Image de nalamoore_

nalamoore_

74 lectures

0

L’eau chaude coule sur ma peau. Je ferme les yeux, c’est tellement agréable. La vapeur  m’embaume le corps de ses bras doux, désincrustant ma chair en profondeur. Une fausse impression d’expier un à un ces fantasmes qui imprègnent mon être. 

Je sors de la douche, attrape un peignoir et l’enfile. Je jette un œil sur mon téléphone portable. Rien. Pas un message depuis 2 mois. Je me trouve à quelques mètres de lui, dans sa ville, dans cet hôtel. Je me saisis de mon portable, cherche son prénom dans mes contacts. Lui envoyer un message ? Mais pour lui dire quoi au juste ? Chaque jour je me répète : « qui ne tente rien n’a rien » et ce jour est arrivé. Je prends mon courage à deux mains :

>> Hôtel Lorette Opéra. Chambre 436. <<

Envoyer.

Je sors de la salle de bain, le corps encore moite sous mon peignoir. Maintenant c’est quitte ou double. Je m’allonge sur le lit, ferme les yeux et imagine ses mains glissant le long de mon corps. Je souris.

J’entends frapper à la porte, je me lève d’un bond, je respire un grand coup et ouvre. C’est lui. Je le laisse entrer, nos regards se croisent et mon cœur s’emballe. Nos lèvres ne mettent pas longtemps à se trouver et nos langues s’entremêlent. Dans un élan passionnel, je passe mes doigts dans ses cheveux, il me soulève dans ses bras et m’allonge sur le lit. Enfin. Nos lèvres ne se sont toujours pas quittées. J’ai tellement envie de lui. Ses mains explorent les courbes de mon corps, il ne les a pas oubliées, il les connaît par cœur. Je suis nue sous mon peignoir. Il en détache la ceinture, je fais de même avec la sienne. Mon peignoir se retrouve au sol, puis sa chemise que j’aime tant déboutonner, puis son jean et enfin son caleçon. Nos peaux nues se retrouvent. Ses lèvres descendent le long de mon cou pour arriver au niveau de mes seins. Il les embrasse, les lèche. J’aime ses coups de langue sur mon téton. Un gémissement. Il continue de descendre de plus en plus bas, il sait ce que j’aime, ce qui me fait plaisir. J’agrippe le drap, sa langue me fait tourner la tête, je ne sais plus où je suis. Je jouis et il s’enfonce en moi. Nos corps bougent en harmonie, ses lèvres retrouvent les miennes, mes mains retrouvent sa chevelure. Il jouit à son tour, tellement fort, comme à son habitude. Mon corps est encore moite mais ce n’est plus à cause de la douche.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,