Diez et moi

il y a
3 min
442
lectures
41
En compétition

Bancal c'est pas grave, bancal c'est très bien  [+]

Image de Été 2020

Le mardi avec Diez, c’est le jour de glandage assumé et glorifié, notre dimanche : le jour des colocs ! Le reste de la semaine, on a chacun notre routine. Elle est graphiste au chômage - non, on dit freelance - et suit une formation de couture. Moi je suis vendeuse en pâtisserie. À défaut de pouvoir fabriquer je vends.

Parfois on fait la grasse matinée – ça dépend des frasques de la veille – puis on prend un brunch gras pour rester dans la thématique du début. Aujourd’hui n’y échappe pas.

Je suis une lève-tôt, de nature. Mais les embuscades de mon lit me corrompent de temps en temps. Diezel, elle a presque toujours un truc qui dort chez elle. Hier encore elle prétextait ne pas pouvoir sortir la poubelle de suite « Attends, je peux pas marcher, mon pied dort, ah… mais tu sais pas ce que c’est ou quoi, c’est pas drôle, rigole p... attend là y a les fourmis, c’est bientôt que mon pied revient… aaah… »
Avec ses jambes vertigineuses, j’aurais peur de tomber moi. Elle me dit souvent « J’aurais pu faire cintre tu sais, comme métier, c’est un boulot de merde, mais c’est vachement bien payé ! » 

Histoire de combler ma frustration de la semaine, le mardi je cuisine. Ça tombe bien, ma grasse mat’ est bien plus svelte que la sienne. Diez dort encore profondément, car le robot qui tourne, ajouté à la machine a laver qui fait un boucan, ne la font pas même sourciller. Une petite heure s’écoule, le temps que je m’affaire aux fours et au moulin.

Ce qui réveille la marmotte, c’est l’odeur du cake au citron vert. Elle presse la poignée de la porte de sa chambre, les yeux à moitié clos, elle s’étire en laissant échapper un cri suraigu. Et comme à chaque fois qu’elle voit très bien ce que je fais, elle s’approche :
— Tu fais quoi ? Elle me demande avec le sourire du ventre qui a faim.
— Au menu d’aujourd’hui, cake au citron vert, jus d’orange marque repère mixé avec une banane, petit café, galette aux flocons d’avoine et noisettes tartinée de chocolat noir, petite salade de tomates, mâche et… ma spécialité… !
— Ne me dis pas que…
— Si, si, ce sont bien eux ! Et en imitant la voix de Cyril Lignac : « Des œufs brouillés aux restes poêlés ! »
— Sensationnel !
— C’est craquant, c’est croustillant, caoutchouteux…
— T’es dégueu !
— Délicieux ! Boucané frit et brèdes chouchou, y a pire quand même
— Là oui, j’achète !

On passe à table au jardin, un petit carré de 15 m2 qui est un luxe qu’on apprécie follement.

Entre les clopes, et le vin qu’on ouvre parce qu’entre temps, il est quatorze heures déjà, le brunch s’étire jusqu’à ce qu’il soit l’heure où de toute façon on ne fera plus rien alors autant se mater des programmes télé débiles, qu’on regarde pas vraiment, mais qui nous fait un bruit de fond. 
Je lui raconte les clients chelous, les habitués, ceux qui veulent toujours un truc gratuit, comme pour les féliciter d’acheter au magasin. Elle me montre ses croquis, m’explique ce qu’elle a appris, passepoil et point Bourdon. On dirait le titre d’un livre pour enfants, je lui dis. Et on digresse, on ouvre des parenthèses qu’on ne referme pas et qu’on rouvre. Parfois on se coupe la parole pour chanter ou imiter les pubs. C’est d’ailleurs une publicité qui lui a valu son petit nom Diezel, et une bonne série de fous rires même encore des années après. C’est son arme quand j’ai pas le moral. Mais elle le fait souvent pour le plaisir. 

Elle s’approche, me regarde dans les yeux, les siens se marrent déjà.
« Dizol, youze wiz cochonne ». Sa tentative d’air lubrique se solde par un échec.

Du coup ça lui fait penser à son ex, elle me raconte les trucs bizarres, les coups foireux qu’on lui a fait. Et on rit encore. 
Il est bientôt l’heure qu’on prenne l’apéro du soir même si c’est pas sérieux. 

Elle fait mine de se lever pour faire un truc important, tiens, débarrasser la table par exemple. En cours de route, elle s’immobilise quelques secondes avant de sourire :

— Ce que t’es con, quand même, mais je pourrais passer ma vie avec toi !

