2
min

Brumes de Rhum

Image de JACB

JACB

1108 lectures

1393 voix

Mes premiers souvenirs s’accrochent à mes cinq ans, la touffeur d’un jardin explosant de fleurs et de feuilles géantes, la main et le giron d’une femme de couleur aux jupons de madras et les cris familiers des singes, jacasseries des loris dans la canopée coiffant tout le domaine. C’est ce qui habite le cocon douillet de ma petite enfance amniotique à souhait. S’y glisse parfois le baiser piquant d’un homme à la moustache grise et chaque jour le regard bleu et la bouche sucrée d’une dame aux cheveux blonds roulés en chignon. Avec ces mots susurrés sur un accent chantant :
-«Embrassez papa, embrassez maman Petit Charles »
Charles ! Ce prénom résonne en moi comme une personne étrangère, un inédit ou un futur dont je repousse le probable tant je me sens bercé par la tiédeur sécurisante de mon présent.
Habité par le chant de l’anguille aux ailes d’oiseau ou portant les oreilles du lapin qui vient à bout des charges de l’éléphant et de la baleine je flotte bienheureux dans des limbes oniriques. Je sais pourquoi les araignées ont la taille si fine et les tortues des carapaces à damiers. Mon bestiaire extraordinaire a le parfum du feu de bois dans l’auréole des nuits où tanguent des voix, moments intenses, sirops de mon enfance où l’occulte courtise le merveilleux. Mes peurs s’envolent, mes craintes se colmatent quand du ciel de mes rêves des êtres fantastiques distillent des lumières dans tous les recoins noirs du monde qui m’entoure. La vie pousse au creux de chaque chose, y sème des raisons magiques et animistes qui jettent un sort à toutes mes inquiétudes.
L’aouara° évente Massa Goudou° sous les yeux de Mait’Bwa °. Petit prince je suis de l’Arche d’un éden sourd aux cornes de brume d’une lointaine tempête.
Si je m’épanouissais dans la sueur vanillée des bras de ma nounou, je grandissais aussi et mon géniteur entendait bien cueillir le fruit viril de ses étreintes pour sa généalogie de planteur.
J’ai toujours à l’oreille le bruit de bottes qui m’arracha au silence ouaté de mon hamac et imprimés au corps les bras secs qui me ravirent aux rondeurs de mes amarres de couleur au regard embué de douleur. Mon ravisseur ne vit jamais le cortège de chimères qui escortait ce rapt.
Dès lors mon horizon devient prison, géométrie à quatre pans de murs et lucarne de verre d’où je vois les volutes des feux, longues écharpes bleutées aspirées par la nuit qui dilue leur pouvoir. Alors je cherche en moi à l’ombre des paupières le souffle de mon âme, la force de ma vie, chevauche un chevreuil avec compère tortue oubliant le claquement du fouet qui fracture cruellement l’air que je respire. Mon père châtie ! Ses chiens, ses esclaves !
Mon père me terrorise et j’exorcise l’emprise fascinante du mal. Du rhum je bois. Je m’évade dans la brume ambrée et odorante des contes brodés aux orées fantastiques. Mon être est là rigide, imperturbable et imbibé, en ça il consent. Je regarde sans voir mais mon cœur saigne.
Le jeune Maître doit savoir car un jour il fera. Et un jour il a fait !
Ma nounou à genoux implorait le pardon pour avoir dérobé un ti’jaques à râper dans son cari du soir. Le fouet frapperait dix fois.
La brume s’est déchirée sur un pan de ma vie lorsque du ciel est arrivé cet être étrange arrimé aux nuages. Souple et fuselé son corps ailé de mille vibrisses en plumes a épousé la branche du manguier. Lorsque les lanières de cuir ont sifflé comme des serpents au-dessus de la croupe et des hanches de ma nurse effondrée j’ai appelé l’oiseau qui les a faites anguilles pour étrangler mon père.


Aouara °: palmier équatorial produisant des fruits entrant dans la composition du plat national des créoles de Guyane.
Massa Goudou ° nom donné par les populations du fleuve à un Dieu Créateur.
Mait’bwa ° Il s’agit du maître des bois, personnage mythique qui règne sur les espèces de la forêt .

1393 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Marie Mauve de Montaucieux
Marie Mauve de Montaucieux · il y a
Prose très poétique pour un sujet douloureux
·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Je confirme mes votes pour ces soleils d outremer et d outretemps.
·
Image de Prudon Sil-Ingo
Prudon Sil-Ingo · il y a
Son style baroque donne à cette séquence biographique le charme du style colonial du XIXème siècle. Texte riche.
·
Image de Noellia Lawren
Noellia Lawren · il y a
je découvre et j'adore, je vous souhaite une belle finale , mon vote +5
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/un-dernier-baiser-1

·
Image de Alixone
Alixone · il y a
Un très beau texte qui mérite sa place.... Bonne chance !!!
·
Image de Redha Merrouche
Redha Merrouche · il y a
C'est fait, et bonne chance
·
Image de Plumareves
Plumareves · il y a
Très beau texte poétique, onirique. La fête des sens opposée à la terrifiante brutalité de la figure paternelle.
·
Image de Nelly Chadour
Nelly Chadour · il y a
Une place en finale bien méritée. Mes 5 voix pour me permettre, je l'espère, de monter encore plus haut !
·
Image de BrettyG
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Mes voix de savane
·