Ginette Trottard

il y a
5 min
245
lectures
21
Qualifié
Image de 10 ans
Image de Très très courts
Désolé, on ferme. Et le rideau métallique de la pharmacie se déroula sous son nez. À peine Ginette Trottard eut-elle écrit cette phrase, que l'inspiration s'était envolée. Elle resta un moment à contempler la ligne esseulée en haut de la page, ses doigts impatients prêts à battre le clavier. Elle aurait bien voulu se bercer aux douces percussions des touches, mais depuis quelques temps, elle n'avait plus de suite dans les idées. Frustrée, elle alla poser ses mains sur d'autres touches d'un autre clavier. Le Black bird des Beattles ne décolla pas une patte malgré ses encouragements vocaux répétés : take this broken wings and learn to fly nom d'un chien ! Bien, se dit-elle, je vais donc me faire un petit thé. C'est ce moment que choisit la bouteille de gaz pour rendre son dernier souffle, et comme il était trop tard pour l'échanger à la station service et que la bouilloire était off depuis longtemps, Ginette s'allongea sur le canapé, lécha ses deux doigts préférés et souleva sa jupe pour un lot de consolation. À cet instant on frappa à la porte. Elle sursauta parce qu'on sursaute souvent quand il va arriver quelque chose d'important et qu'il n'était plus l'heure de recevoir des visiteurs, à part peut-être sa...

Maman ! La mère de Ginette croyait ferme en le talent de sa fille, mais n'était pas sûre que ça se dise comme ça. Ginette ma chérie, toi qui connais l'écriture comme ta poche, ça se dit croire en le talent ? Non maman, on dit croire au talent. Eh bien ma fille je crois au toi. Je sais maman, mais là on dit je crois en toi ou je crois au tien, de talent... Tu veux embrouiller ta mère, c'est ça ? Trêve de chakchouka : Torchédition, Ginette, Torchédition qui a fait de Bleunogre la capitale littéraire, qui éclaire nos nuits d'un faisceau de littérature courte, organise un concours de nouvelles pour son anniversaire. C'est pas pour moi maman. Walla baba, Gigi ! Tu es toujours entrain de te diminuer, je sais pas pourquoi, c'est pas moi qui t'ai transmis ça, ni ton père, alors qui ? Ne m'appelle pas Gigi, maman. Si tu n'y crois pas de ton talent, moi j'y crois, et tu verras, tu finiras par y passer à la télé, on la verra ta belle tête, yahtik sarha, sur tous les écrans du monde entier et moi comme je serai fière, waïwaïwaï comme je serai fière de ma fille Ginette. Maman... Ma Gigi, regarde cette image, cette belle femme bleue, c'est le thème du concours. Maman, tu sais que je ne gagne jamais les concours. Elle gagne jamais les concours... Elle gagne jamais les concours ma fille ? Jusqu'à ce que tu en gagnes un ! Et justement, celui-là, il est pour toi !

C'est raide, y'a pas d'mystère. Cette trappe qui s'ouvre dans son dos sur la même couleur que le fond, ça la rend plate. Et quels bleus, pétrole, lagon, bleus salle de bain, pas du bleu Klein. Tu dis que c'est plat, but still y'a des ombres : raie des fesses, plis du coude, aisselles. Et des effets de matière. M'ouais, légers. La position, en tailleur, not so common dans l'histoire de l'art. Mais dans la publicité : bien dans mon corps, bien dans ma peau, je dirais... lait pour le corps ou shampooing. Sauf que là, elle a pas de cheveux, je la verrais bien punaisée dans la salle d'attente, au service oncologie. Arrête Ginette, you're sucks, c'est toi la punaise ! Gwenolé, croisé Breton/Grand-Breton, en bon copain, n'hésitait pas à recadrer Ginette quand elle dépassait les bornes. Ils observaient à quatre yeux l'illustration-thème du concours. La trappe, un peu comme celle de Jerry pour échapper à Tom... Mais pourquoi dans le dos ? Notre Magritte en herbe il s'est dit, l'avant du corps c'est déjà pris, allons-y pour l'arrière. By the way, comment sais-tu que c'est une fille ? Petits orteils, avant bras trop fin, front plat pas bombé, c'est une nana. Il aurait été un peu original de faire sortir des fleurs d'un mec, mais d'une nana, des fleurs, femme décorative, cantonnée à jouer les muses éternelles. Quatre sortes de branches fleuries et un copier-coller : elle tient les mêmes dans la main, en plus petit. Tu m'expliques la dramaturgie ? La nana bleue renifle un bouquet par le nez, ça lui ressort dans le dos... J'y suis : Alien en végétal. Stop it Ginette, elle a raison ta mère, tente-le ce concours, nothing to lose ! Si Gwénolé, ma dignité : tu crois que c'est marrant de se voir refusée à tout bout de champs ? Ça casse le moral, j'te jure. Je me protège. J'ai jamais été sélectionnée pour un concours. Maintenant j'ai décidé d'en faire une fierté. La Lose Pride ! Ginette, look the truth in the face : quatre abonnés, dont ta mère et moi. Et avoue que tu likes tes propres textes sometimes... Ça m'arrive Gwénolé... That's what I thought ! Donc tu as UN admirateur en plus de nous trois. Excitant !... Inquiétant Ginette, only ONE. Laisse ton ironie de côté pour une fois. Mais, mon ironie, c'est ma signature Gwénolé ! Maybe it's time d'en changer, de signature. C'est la première fois que tu me dis ça Gwen... Je croyais que t'aimais ce que j'écrivais ? J'aime ce que tu write Gigi. Mais tu tournes en rond depuis quelques temps, shift your gaze !

