52 lectures

13

D’habitude, je contrôle la situation. Je classe mes notes, j’apprends mon texte à l’avance, je gère mon stress. Mais ce matin, devant l’auditoire de ma classe passablement assoupi, un grain de sable est venu gâcher mes préparatifs.

Quand je dis que ce n’était pas grand-chose, j’exagère un peu. En fait, en pleine présentation orale, a retenti l’alarme incendie du lycée.

Monsieur Robert, certainement pressé d’en finir avec des exposés inintéressants, après s’être concerté rapidement avec certains de ses collègues à l’étage, nous a obligés, moi à continuer à parler, mes camarades à ne pas bouger. J’ai eu beaucoup de mal à me concentrer. J’étais à l’écoute de ce qui se passait à l’extérieur tandis que ceux de mes copains qui étaient proches des fenêtres regardaient le spectacle dans la cour. Je voyais leur mine, j’essayais d’écouter ce qu’ils se chuchotaient sans comprendre le moindre mot ni le sens de leurs phrases. A leur mine, je devinais que la situation était plus grave que ne le pensait Monsieur Robert. Mon regard inquiet allait du professeur aux copains et copines, mes oreilles se tendaient vers la cour et ma voix baissait dans les graves au fur et à mesure que les bruits s’amplifiaient à l’extérieur. J’évoquais la crise de 1929 en ne m’écoutant absolument pas parler :

— Entre le jeudi 24 octobre et le mardi 29 octobre 1929, le le le vrac de 1929 marque le début de la Grrrrande Régression, la plus grande crise incendiaire qu’aient connu les Etats Brûlés d’Amérique. Le 24 octobre est appelé « jeudi rouge » du fait de la panique des asphyxiés.

Je transpirais à grosses gouttes, bafouillais un texte incompréhensible mais révélateur de mes craintes. L’alarme des pompiers est venue me sauver.

Ouf, ils étaient là. Je me suis interrompu dans mon discours tandis que Monsieur Robert nous a enfin cette fois demandé de quitter les lieux au plus vite.

Par chance, les pompiers s’étaient déplacés uniquement car le Proviseur avait fait une mauvaise chute !
13

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Ouf ! Fausse alerte !
·
Image de Cudillero
Cudillero · il y a
Oui, plus de peur que de mal !
·
Image de Louisa
Louisa · il y a
Plus de peur que de mal !
·
Image de Cudillero
Cudillero · il y a
Heureusement...
·
Image de RAC
RAC · il y a
Hihihi, vive l'adolescence !
·
Image de Cudillero
Cudillero · il y a
N'est-ce pas ?
·
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
Belle fin ! Bravo !
·
Image de Cudillero
Cudillero · il y a
Merci beaucoup ! :)
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Il y a des journées.comme cela où tout chute .
·
Image de Cudillero
Cudillero · il y a
...l'imprévisible... :)
·
Image de Bruno Adjignon
Bruno Adjignon · il y a
Une belle chute, oui !
·
Image de Cudillero
Cudillero · il y a
Mais pas de mal.. :)
·
Image de Rio
Rio · il y a
Bien vu !
·
Image de Cudillero
Cudillero · il y a
Merci ! :)
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Y'a pas le feu, mais j'ai voté aussi ... !
·
Image de Cudillero
Cudillero · il y a
ouf ! :)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Un mot plus haut que l’autre. Un de ces mots qui dépasse la pensée. Une conversation qui tourne mal. L’inévitable dispute... Ma vue se trouble alors que des larmes ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Marie se réveille. Il fait encore nuit, mais l'aube n'est plus très loin. Le chant d’un oiseau, et derrière lui le silence de la rue. Il y a un homme dans son lit. Elle aime bien quand il y a un ...