On a bien fait de laisser les volets fermés

il y a
1 min
1 052
lectures
689
Lauréat
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Quelle maîtrise dans le choix des mots qui composent ce poème aux accents lumineux ! Tout est soigneusement choisi et l'on se pelotonne volontiers

Lire la suite

Parler de moi ? Pour dire quoi ? Franchement, qui ça intéresse  [+]

Image de Printemps 2019

Tu te roules, te déroules, t’enroules
Te roules encore dans l’aube retardataire
Elle lambine, tant mieux
Elle ne s’excuse de rien, la garce
Elle est joliment nue, sans insolence
Ni culotte ni panty ni caraco ni corset
Elle est nue, même pas maquillée
L’aube retient le jour entre ses cils de broussaille
Elle indécence tout, même toi, même le temps, même la taie
Émoi aussi
Les draps ont faim, froid, soif
Il faudra manger des céréales dans un gros bol
Boire du café chaud mais pas trop
Après, pas maintenant, après
On n’a pas fini de caresser le matin flemmard
Tu crépuscules longtemps mes frisottis
Petites mèches moites entre tes doigts moites
Dehors les coqs ont coupé le son
Larsen rangé au fond de leurs gosiers
Cloués, leurs petits becs avec des pignes de pin
Débranchée, la radio paysanne dans le tracteur jaune
Les grandes meules couleur soleil sont des guitounes pour les piafs
Leurs haillons sont noirs, ils brillent sur les épaules du cerisier
Un ruban de satin couleur ortie sangle la paille pliée
Tu sarriettes ma bouche pipelette
J’encamomille tes lèvres bées
Ventres tout chauds, mouillés, touillés, fouillés
Des gouttes coulent, un flot
Puis un murmure se tait presque
Quatre omoplates griffées, il est midi

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Quelle maîtrise dans le choix des mots qui composent ce poème aux accents lumineux ! Tout est soigneusement choisi et l'on se pelotonne volontiers

Lire la suite
689

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Poèmes

Le creux idéal

Sylvie Neveu

Le gars, son truc à lui, était vaste mais sans complexité. C'était la solitude.
Et la boîte.
Le gars, il vivait en retrait du monde, chercheur de silence, prononceur de rien, ours sur les... [+]