Du vent dans les cheveux

il y a
3 min
464
lectures
33
Finaliste
Jury
Recommandé

L'écriture est pour moi un partage. J'aime lire et voir se former de nouvelles images derrières mes paupières, images liées ou déliées. En écriture, n'en faire qu'à ma tête, quel plaisi  [+]

Image de 2016
Image de Très Très court
Du vent dans les cheveux. Du vent dans mes cheveux et de la sueur sur mon front. C’est mon cœur qui palpite. C’est mon cœur qui bat. C’est mon cœur qui crie. Il bat parce que mes jambes l’essoufflent à force d’appuyer sur le pédalier pour engloutir ces kilomètres qui me séparent de Saint-Mury. Moi, le Louis de Lancey, je transhume vers l’herbe fraîche des Balcons. Alors mon cœur bat. Il bat des baisers que je lui envoie, à elle, ma Marie à moi. Il crie de cet élan qui m’a poussé vers elle au son de « La Java bleue ».

J’avais bien fait ce jour-là d’aller au bal à Saint-Mury. « Les filles y sont belles ! Viens avec nous ! » que me disait l’ami Marcel. « Monte avec nous ! » Leur joie était communicative, je n’avais pas mis longtemps à me décider, le printemps des maraîchers tirait vers sa fin dans la vallée, et j’avais bien mérité mon salaire. Le père ne m’embêterait pas très longtemps. Et puis, au pire, j’étais bon pour une petite raclée en rentrant, rien de bien méchant en somme. J’en avais vu d’autres. Alors j’y étais allé.

Je l’avais vue, une danse, et tout se met à tourner autour de moi. Je tourne. Nous tournons. J’ai le cœur qui palpite, j’ai les lèvres qui s’étirent, le sourire qui naît, qui pointe, qui envahit, qui court vers mes yeux, qui redescend partout, dans tout mon corps. Elle me fait cet effet-là ma petite Marie. Elle me faire rire à pleines dents. Marie, c’est une fille toute simple, toujours riante, toujours souriante, toujours heureuse de tout. Elle a le regard qui brille, qui scintille lorsqu’elle regarde le soleil se refléter dans l’eau des ruisseaux ! Marie. Marie. Marie ! Ma petite étoile.

Oh que oui, mes jambes souffrent ! Oh que oui dix bornes de virages raides, les raccourcis qui grimpent à n'en plus finir, les routes piégeuses, pierreuses et pentues c’est pas simple. Mais ma Marie, elle vaut bien ça. Ma Marie elle vaut bien que je lui donne tous ces efforts. Des efforts qui ne sont que des plaisirs tellement ils font battre mon cœur, tellement je sens ses lèvres sur mon front. Du vent dans mes cheveux comme des baisers sur mon front. Il faut que je passe par la Combe, franchir le ruisseau du Mont, puis passer tout près des Cochards et Saint-Mury-Monteymond, dix kilomètres, très vite surplomber la falaise à l'ombre des charmilles et des frênes, après l'ombre froide des sapins, l’odeur de la terre, souvent acre, l’odeur enivrante de la résine, les champs de jonquilles, les parfums printaniers, les terres grasses des premières hauteurs, les ruisseaux qui courent un peu partout, l’ail sauvage des fossés ombragés, la fraîcheur des combes, puis enfin la dernière ligne droite avant le village et la lumière du lieu.

Comme ce soleil qui me caresse. Comme sa voix sans façon qui me pousse à pédaler toujours plus vite. Je rêve d’elle. Je rêve de sa présence. Un vent chaud dans le cœur, un vent qui me fait tourner Marie. Alors tourne ! Tourne ! Que les roues s’envolent, qu’elles courent sur les pierres, qu’elles glissent dans les pentes, qu’elles grimpent, virevoltent, tressautent, qu’elles vivent ! Tourne, tourne petit moulin, tourne, tourne petite Marie. Je rentre en enfance avec elle. Je fuis la guerre avec elle. Je m’isole du monde et le vent dans mes cheveux me caresse amoureusement. Elle efface tous les tourments de ces derniers mois. Le frère, les cousins appelés là-bas, les copains qui meurent, qui disparaissent dans le maquis. Les tickets de rationnement. Les femmes appelées aux usines. Le train qui n’arrive plus. La sécheresse de l’été 39. L’isolement de l’hiver. Les nouvelles qu’on ne reçoit pas.

