Dialogue avec mon ventilateur

il y a
1 min
25
lectures
2

Je suis très concerné par mon bien-être //////// Lisez moi et trouvez la vérité universelle que vous avez toujours cherché : http://akiff.f  [+]

Moi : Hey ! Tout va bien mon pote ? Content de te voir sur pied !

Le ventilateur :...

Moi : Allez, allez, fais pas la gueule. T’as des projets ou quoi ? Non ? Oui ? Faudrait passer à la vitesse supérieure là !

Le ventilateur :...

Moi : T’as décidé ? J’te vois bien... Écrivain. Non, non, mieux. Réal. En plus, tu serais bon, tu tournes super vite non ?

Le ventilateur :...

Moi : Bon, ok, j’vais pas te soûler. À force d’entendre les gens rabâcher tout ça, tu dois avoir la tête qui tourne...

Le ventilateur :...

Moi : Par contre arrête de soupirer, on dirait que...

Le ventilateur : Tu crois que c’est une blague ?

Moi : ?!

Le ventilateur : Sérieusement. Tu crois que c’est une blague ? Tu crois que ça me fait marrer ? “Non ? Oui ?” Putain mais t’es-t’es-t’es complètement endormi mon pauvre ! Ouais c’est ça, tu t’es endormi. Et bordel de brosse à chiotte usagé acheté chez Gifi en soldes (le rose), tu rêves même pas. C’est ça le souci. Tu rêves pas. Ok, va dormir, mais au moins, que le sommeil soit productif ! Ramène moi quelque chose, je veux, je veux de la matière, je veux pouvoir te regarder et me dire : il est en train de préparer un truc. Il est en train de connecter les synapses, dans son crâne c’est des millions de petites mains qui se tiennent l’une à l’autre, à la manière d’un écran d’accueil de Nokia à l’époque, prêtes à transmettre une idée, BOUM ! Mais non connard, ça a juste court-circuité. Qu’est-ce qu’on va faire de toi ?

Le sèche-cheveux, au loin dans la salle de bain : Bien dit frérot !

Moi : Mais ferme-la toi !

Le ventilateur : Tu te crois drôle ?

Moi : Et alors ? J’m’en bats les steaks d’être drôle ou pas. C’est rien tout ça, c’est pour passer le temps. Je fais ce que je veux ici. C’est moi qui décide. Dans 3 secondes tu seras un minitel. Puis après, une côte de bœuf, puis un pneu Michelin, et puis enfin 1 kilo de sable dans un sachet en plastique “Casino Cafétéria”. Je suis le seul à décider.

Moi : T’es sûr de ça ?

Moi : Qu’est-ce que c’est que...

Moi : Hé ouais mon gars.

Moi : À force, ça devient incompréhensible.

Moi : Tu sais même plus qui est-ce qui parle...

Moi : Arrêtez !

Moi : À qui tu dis ça ?

Moi : Tu peux me tutoyer tu sais.

Moi : Tu restes un peu trop isolé du monde, non ?

Moi : Hé.

Moi : Quoi ?

Moi : Le piano est froid. Fais-moi une belle impro, tu veux bien ?
2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
À mon avis, y'en a un des deux qu'a besoin de prendre l'air ☺☺☺ !