
5
lectures
0
Prologue. Depuis notre vivant, dans l’écorce de l’existence, il est des couples qu'on ne pourra jamais imaginer. Comment savoir qu'une main invisible féconde des rencontres dans un cimetière... Et pourtant... Une providence a placé face à face Maryvonne, victime d’une longue maladie, et Régis qui s’est donné la mort. Ne tient qu'à vous de trouver une clé pour imaginer la suite de la suite...

Sous un campement d’étoiles, tout au bout du chemin, une voie sans issue. Impossible de faire marche arrière dans un cimetière. Aux dimensions invisibles. Cà et là, des parcelles de croyance coiffées de portraits insomniaques, de sépultures livrées aux billes de pluie, à des lanières d’éclairs. Des cieux en tout genre. Partout où le regard découvre, la terre a été retournée au fil des silences consacrés. Naguère, elle fût survolée par une flottaison de feux follets ; ces frêles flammes froides qui flânent en rase-motte avant de figurer au festin du vent.
C’est ici, au milieu d’une allée secondaire, qu’une main providentielle confectionna pour deux âmes fugitives d’ultimes effets aux couleurs liturgiques. En noir et blanc. L’une, se nomme Maryvonne Caron. L’autre, Régis Guillot. Après avoir vu, l’une et l’autre, la mort en face, l’une fait face à la mort de l’autre. Et réciproquement.
Maryvonne s’acharna à respirer la vie avant que la mort ne l’expire. Soleil chauve, le cœur sur la main, elle s’est éteinte la veille de ses cinquante ans, les poings crispés sur la poitrine. Régis, quant à lui, s’en est allé dans la nuit primitive avec du roulis dans les neurones, une conscience agitant la bile contre sa propre vie. Le visage inconsolé, sa carcasse fut encaissée peu de temps avant que le gardien des clés ne tricote l’ouverture et la fermeture des grilles avec les aiguilles de la durée : une maille endroit à huit heures tapantes, une maille envers à dix-sept heures re-tapantes.
Etrange tout de même que des heures de bureau encadrent les portes de l’éternité...
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,