Le coq et le faisan

il y a
1 min
2 291
lectures
314
Finaliste
Public
Recommandé
Par une nuit sans lune, en un chemin glissant,
Paradait un faisan, le croupion frétillant,
La plume bien légère. Il divaguait ainsi
Plus fier qu'un jeune paon, de pensées guillerettes
En projets délirants pour combler une belle,
Lasse de basse cour, avide de ramage
Et de galants discours.

D'un buisson, à l'affût, un vieux coq nyctalope,
Presbyte de surcroît, l'esprit ragaillardi
Par un trop long veuvage, patiemment attendait
Qu'une poule volage égarée en chemin
S'offre comme un fruit mûr, érotique festin.

Perdu dans ses idées, sans l'avoir aperçu
Le faisan trébucha, la tête la première.
Il ne vit ni la crête, ni le vil malotru,
Et pris au dépourvu dut s'avouer vaincu
Dans la boue d'une ornière.

Que tu sois mâle faisan ou poule téméraire,
Il est des lieux communs quelquefois renversants.
En un mot comme en cent, il faut rester prudent;
Pour aller de l'avant, protège tes arrières.
Recommandé
314

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mijo Nouméa
Mijo Nouméa · il y a
J'ai bien aimé la tournure et le phrasé. La chute est drôle et véridique :)
Image de Chantane P.
Chantane P. · il y a
J'aime beaucoup... Une fable avec une charmante morale... Bravo

Vous aimerez aussi !