Confession d'une gueule cassée

il y a
3 min
1369
lectures
933
Lauréat
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

En seulement quelques lignes, l'auteur parvient à transmettre un récit de gueule cassée prenant et dramatique. L'histoire est bien construite et

Lire la suite

écrivain du dimanche. Auteur d'un roman historique "les fables de Cambyse", racontant l'histoire d'un médecin au temps de la conquête de l’Égypte par les Perses. En 2018, parution de "Le  [+]

Image de Hiver 2020

Je m’étais pourtant juré de ne tuer personne durant cette guerre… Engagement qui n’a pas été simple à respecter, et encore moins aujourd’hui qu’hier. Les premiers temps, je corrigeais systématiquement la hausse pour ne blesser personne. Mon ami Senneterre partageait cette vision des choses. Nous avions été incorporés ensemble au printemps 1915, et nous nous étions tout de suite reconnus. Les deux inséparables discutant durant des heures d’art et de littérature, c’était nous. Il avait un faible pour Vélasquez et l’école espagnole, tandis que je me sentais davantage touché par le côté intimiste des maitres hollandais. Nous commentions des nuits entières les articles d’Élie Faure parus dans l’Aurore et les prises de position de Salomon Reinach dans son Apollo, que nous possédions bien sûr tous les deux.

Et puis il a été tué à l’aube par un éclat d’obus. Je suis resté hébété des jours et des jours, errant sans but de tranchée en tranchée, comme un mort-vivant. Je n’avais plus personne à qui parler, avec qui partager mes émotions. C’est mon instinct de survie, et lui seul, qui m’a dicté d’absorber les rations infectes que l’on nous distribuait épisodiquement, ou de me recroqueviller au fond de la tranchée quand l’orage d’acier grondait sur la plaine. J’obéissais aux ordres, je tirais quand on me l’ordonnait, sans état d’âme, sur un ennemi invisible. Si j’ai touché quelqu’un, j’en suis désolé, bien que cela me paraisse rétrospectivement peu probable. L’envie de tuer m’a cependant chatouillé, une ou deux fois, et toujours au sein de nos propres rangs. Pas tant le pauvre type, troufion de base, qui me volait ma ration et ma maigre solde, que le gradé imbécile qui nous faisait charger à découvert des lignes ennemies puissamment défendues. J’assume mes propos et ne reviendrai pas là-dessus.

Ce qui devait arriver arriva. Je ne suis pas mort, mais j’ai été sérieusement blessé à la tête : « embarrure de l’os frontal, orbite gauche explosée en une multitude d’esquilles osseuses avec section nette du nerf otique et plaies cornéennes transfixiantes ». Ce que je vous lis là, c’est mon compte-rendu d’admission à l’hôpital militaire. Traduction : gueule cassée.
J’ai été bien traité, rien à dire là-dessus, si l’on veut bien jeter un voile pudique sur les anesthésies insuffisantes, laissant les chairs à vif durant les interventions, ou au contraire surdosées, à l’éther, vous rendant malade à crever, quand le chloroforme venait à manquer…

À mon arrivée dans le service de traumatologie, il n’était pas du tout sûr que j’en réchappe. Le lit à ma droite était occupé par un polytraumatisé qui devait décéder dans la nuit. À ma gauche reposait un blessé léger qui supporta sans se plaindre mes délires des premiers jours. Qu’ai-je bien pu raconter ? Des épisodes de mon enfance ? Des rêves érotiques provoqués par les drogues qu’on m’administrait ? Je pensais très fort à mes parents et surtout à ma chérie, à la vie douillette que j’avais vécue avant la mobilisation…
Cet homme s’appelait Leroy, il habitait également Paris, à quelques rues de chez moi. Nous avions échangé nos adresses. Il m’avait promis de prévenir ma femme si je devais y rester, et j’avais fait de même pour lui, bien que les probabilités de survie penchassent bien davantage pour la sienne.
Sans surprise, il fut libéré au bout de quelques semaines, alors que je devais végéter sur place encore de longs mois au cours desquels je subis de multiples opérations censées me redonner un semblant de dignité, sinon une apparence conforme aux impératifs de la vie en société.

