2
min

1965 - Révolte au collège.

Image de Marcel Prout

Marcel Prout

183 lectures

159

Ça s'est passé à une époque où les enfants respectaient les adultes.
Bon, je ne dis pas que décidément tout était mieux avant et que les enfants de ces années là étaient plus vertueux, pas du tout. Les enfants des années soixante n'étaient ni plus ni moins quoique ce soit. Ils étaient comme ceux d’aujourd’hui. Ils faisaient en fonction de ce que leur époque leur dictait de faire, c'est à dire ce que les adultes en faisait. Ils étaient bien obligés de suivre.
Ça n'a pas changé.
Les époques, elles, changent.
A mon époque donc, et vous pouvez me croire puisque j'y étais, nous avions une sainte trouille des adultes à la torgnole facile. Les professeurs des collèges, qui, il est vrai, ne géraient et ne gèrent toujours pas la tranche d'âge la plus facile, avaient l'avantage de pouvoir imposer leur discipline par la crainte du châtiment physique qui souvent accompagnait de trop expéditives injustices. En un mot, on chopait dans le tas le premier qui passait par là. Les plus voyants, les plus grands, les moins futés, votre narrateur, par exemple.
Et pas question de se rebeller. Mon père m'avait prévenu: “ Si tu me dis qu'un professeur t'en as collé une j't'en colle une autre“! Pas question de savoir le pourquoi du comment,.
L'adulte a toujours raison, point final !
Mon paternel ne devait pas être bien différent des autres. Gamin de la guerre, il ne pouvait pas comprendre qu'un enfant au ventre plein ait à se plaindre de quoi que ce soit. L'essentiel étant garanti, il ne pouvait y avoir de révolte possible.
Et justement, un beau jour de révolte il y eut.
Ou plutôt un mauvais jour.
Un malchanceux avait eut la folie de garer sa voiture, une DS noire chromée rutilante, il y en avait beaucoup à l'époque, sur le trottoir, juste en dessous des fenêtres du collège. Trop content de l'aubaine, et profitant d'un déplacement dans le couloir, tous les gamins de la classe, bientôt suivi du renfort d'une autre et dans un moment de pure folie récréative, se mirent à cracher sans retenue sur le véhicule que je vois encore cinquante ans après, là, juste en dessous. De furieux pisseurs bientôt prirent part à la fête en grimpant sur les rebords des fenêtres quitte à se casser la gueule, mais la rigolade en valait la peine, preuve en est encore de mon plaisir à vous la raconter aujourd’hui. Tout ceci se termina à l'arrivée en trombe mais bien tardive de notre surveillant général qui ne pût appréhender sur le fait qu'un seul d'entre nous encore perché parce qu’il n'avait pas fini de se soulager! De mémoire, il ne fut pas trop puni, par faute d'attribuer à sa seule personne l'avalanche de crachats et d'urine fumante qui couvraient la bagnole. Et puis comment gérer cinquante mômes hurlants de rire en réponse au juste courroux du propriétaire de la DS et du directeur qui levaient vers nous leur regard, plus ahuri qu'autre chose, par l'incroyable qui venait de se produire ?
Gageons que ce jour là une authentique révolte s'était exprimée dans l'anonymat d'une dynamique de groupe, émulation portée par cette terreur que nous avions des adultes, exorcisée dans cette puérile et peu ragoutante Bastille que chacun, du premier au dernier de la classe, s'était senti d'avoir prise.
Précision importante, le collège n'était pas mixte, ce qui aurait rendu la chose beaucoup moins possible.
Décidément, que de bêtises quand elles ne sont pas là...

PRIX

Image de 2019

Thème

Image de Très très courts
159

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Raymond De Raider
Raymond De Raider · il y a
Ca m'a fait rire parce que finalement, cette époque existe encore : ici, à Yoff, les gamins font souvent des farces au voisin, menuisier, en sortant de l'école. Parfois, il peste et se met à les poursuivre en courant. Peine perdue : il court bien moins vite. Et donc, adieu, à nouveau de manière provisoire ou éphemère.
Image de Marcel Prout
Marcel Prout · il y a
Yoff, Sénégal, ça alors !
Image de Raymond De Raider
Raymond De Raider · il y a
Oui, Yoff, ça fait deux ans.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une belle histoire du début à la fin ! Menée avec maîtrise un foisonnement de sensations ! Vous y êtes allé avec contrôle tout y est à sa place bravoo ! Toutes mes voix !
Si l'envie vous prend je vous invite à découvrir mon oeuvre en compétition, catégorie des nouvelles, "Jeunes écritures".
https://short-edition.com/fr/auteur/assmoussa

Image de Merina Biwoni
Merina Biwoni · il y a
C'edt un beau texte, bien écrit, instructif et drôle. Min travail pour le travail et bravo.
Si je peux me le permettre, j'aimerais vous inviter à découvrir le '' combat d'Armani'' sur ma page.

Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
J'aime bien vos réflexions sur les époques qui font que les enfants sont comme ci ou comme ça, c'est si vrai !
Image de James Wouaal
James Wouaal · il y a
Une histoire à pisser partout ça...
Image de Chorouk Naim
Chorouk Naim · il y a
C'est joli
Image de David Bogatirsky
David Bogatirsky · il y a
Vous écrivez très bien et parvenez à nous faire partager avec bonheur vos souvenirs.
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Super. Je vous donne mes voix et vous invite à lire et à soutenir si cela vous plaît, mon oeuvre " Sous le regard du diable ". https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sous-le-regard-du-diable
Image de DAO Rassablaga
DAO Rassablaga · il y a
le reve peut ainsi nous porter loin... bravo pour cette beaute artistique. n hesitez pas a decouvrir une epopee fort populaire https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/trente-deux.bien cordialement.
Image de Mame Soda MALE
Mame Soda MALE · il y a
Je vous accorde toutes mes voix parce que j'aime particulièrement votre style d'écriture. C'est simple et pleine d'originalité.
Votre histoire est bien construite. Je vous encourage également car c'est un réel plaisir de vous lire.
Prière de lire mon oeuvre présentement en compétition : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/entre-justice-et-vengeance