Chaque tour de manivelle, chaque perle de sueur me ramène aux joies simples de l’enfance. Mon cœur bat à se rompre. Mon visage doit être rouge pomme. Je dois avoir l’air d’un fou à m’escrimer sur ma selle, suant de plus belle, souriant, béat, heureux, vivant, riant devant les chiens qui veulent goûter de mon mollet au-dessus des Chappes, pédalant de plus belle, j’ai envie de crier ma joie au paysan du coin, j’ai envie qu’ils deviennent tous mes compagnons de fortune, j’ai envie de payer à boire à tous mes amis ! Du vent dans les yeux, des larmes ensoleillées qui courent sur mes joues rasées de près. Oh que oui, ma petite Marie ! Oh que oui, je vais t’aimer Marie ! A m’en abîmer les mains, à m’en épuiser les reins, à m’en brûler les lèvres. Plus que quelques kilomètres Marie, plus que quelques kilomètres.

Recommandé
33

Un petit mot pour l'auteur ? 47 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Bernadette Lefebvre
Bernadette Lefebvre · il y a
Quel voyage il semble éternel comme cet amour porté a la petite marie
Image de Elena Moretto
Elena Moretto · il y a
j'adore vos raccourcis qui disent tout le temps "oui" et qui font gravir des sommets d'émotions enfouies..
Image de Raphaël Dintre
Raphaël Dintre · il y a
Je connais pourtant des raccourcis plus revêches et qui finissent par devenir des chemins trop longs. Foi de marcheur.
Image de Elena Moretto
Elena Moretto · il y a
Ah, mais souvent le(s) grand(s) amours se dévoile(nt) dans les détours
Image de Raphaël Dintre
Raphaël Dintre · il y a
Et bien heureusement que je ne tombe pas sur le grand amour à chacune de mes randonnées !!! Je ne parviendrais jamais à rentrer à bon port :)
Image de Elena Moretto
Elena Moretto · il y a
Oui, certes mais cela pourrait bien faire mille détours pour un seul amour.
Image de Raphaël Dintre
Raphaël Dintre · il y a
Ou mille amours pour un seul détour
Image de Raphaël Dintre
Raphaël Dintre · il y a
Merci Elena
Image de Lili Caudéran
Lili Caudéran · il y a
Bonne chance pour la finale et félicitations pour ce très joli texte.
Image de Raphaël Dintre
Raphaël Dintre · il y a
Les lauréats ont été présentés hier à Grenoble, ce fut l'occasion d'une soirée agréable. Mais je ne fais pas partie des heureux lauréats ! Par contre je fais partie des heureux finalistes.
Merci

Image de Lili Caudéran
Lili Caudéran · il y a
C'est déjà énorme ! Vous pouvez être fier de vous.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Mon soutien à nouveau en finale
Image de Raphaël Dintre
Raphaël Dintre · il y a
merci !
Image de Bleuterre
Bleuterre · il y a
Le vent en poupe pour cette belle écriture vivante et vivifiante.
Image de Raphaël Dintre
Raphaël Dintre · il y a
Il continue à souffler pour porter loin !
Image de Marie M
Marie M · il y a
C'est un oui franc pour cette déclaration. L'amour donne des ailes ...et la campagne est si belle !
Image de Raphaël Dintre
Raphaël Dintre · il y a
Et si les ailes donnaient l'amour ? :)
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Un éternel retour. Emotion, histoires, Histoire. Bravo.
Image de Raphaël Dintre
Raphaël Dintre · il y a
Et bien... merci
Image de Michel Bernard
Michel Bernard · il y a
Piaf au masculin... un pédalier qui tourne avec la tête, tandis que défilent les paysages d'Isère et d'hier... ne pouvait me laisser indifférent... moi qui me suis marié sur cette chanson... bravo
Image de Raphaël Dintre
Raphaël Dintre · il y a
Toi, t'es pas impartial ! :p
Image de Bahamdoune
Bahamdoune · il y a
Félicitations. Ma contribution pour ce joli texte. Merci de soutenir mon poème: C'est le printemps à Isère.
Image de Raphaël Dintre
Raphaël Dintre · il y a
merci
Image de Philippe Clavel
Philippe Clavel · il y a
un bonheur qui se mérite !
Image de Raphaël Dintre
Raphaël Dintre · il y a
Quand on est en vélo et que l'on affronte une côte, oui, toujours !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Vies (au pluriel)

Renise Charles

Quand je remonte les files de voitures, je me sens le roi du monde. Je me faufile dans le moindre espace et, aux heures de pointe, je suis plus rapide qu’une Porsche. Mais là, allongé sur le... [+]

Très très courts

Micheline Pimpon

Domi Roca

Elle arriva dans le hall de gare, en grande pompe, en même temps que le train de sept heures du matin : Micheline Pimpon se cogna deux ou trois fois contre des gens pressurisés, rajusta ses... [+]