Faux-semblant

il y a
2 min
47
lectures
4

Gourmande de vie, fleur bleue et idéaliste. Lire est ma passion et écrire mon bonheur quotidien. Mes textes sont le plus souvent autobiographiques. J'aime mettre des mots sur les instants  [+]

La sonnette de la porte d'entrée retentit. Discrètement, elle écarte les rideaux de sa chambre pour jeter un œil au-dehors. Elle n'attend personne. Qui est-ce qui peut bien venir interrompre sa sombre mélancolie, se dit-elle. Ce sont Sofia et Marc, des amis de longue date. Pourquoi viennent-ils ainsi à l'improviste ? Ce n'est vraiment pas le moment. Elle les aime, cela ne fait aucun doute, mais là, ils tombent mal. Heureusement, son mari est là, il va pouvoir les accueillir. Mais il ne faut pas qu'elle soit trop longue à se manifester, sinon ils vont commencer à se poser des questions.

Vite, elle court dans la salle-de-bains, fait couler l'eau froide et s'en asperge le visage. Elle s'empare prestement de sa serviette de toilette et se sèche en tapotant. Alors seulement, elle lève la tête et affronte son reflet dans le miroir en priant pour que les dernières traces de larmes aient disparu. Elles ont disparu, mais elle, elle est blanche à faire peur et des croissants de lune violets soulignent, sans aucun charme, ses yeux légèrement bouffis.

Une petite mise en beauté s'impose. Une touche de fond de teint sous les yeux, un trait de crayon noir sur les paupières, du mascara sur les cils, un nuage de poudre orange sur les pommettes, du gloss irisé sur les lèvres, un peu de son parfum préféré sur son décolleté et, en quelques secondes, le tour est joué. Elle a repris figure humaine. Son fantôme a disparu. Elle se brosse les cheveux et décide de les relever en un chignon sauvage. Enfin, elle quitte son pyjama pour un jean et un pull rouge.

Alors qu'elle s'avance dans le couloir en direction du salon, elle entend leurs éclats de rire. Surtout, ne pas gâcher leur plaisir, ne pas rompre la bonne ambiance, faire bonne figure, sauver les apparences, faire comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes, telles sont ses inquiétudes du moment. Elle, qui d'habitude se veut sincère et franche, se surprend alors en flagrant délit d'hypocrisie.

"Bonjour, quelle bonne surprise !" lance-t-elle d'une voix qu'elle souhaite enjouée.

Un sourire plaqué sur les lèvres, les yeux rieurs, les bras tendus, elle les prend dans les bras pour les embrasser bien chaleureusement. Intérieurement, elle se dit qu'elle aurait pu être comédienne, faire du théâtre ou du cinéma, peut-être aurait-elle même pu gagner un César. Toutes les répétitions et son travail acharné ont bel et bien porté leurs fruits. Il n'y a pas à dire, elle est très douée. Son rôle lui colle à la peau, elle le connaît sur le bout des doigts. Ils vont pouvoir passer une bonne soirée.

Mais s'ils savaient... S'ils poussaient les portes fermées... Comment réagiraient-ils devant son lit défait à 18 h de l'après-midi ? Que penseraient-ils des monceaux de mouchoirs abandonnés ça et là sur le sol et la table de nuit ? Mettraient-ils cela sous le coup d'une allergie au pollen, aux acariens ? Que diraient-ils ? Baisseraient-ils la tête en faisant comme s'ils n'avaient rien vu ? Trouveraient-ils un prétexte ridicule pour écourter leur visite ? Ou alors, feraient-ils preuve d'empathie, d'un intérêt sincère pour ses états d'âme ? Ses larmes qu'elle garde laborieusement souterraines, pourraient-elles librement se déverser à la surface pour être recueillies sans limite dans leurs cœurs grands ouverts ?

Elle ne sait pas. Pourtant, les vrais amis devraient pouvoir être là dans les bons comme dans les moins bons moments de la vie. Mais comment savoir sinon en prenant un risque ? Non décidément, ce risque elle n'est pas encore prête à le prendre. Alors, elle va rester forte. Tout au long de la soirée, elle prendra sur elle, aura les bons mots, écoutera l'un, encouragera l'autre, participera à la rigolade. Et au bout de quelques heures, le miracle de l'amitié la prendra par surprise. Elle se sentira mieux. La joyeuse compagnie de ses amis aura adoucit sa peine.

C'est fou comme ses amis peuvent lui faire du bien même sans qu'ils s'en rendent compte !
4

Un petit mot pour l'auteur ? 8 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Yoann Bruyères
Yoann Bruyères · il y a
Jolie scène de vie, bien décrite, et je suppose que l'on s'y retrouve tous. Les amis adoucissent les coups de blues !
Image de Karine Tamara
Karine Tamara · il y a
Merci infiniment Yoann ☺
Image de Claire Dévas
Claire Dévas · il y a
Eh bien non il n'est pas nécessaire de tout dire, parce qu'elles vrais amis sentent lorsque cela ne va, que L"on prend sur soi. Ils font comme si, comme nous, et en avant la vie continue et reprend ses droits. Pas de jugement, juste une présence, là, au bon moment. Joli partage de ces moments de solitude qui passent lorsqu'une main amie se pose dans la notre...
Image de Karine Tamara
Karine Tamara · il y a
Voilà une belle définition de l'amitié, la vraie ! Merci !
Image de Claude Moorea
Claude Moorea · il y a
J'ai aimé cette façon de passer sous silence le désarroi du personnage, le lecteur peut tout imaginer...Ce texte sonne très juste, comme un moment de vie, un moment douloureux qui finalement perd de son intensité grâce à la puissance de l'amitié, même s'il ne modifie pas la situation, comme on peut l'imaginer.
Image de Karine Tamara
Karine Tamara · il y a
Merci ! ;-)
Image de Grenelle
Grenelle · il y a
Tu as si bien compris l'esprit de la nouvelle. C'est une tranche de vie (j'adore la nouvelle "les tueurs" d'Hemingway). Au lecteur d'imaginer ce qui s'est passé avant, ce qui se passera après. (combien de textes essayent de trouver une chute inattendue alors que ce n'est pas utile).
La dernière phrase me semble même superflue, puisqu'au lecteur, tu lui as déjà tout dit.

Image de Karine Tamara
Karine Tamara · il y a
Merci pour tes remarques pertinentes !