Errance urbaine

il y a
1 min
303
lectures
37
Finaliste
Jury
Recommandé
Le bitume blesse mes pas.
Jungle urbaine suffocante et
Haute, sa tête dans les blés
Des cieux. Ils sont jaunes et si las.

Elle, elle est grise comme moi
Eux, ils coulent dans ses artères
Les petits soleils, ses vieux frères.
Taxis, taxis, venez par là !

Les deux tours aux nuages tombent.
Le cœur de la ville bat vite,
Comme la rue qui va si vite
Et la pluie de la mer qui tombe.

La liberté est grande ici
Plus grande qu'à Paris. Mazette !
Je regarde son corps, sa tête,
Je cours, comme je suis petit.

Les effluves de l'océan
Caressent ma pomme et ses larmes,
Ses larmes fumées et vacarmes
Poussées par le vent violent.

Je regarde les gratte-ciel
Mes ongles grattant le goudron
J'en ai trop, dans mes yeux marrons,
De cette ville et de son fiel.

Recommandé
37

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !