Je te regarde Isère…

il y a
1 min
464
lectures
384
Finaliste
Jury

"Pour m’exprimer, je préfère l’écrit à la parole. Écrire évite les répétitions. La parole dit trop ou formule une idée incomplète. Les gens se perdent en phrases inutiles, farcies de  [+]

Image de 2017
Image de Poèmes
Je te regarde Isère, sous la lueur blafarde
D’un jour trop gris de pluie, de nuages sans vie.
Chaque jour que Dieu fait je n’ai rien d’autre à voir
Que tes eaux hypnotiques qui défilent sans cesse
Et derrière ton cours, falaise infranchissable
La Chartreuse m’impose un mur si oppressant,
Opposant sa hauteur, son immobilité
A tes remous constants qui donnent le tournis.

Je te regarde Isère, sous le soleil d’été,
A travers les feuillages des peupliers verts
Où nichent les oiseaux et jouent les écureuils.
C’est le moment d’aller, depuis la passerelle,
Découvrir tes méandres, au loin la Dent de Crolles
Si fièrement dressée attire le regard,
On espère un ailleurs, un paysage ouvert,
Sans rivière qui roule et sans remous pervers.

Au mitant de l’été, quand tes eaux sont si basses
Qu’on y voit sur le fond le sable et les cailloux,
Pour quelques temps enfin tu es moins menaçante,
C’est la seule saison où je peux t’apprécier,
Évitant les cyclistes, les joggers trop pressés,
Délaissant pour un temps le monde des humains
J’emprunte le sentier qui jouxte tes eaux troubles
Face à l’Ile d’Amour, mais je suis sans amour...

Promeneur solitaire égaré sur tes berges,
Entouré d’herbe tendre et de fleurs colorées
Enivré des parfums qui montent de la terre
Je prends enfin le temps de me laisser aller,
Profitant d’un moment, fraîcheur du crépuscule,
Pour échapper un peu aux touffeurs de la ville.
Puis l’automne revient, transparence perdue,
Tu m’obsèdes à nouveau, quand vas-tu m’engloutir ?

Je te regarde Isère, toujours en mouvement,
Tes tourbillons s’enchainent en une invitation
A plonger dans tes eaux pour n’en plus remonter.
Tu charries des branchages, tu charries des mirages,
Tu charries chaque jour mes pensées vert-de-gris
De la même couleur que tes ondes honnies,
Je ne supporte plus ton courant incessant
Qui érode ma vie comme il use tes berges

Je t’ai trop vue, Isère, tu as déteint sur moi,
Étendant sur mon âme un voile de grisaille.
Un jour je partirai et je retrouverai
Un pays lumineux sans falaise prison
Où l’air est plus léger et les eaux enfin bleues,
Sans une onde entêtante et défilant sans fin,
Je ne te verrai plus, je serai libéré
De ta couleur tristesse et de ta brume froide.
384

Un petit mot pour l'auteur ? 152 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
à la vie à la mort, très beau poème où se mélange l'envie de partir et de rester. pas évident de couper le lien.
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
En l’occurrence c'était surtout l'envie de partir...
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
oui je le pensais bien. Bonne soirée
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
On peut tout inventer en écrivant mais pour donner le parfum du vécu, je pense qu'il faut vraiment connaître un lieu que l'on décrit. Vous l'avez fait avec ce mélange d'amour et de rejet qui rend vivant votre poème. Juste récompense!
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci Mireille. En effet je connaissais les lieux décrits...
Image de André Page
André Page · il y a
Mes voix pour ce magnifique poème, Françoise.
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
toutes mes voix de soutien pour le pays lumineux qui commence à émerger derrière le mur oppressant
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci beaucoup de votre soutien !
Image de Anne-Marie Menras
Anne-Marie Menras · il y a
Je viens seulement de lire votre poème empreint de mélancolie et même d'idées noires, qui décrit la présence oppressante de la Chartreuse sur la rivière Isère. Mes 4 voix. Bonne chance pour la finale !
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci beaucoup de votre vote et de votre commentaire. En effet j'ai dépeint (et ressenti) le couple rivière Isère et Chartreuse comme oppressant. Merci de votre soutien !
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Documenté et original dans sa mélancolie. Emouvant.
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci pour votre votre vote et votre commentaire
Image de Maryse
Maryse · il y a
Bonne chance Françoise !!
Si vous aimez les haïkus "vague à l'âme" est à découvrir sur ma page.

Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci à vous !
Image de J.H. Keurk
J.H. Keurk · il y a
Bonne chance !
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci !
Image de Jean Jouteur
Jean Jouteur · il y a
Bonne finale !
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci !
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
Je ne vous connaissais pas Françoise, je suis ravie de découvrir ce superbe texte avant la fin du concours :)
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci de votre vote et de votre commentaire, je suis heureuse que ce poème vous ait touchée.