J’ignore pourquoi, mais cette phrase est un tremblement de terre. Je me prends en pleine face mes propres émotions et c’est le grand bordel. Je vois qu’elle a vu, et que mon silence pèse plus lourd que tous les meubles de la maison. Plus lourd que toutes ces années d’amitié. Il faut que je parle, ce serait facile de dire « Ah ah, à la vie à la mort ma chère amie ». Mais ces mots n’auraient pas de sens à cet instant. Elle a ouvert une brèche, une porte. Est-ce qu’elle en avait conscience ? Je crois pas non, c’est sûr que non. Et puis qu’est-ce qui m’arrive à moi, c’est ta pote, pose ton verre deux secondes, ressaisis-toi.

Je lui adresse un regard filant, comme les étoiles. Puis je baisse les yeux, et cherche une cigarette pour me donner consistance. 

Si tu lui dis rien, ma fille, te plains plus jamais, si tu dis rien maintenant, c’est fini. La brèche ça se refermer et puis, qu’est-ce que tu racontes, Laure, y a pas de brèche, pas de portes, juste ta pote, ta coloc… ton binôme, ta partenaire, ton compagnon de vie, ta copilote de choc, ta confidente, le meilleur public à tes vannes douteuses, ta meilleure alliée au kem's, la bêta testeuse de tes essais en pâtisserie, la plus… Non, non tais-toi, Diez est ton amie… amie…

— Laure… ?

Dans sa voix, y a mon chaos qu’elle n’explique pas. 

Il faut répondre, vite, n’importe quoi !

J’écrase mon mégot dans le cendrier, j’allume la lumière dehors, et sur le ton le plus léger que je peux feindre :

« Oui, mademoiselle, je peux sortir les poubelles, y a rien qui dort chez moi ! » 

Je mentais ouvertement. 

Pas de portes, pas de choix, pas vrai ?

41
41

Un petit mot pour l'auteur ? 61 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Moi, je lui aurais dit "va te faire non, je ne dirai pas tout mais je le pense. Elle a pris conscience, c'est l'essentiel.
Image de Mathieu Jaegert
Mathieu Jaegert · il y a
Ah les poubelles...C'est quand même pratique parfois ! Bien tourné, vraiment !
Bien content de te lire à nouveau !

Image de Amandine B.
Amandine B. · il y a
Merci Mathieu ! Les poubelles, ou autre chose, tout est prétexte à être point de fuite quand on veut ^^
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Texte en mode « vie quotidienne », qui joue la possibilité de l’émotion sentimentale transgressive, mais difficile à avouer : une histoire moins légère que les apparences ne le font croire au début.
Voici un « j’aime ».

Image de Amandine B.
Amandine B. · il y a
Merci beaucoup pour ton passage chez moi :)
Image de ALI
ALI · il y a
j'aime la fraîcheur de ce récit!
Image de Amandine B.
Amandine B. · il y a
Merci Ali !
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Pas facile parfois de parler...la peur de tout gâcher
Image de Amandine B.
Amandine B. · il y a
Elle a autant à perdre qu'à gagner, pas facile de parler du coup..
Image de Paul Marie
Paul Marie · il y a
a deux doigts du bel aveu, quel dommage, mais quel joli texte...
Image de Amandine B.
Amandine B. · il y a
Merci Paul !!
Image de Vrac
Vrac · il y a
Un plaisir de lecture, vivement mardi !
Image de Amandine B.
Amandine B. · il y a
Alors ça y est on est mardi :) Belle journée !! Et merci encore
Image de Ikouk OL
Ikouk OL · il y a
Joli texte qui donne au quotidien insipide des allures d'Alice au pays des merveilles.J'aime et si le coeur vous en dit venez lire Euskal poème en finale (https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/euskal)
Image de Amandine B.
Amandine B. · il y a
Merci Ikouk !
Image de Caroline Kipik
Caroline Kipik · il y a
Bravo pour ce joli texte!
Image de Amandine B.
Amandine B. · il y a
Merci Caroline !
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Un texte sautillant comme la vie, une authenticité du récit qui donne à la fiction un joyeux réalisme.
Image de Amandine B.
Amandine B. · il y a
Merci Miraje !!

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Inky

Amandine B.

Retirée dans sa chambre, Willie fait des taches. Ses petits doigts pincent des cartouches d’encre contre la feuille quadrillée. Le liquide noir se répand sur la page immaculée du carnet. Elle... [+]


Très très courts

Mon avis

Alicia Bouffay

Chère amie, j’ai bien reçu ton texte. Tu as sollicité mon avis, le voici.
Certains passages sont bien documentés, plein de petits détails qui apportent du réalisme à la narration... [+]