Jugé « consolidé », je fus renvoyé dans mes foyers. Plus précisément, on me mit dehors de l’hôpital de Bar-le-Duc avec mon paquetage, mon livret militaire, et un billet de train pour Paris. Je rejoignis la capitale dans un état d’esprit difficile à imaginer pour quelqu’un qui n’a pas vécu la guerre : un mélange d’espoir et d’inquiétude, un sentiment auquel se mêlait également de la honte, honte pour mon aspect physique que j’imaginais repoussant. J’avais une place près de la fenêtre, et je fis tout le voyage tête tournée vers l’extérieur, de peur d’être dévisagé.
La suite, vous la devinez sans doute, elle a été vécue par des centaines, voire des milliers de soldats de retour du front qui ont partagé mon infortune. Je n’avais prévenu personne. Encore une erreur de ma part. Voulais-je faire « une surprise » à mes proches ? Où étais-je encore sous la coupe de ce sentiment de honte d’être revenu vivant et défiguré ?

Leroy m’avait précédé. Il n’avait pas de décès à annoncer, mais il m’avait certainement entendu célébrer les mérites de ma chérie au cours de mon délire. Je l’ai trouvé au lit avec elle dans une attitude ne laissant nulle place au doute. Je pense qu’il a été mon premier mort. J’écris tout ceci de ma cellule en attendant mon procès. Mon avocat m’a dit que l’on était relativement indulgent avec les héroïques soldats de Verdun.

Je lui fais confiance, mais, au fond, cela m’est bien égal.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

En seulement quelques lignes, l'auteur parvient à transmettre un récit de gueule cassée prenant et dramatique. L'histoire est bien construite et

Lire la suite
933

Un petit mot pour l'auteur ? 368 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Paul Thery
Paul Thery  Commentaire de l'auteur · il y a
Merci à toutes et à tous qui ont lu et soutenu mon texte, sans oublier de lire aussi les autres, tous dignes d'éloges, qu'ils soient primés ou non :-))
Image de Dranem
Dranem · il y a
Sans illusion tout de même dans un monde du chacun pour soi , ici ou ailleurs !
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Pas faux, mais pour éviter cela il y a les publications libres où l'on peut lire des auteurs qui ne participent jamais au concours, par choix, et les lire par plaisir, sans rien attendre d'eux en contrepartie ! Non ?
Image de Georges Marguin
Georges Marguin · il y a
Je ne me souviens plus si lors d'une première lecture, j'avais laissé un commentaire. Pareille mésaventure est arrivée à mon grand-père. Il a simplement dit après avoir éconduit son rival : Elles en font toutes autant, mais la mienne n'a pas eu de chance je suis arrivé à l'improviste.
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Merci pour cette anecdote d'un grand-père philosophe ! ;-))
Image de Bubo Bubo
Bubo Bubo · il y a
Un beau récit sur l'histoire d'un homme embarqué malgré lui dans cette grande guerre qui ne cesse de nous hanter. Je vous invite à lire mon poème Soldat.
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Merci ! Et "soldat", sur un thème similaire, est une réussite !
Image de Lucile Lacombe
Lucile Lacombe · il y a
La guerre est une horreur pas un jeu comme pourrais le faire penser fortnite. Bravo, l'histoire m'a énormément émue.
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Merci Lucile !
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Félicitations Paul pour votre place de lauréat
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Merci Isabelle. ça a été une bonne surprise
Image de Adibro
Adibro · il y a
Très prenant comme récit, je m'attendais pas du tout à cette fin, bravo Paul :)
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Merci !
Image de Chateaubriante
Chateaubriante · il y a
gueule cassée et cœur brisé !
double peine, pour le moins
excellent texte sur le fond comme la forme
merci Paul

Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Merci !
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Question littérature, vous en imposez. Absolument épatant du début jusqu'à cette fin délicieusement noire.
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Merci Mack !
Image de Odile Duchamp Labbé
Odile Duchamp Labbé · il y a
J'arrive trop tard, mais bravo quand même.
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Merci !
Image de Domi Roca
Domi Roca · il y a
Beau texte et quelle chute ! une période monstreuse
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Merci !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

L'air du pays

A. Nardop

Il y a longtemps que Lucien n’avait passé une aussi bonne nuit.
La chaleur étouffante ne l’avait pas gêné, il ne se souvenait pas avoir rêvé et se réveillait en pleine forme pour cette... [+]