La valse longue

il y a
1 min
355
lectures
23
Qualifié

Puisqu’assurément il faudra laisser
Un jour le vent frais du petit matin
Disperser l’arôme du premier café
Avant que fumant il se soit mêlé
À l’odeur grillée craquante du pain
Puisqu’assurément il faudra laisser
L’odeur des matins

Avant de partir
Je voudrais valser
Mon pas dans ton pas
Un long tour du monde
Avant d’en finir
Je voudrais tourner
Ton bras à mon bras
Une valse longue

Puisqu’assurément il faudra laisser
Un jour les mésanges et les écureuils
Profiter sans nous du parfum des feuilles
Dans le clair-obscur tout éclaboussé
De soleil des bois noyés de rosée
Puisqu’assurément il faudra laisser
Les bois aux bouvreuils

Avant de partir
Je voudrais valser
Mon pas dans ton pas
Un long tour du monde
Avant d’en finir
Je voudrais tourner
Ton bras à mon bras
Une valse longue

Puisqu’assurément il faudra laisser
Les éclaboussures à d’autres enfants
Qui de flaque en flaque iront en sautant
Détremper leurs rêves en mouillant leurs pieds
Tremblant dans le vent et la pluie d’été
Puisqu’assurément il faudra laisser
La pluie et le vent


Avant de partir
Je voudrais valser
Mon pas dans ton pas
Un long tour du monde
Avant d’en finir
Je voudrais tourner
Ton bras à mon bras
Une valse longue

Puisqu’assurément il faudra laisser
Les soirs de gros temps et de fort tangage
Le vent dans les voiles et dans les cordages
Affronté debout affronté fièrement
Arrimés au bar bien que titubant
Puisqu’assurément il faudra laisser
Mes si beaux naufrages

Avant de partir
Je voudrais valser
Mon pas dans ton pas
Un long tour du monde
Avant d’en finir
Je voudrais tourner
Ton bras à mon bras
Une valse longue

Puisqu’assurément il faudra aussi
Mettre à la consigne nos rêves éveillés
Nos colères nos rages et nos illusions
Que d’autres peut-être un matin viendront
Réclamer joyeux pour s’en habiller
Puisqu’assurément il faudra aussi
Laisser nos colères

Avant de partir
Je voudrais valser
Mon pas dans ton pas
Un long tour du monde
Avant d’en finir
Je voudrais tourner
Ton bras à mon bras
Une valse longue


Puisqu’assurément il faudra enfin
Nous priver de nous indéfiniment
Nous abandonner dénouer le lien
Lire le dernier mot de notre roman
L’un quittant le bal et l’autre restant
Puisqu’assurément il faut malgré tout
Que meurent les amants

Avant de partir
Je voudrais valser
Mon pas dans ton pas
Un long tour du monde
Avant d’en finir
Je voudrais tourner
Ton bras à mon bras
Une valse longue

23

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !