2
min

Bonleurres

68 lectures

65

C'est un pays où on avance dans le brouillard. On n'est jamais sûr de rien. On avance, pour faire quelque chose, pour ne pas s'avouer vaincu. A tâtons, au touché, au jugé. On pourrait rester sur place, éviter les collisions avec tout ce qui traîne dans ce brouillard épais. Ca éviterait des bleus, des chutes et les vociférations qui s'en suivent, d'autant plus injurieuses qu'on ne sait qui les a lancées. Parfois, le brouillard se dissipe sur un pan de vue, on devine des contours, mais jamais on ne voit toute la scène, le paysage dans son entièreté. Alors on imagine et on brode. Chacun a son avis, discuté avec ferveur au café le dimanche. Certains affirment que la montagne est plus haute, plus à gauche, moins loin, que le pont enjambe un ruisseau, non une rivière, ça dépend des saisons, parfois le cours est plus important, ou à sec, mais alors ce n'est plus une rivière, ça dépend des pluies, de la météo. On ne sait pas. Il y a un lit, au creux de la roche, de l'eau, cela n'en fait pas un cours d'eau. Pour cela, il faudrait voir plus loin. Certains se sont lancés à l'aventure, mais ne sont pas revenus. On dit que ceux qui ont voulu revenir, se sont retrouvés face au vide, plus rien.
Elisa ne croit pas que son village est un lieu fantôme. Elle va partir, ne veut plus rester dans l'incertitude.
Adelaïde a des convictions. Derrière le brouillard, il existe des bonsleurres. Elle les a entendus. Ils chuchotent et frémissent. Mi-bêtes, mi-humains, des sirènes de terre qui mènent à sa perte celui ou celle qui le suit. Comment le sait-elle ? Elle a l'oreille fine, elle les entend gémir quand elle va à la frontière du rideau de brume, pas très loin, proche du goutte-à-goutte d'une eau ruisselante en permanence, la source claire.
Listelle rit : des sirènes ? Non, c'est la brume qui enveloppe, saisit, prend. Peut-être est-ce agréable? Elle vous emporte, au delà des falaises, des cascades, vers le soleil, vers la lumière quittant les équivoques de la brume et ses phosphorescences. Les gémissements viennent du vent qui souffle sans discontinuer, n'arrivant même pas à chasser la brume, juste à l'effilocher.
Depuis quand cette brume persistante, constante, sans fin. Que disent les anciens ? Ils ne parlent plus. Ils ne veulent plus passer pour des vieux cons, des post-ringards, des réacs ou pire des faux-jeunistes. Ils savent, car ils ont vécu avant ce brouillard. Ils ont vu le soleil se lever le matin, darder ses rayons de midi, se coucher dans un ciel coloré.
Matin, midi, soir ne veulent plus rien dire, seulement le jour, toujours blafard et la nuit noire.
Ils ont vu la lumière du soleil d'hiver éclairer sous les nuages sombres, teintant en oblique les collines de teintes chaudes. Ils savent qu'on peut partir et revenir. Que le monde est beau, plein de surprises, qu'on s'y rencontre nulle part mieux que là-bas. Ils sont tristes, on met cela sur le compte de leur vieillesse. Ils savent.
Ils ne savent pas, car le monde a bien changé. Adelaïde a raison, les bonleurres attendent derrière la brume. Jusqu'à présent, ils attendaient. Fini l'attentisme !
Aujourd'hui, ils ont des pompes de brumes et des cornes de contrevent. Ils convergent vers le village, ce dimanche. Nulle intention, juste une coincidence liée aux caprices de la direction des vents.
Elisa n'y voit plus goutte. Elle est partie de bonne heure. Sans raison, le brume s'est épaissie. Elle a perdu l'équilibre, s'est préparée à chuter, à tâtons, car elle ne voit plus rien. Cela n'en finit pas, elle ne sait plus si elle tombe, si elle vole, elle sent son corps emmitouflé, contenu par un corps moelleux, lâche toute velléité d'indépendance dans ce transport inédit. Les bonleurres de brume s'affairent autour d'Elisa, sans ménagement, comme d'habitude. Elisa a juste le temps d'envoyer un message  : « Ils existent, ils sont argh... ».
Adelaïde lit : « argh...! » : promesse de bonheur ou de malheur ? Si au moins Elisa avait pu terminer son message.
Les commentaires fuseront toute la semaine. L'imagination s'emballe, au rythme de la brume qui les encercle. Le fameux « argh » est mis à toutes les sauces.
Dimanche, au café, beaucoup de copines seront absentes, parties dans la brume.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
65

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Marie-Christine Somer
Marie-Christine Somer · il y a
Ce système de "voter pour moi", après vous avoir complimenté et/ou flatté ne me plaît pas du tout. Il faudrait un jury de lecteur ne participant pas à la compétition. Ça rendrait les critiques crédibles.
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...

·
Image de Sylvie Colin
Sylvie Colin · il y a
Prenant... Je dirais même plus : plânant <3
·
Image de Marie-Christine Somer
Marie-Christine Somer · il y a
Merci, Sylvie, pour ta lecture et ton appréciation.
·
Image de 1SAD
1SAD · il y a
Joli, mc :-)
·
Image de Marie-Christine Somer
Marie-Christine Somer · il y a
Merci beaucoup pour ta lecture et ton appréciation.
·
Image de Maour
Maour · il y a
Mes votes! Je reviendrai vous lire :)
J'espère que vous aimerez ma version du Petit Poucet.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-veritable-histoire-du-petit-poucet
Amitiés

·
Image de Topscher Nelly
Topscher Nelly · il y a
Très joli texte.Mes voix.
Mon univers si vous le souhaitez :http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/de-lautre-cote-31

·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un texte qui nous promène en plein brouillard, ce qui pourrait faire peur, mais qui fascine aussi. D'autres qu'Elisa , se laisseront-ils prendre au leurre ? Argh... Bravo, Marie-Christine. Vous avez mes cinq votes.
J'ai un sonnet tragique que je vous invite à lire si vous avez le temps : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/Mumba

·
Image de Domino
Domino · il y a
J'aime, je suis nouvelle, je n'ai qu'une voix, je te la donne.
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Joli écrit , vous avez mes voix et mes sincères encouragements !
Si mon royaume embrumé vous intéresse pour continuer votre voyage, c'est par ici... (au cas où vous ne l'auriez pas lu)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-royaume-dans-la-brume

·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·