La Brûlerie

il y a
1 min
353
lectures
40
Qualifié

Un texte n’est rien d’autre qu’un fil de soi(e). Alors je brode, je brode… Des petits mouchoirs. Pour rire, ou pleurer. (Pour les grosses couvertures en poil de roman, c'est par là  [+]

Image de Eté 2017
Dehors, il fait un froid sibérien.
Calé au comptoir de la Brûlerie, je touille mon café, machinal, le regard perdu sur l'étagère qui me fait face. Dessus, vingt bocaux alignés au cordeau sont pleins jusqu’à la gueule de pépites torréfiées. Sur chacun, une étiquette griffonnée rappelle à qui veut le nom de la terre qui a vu murir tous ces petits grains de fesse :
Brésil, Colombie, Costa Rica...
Dans la fumée de mon nectar, et le brouillard de mon œil bouffi, je décolle sur-le-champ pour ces contrées de cocagne...
L’altimètre bloqué à dix mille, je savoure en first. Une hôtesse métisse aux petits soins m’offre un avant-goût du bonheur que je compte m’inventer.
Mais ?... Mayday ! Mayday !
En entrant à l’instant, un client a laissé s’engouffrer un torrent d’air glacial. Dépressurisation immédiate de la cabine ! Sirène, voyant rouge et masque qui tombe ! Ma carlingue se cabre, se déchire, et s’abime aussitôt.
Je décoche à ce terroriste un regard de légionnaire parachutiste. Piteux, il file en fond de salle pour fuir sa peur et mâchonner sa honte.
Retour à la case départ. Je commande un nouveau café et réaligne fissa le nez sur ma piste de silos à songes :
Panama, Cuba, Belize... C’est reparti !
Je m’arrache à tire-d’aile vers ces bulles tropiques, et gagne bientôt la plage crémeuse que j’espérais. La chaleur est étouffante, mes paupières s’effondrent. Dans l’ombre d’un bouquet de palmes, je somnole, bercé par le seul son du ressac. À l'horizon, une barque de pêcheurs fouille l'océan à la main.
L’espace infini m’emprisonne, quelques heures s’évaporent sous un soleil de plomb. Puis, comme rassasié de moiteur et de sel, je me soulève, me libère de ce havre désert en m’échappant par un petit sentier bordé d’eucalyptus. Il est déjà grand temps de regagner là-haut mon vrai domaine chimérique, la terre de mon rêve. En chemin, j’avise un vieux natif rongé jusqu’à l’os qui raccommode sa clôture ; il me salue en soulevant les restes de son chapeau de paille. Enfin, je reconnais au loin ce phare, ma bicoque toute en lattes de bois azurées, avec son balcon courant tout autour d'elle sous un auvent à piliers. Et dans un hamac, au bout de ce quai, le corps cuivré d’une longue femme dandine au soleil dans un couinement hypnotique.
L’humeur est lascive, l’amour transpire à chaudes gouttes ; la sieste sera torride, c’est certain !
Mais ?... Fuck !
Un ouragan de blizzard vient de tout givrer en une fraction de seconde. Je suis aspiré de mon paradis de caféine, comme siphonné par un trou de banquise.
Le même assassin vient de ressortir de l'échoppe, sans refermer la porte.

40

Un petit mot pour l'auteur ? 66 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Elena Moretto
Elena Moretto · il y a
Cela brûle, cela brûle.. et le suspens jusqu'à la dernière ligne
Image de Guilhaine Chambon
Guilhaine Chambon · il y a
Une très belle découverte .j'ai voté
Je vous invite à découvrir Au fait qui est en finale . Belle journée

Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
A lire ce superbe TTC, on se croirait devant une BD des plus humoristiques. J'aime aussi la foule des expressions succulentes comme "pour fuir sa peur et mâchonner sa honte". Bravo, Gilles, pour votre belle imagination. Vous avez mon vote.
J'ai un TTC très court pour le fun et pour le rire si cela vous dit : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/beee (en finale jusqu' au lundi 24)

Image de Gilles Nicolet
Gilles Nicolet · il y a
Un grand merci Jean pour votre passage ici et votre appréciation. En revanche, "je mâchonne ma honte" je n'ai pas du tout suivi les élections du court et noir ! (Et je viens de voir qu'il est un peu tard pour vous souhaiter bonne chance...)
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Ce n'est pas grave, Gilles ! L'important, c'est la rose.. euh, c'est de lire et peut-être de se réjouir !
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
J'aime les images qui se dessinent le long de votre récit ainsi que votre humour, surtout la chute
Image de Gilles Nicolet
Gilles Nicolet · il y a
Merci beaucoup Isabelle pour votre commentaire encourageant.
Image de JAC B
JAC B · il y a
Très sympa ce voyage au fil d'un arôme kawa! Original, poétique, des images inventives ( ma piste de silos à songes, murir tous ces petits grains de fesse :, ) J'y penserais en sirotant mon café. J'espère que votre texte verra le soleil d'été!
Image de Gilles Nicolet
Gilles Nicolet · il y a
Merci Jacb pour votre appréciation. Après, si mon titre est assez raccord avec le soleil d'été, le texte en revanche n'est peut-être pas à la bonne température...
Image de Pierre Priet
Pierre Priet · il y a
Efficace! Bravo! Mon vote évidement ! Je vous invite, si vous trouvez le temps a lire ma nouvelle " blizzard" en finale :)
Image de Gilles Nicolet
Gilles Nicolet · il y a
Merci Pierre.
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Ah la pause café.....un refuge pour les esprits vagabonds. Mon vote !
Image de Gilles Nicolet
Gilles Nicolet · il y a
Merci Abi.
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
Il vient de si loin ce café qu'on peut s'en raconter des histoires... exotiques...
Image de Gilles Nicolet
Gilles Nicolet · il y a
Merci Gouelan pour votre soutien.
Image de Mary Mye
Mary Mye · il y a
Je ne savais pas que la caféine pouvait avoir de tels effets. Je m'y mets fissa ! Excellent. Merci Gille
Image de Gilles Nicolet
Gilles Nicolet · il y a
Il n'y a pas que la caféine ! Je suis sûr qu'on peut partir du coté de Chandernagor ou de Pondichéry en sirotant une tasse de thé... Merci pour votre encouragement.
Image de Marc du Grillon
Marc du Grillon · il y a
Le truc blanc versé dans le café. C'était vraiment du sucre?
Image de Gilles Nicolet
Gilles Nicolet · il y a
En poudre, oui ! La fée Caféine est ici la seule héroïne...
Stupéfiant, n'est-ce-pas?

Vous aimerez aussi !