Grand-père Troppotardi, émigré d'Italie, avait francisé son nom en Trottard, remplaçant le double P par un double T, espérant ainsi échapper au double trot aux : macaroni, voleur, dragueur, fainéant. Et être enfin à l'heure au rendez-vous du bonheur. Ginette en aurait bien fait autant avec son prénom, mais en sens inverse : Gina, c'était quand même plus bandant. Mais elle ne voulait pas être responsable de la mort de sa mère juive qui lui avait légué le prénom d'une tantine adorée trop tôt disparue. Son nom lui avait valu, petite, des quolibets variés : du basique Trop tard Ginette ! au plus élaboré Fais pas sur le Trottard, Ginette, apprends le caniveau. On sous-estime l'importance d'un nom. Pour réussir dans la vie, mieux vaut s'appeler Camille Saint-Martin que Ginette Trottard. My dear Ginette, juste take un pseudo, ça te ferait peut-être écrire from somwhere else ! T'es mignon, Gwénolé, ça fait dix ans que j'écris, j'ai toujours assumé. Assumé ? If you say so. Mais ça se tente ma Gigi !

Le lendemain matin au marché, Ginette assista à une petite altercation : comment ça il est cher mon mesclun ? Moi madame, aujourd'hui, tel que vous le voyez mon mesclun, je le brade. Les sages paroles de son ami Gwénolé ayant eu le temps d'infuser, Ginette avait trouvé son pseudonyme d'écrivaine. Le soir même, Brad Mesclun se posta devant le poster, sans jugement, sans ironie. Brad ouvrit son cœur à la Femme bleue comme s'il en était de sa propre vie. La Femme bleue, elle, lui ouvrit sa moelle épinière, sa substance profonde, la raison de sa verticalité, prolongement vers la terre de son cerveau en matière grise et blanche. C'était Gaïa qu'on avait dévêtue, spoliée, carottée. Dure-mère, arachnoïde, ponction lombaire. Paraplégique, elle produisait encore de la vie. Ce qu'il y a de plus profond en l'homme c'est la peau dixit Valéry, ce qu'il y a de plus profond en moi c'est ma surface, semblait nous assurer Gaïa. Cessez-donc de me labourer, petits tueurs en série adorés, de me découper pour m'extorquer les richesses de mes entrailles, vous me chatouillez, vilains coquins, je vous les donne, regardez ! Je continuerai à vous offrir mes bouquets fleuris jusque dans l'agonie, qui viendra longtemps après la vôtre, petits pois de senteur chéris. Les mots de Brad Mesclun s'érigeaient en hampes fleuries, il les butinait et autofécondait sa propre prose, les touches cliquetaient délicieusement et sans interruption. Il ne vit pas passer les heures en ce dix-sept octobre d'écriture débridée, date limite pour envoyer son écrit. Le dix-huit octobre, à une heure du matin, Brad Mesclun posta son tapuscrit de huit-mille caractères espaces compris, béat, vidé, par lui-même ravi. S'il n'avait pas laissé passer minuit, le cachet de la poste faisant foi, Ginette Trottard, comme rattrapée -malgré son pseudonyme fraîchement conquis- par le patronyme original de son grand-père, pour la première fois de sa vie, aurait gagné un prix.
21

Un petit mot pour l'auteur ? 27 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Valérie Labrune
Valérie Labrune · il y a
Un humour décapant et un style atypique, non formaté, bref un moment de lecture sympa assuré. Merci!
Image de Nicolas Auvergnat
Nicolas Auvergnat · il y a
La p'tite bébête qui monte... qui monte...
Image de Eve Nuzzo
Eve Nuzzo · il y a
Et guili guili guili ?
Image de Arsene Eloga
Arsene Eloga · il y a
Bravo
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un bon moment de lecture, merci.
Image de de l air
de l air · il y a
J'adore parce qu'en plus de me marrer je perfectionne my english...! Merci pour cette fresque italiana-épique partant de l'image d'une femme assise pat terre, style "j'suis verte mais non j'suis bleue et à poils parce que je suis libre de ma peau" avec de mystérieuses ramifications dorsales, aux pensers nouveaux pour sauver la planète... L'Imagination est bien la reine des facultés pour en tirer une histoire aussi roborative et dingue, au peps no-limit et au foisonnement de trucs drôlissimes everywhere !
Image de Eve Nuzzo
Eve Nuzzo · il y a
tank you so muche, de l air.
à la revoyure !

Image de Coutumier du Fait
Coutumier du Fait · il y a
C'est excellent.
Image de Eve Nuzzo
Eve Nuzzo · il y a
Mes salutations bien basses.
Image de Nicolas Auvergnat
Nicolas Auvergnat · il y a
Comme ça se déroule, la pelote, sur un manque d'inspiration ! Avec ref culturelles ; Yves ,René, convoqués à la fête avec humour ; taille un short a Short au passage, du pseudo pseudo... Ah, mais après vous allez dire que je suis un admirateur, ce que je ne suis pas... Vous me faites bien chi.. avec votre verve, même ! Ça pique l'égo...
Image de Eve Nuzzo
Eve Nuzzo · il y a
A bon ? Vous n'êtes pas un admirateur Nicolas ? Quand bien même on aime, ça ne nous rabaisse pas !
Je fais la maline, mais je connais ce sentiment... Nous avons encore beaucoup de choses à apprendre, cher combattant.

Image de Daniel Ducharme
Daniel Ducharme · il y a
Un beau texte bien rythmé. J'ai eu bien du plaisir à le lire.
Image de Eve Nuzzo
Eve Nuzzo · il y a
J'étais passée à côté de votre commentaire ! Merci Daniel, ça me fait plaisir, d'autant que le rythme ça vous connait : quel instrument dans le groupe de rock ?
Image de Daniel Ducharme
Daniel Ducharme · il y a
De la guitare...