Si tu vas à Rio...

il y a
2 min
327
lectures
263
Qualifié

Plus envie de lire et encore moins d'écrire... Merci à ceux qui passent encore sur ma page et pardon si je ne vous réponds pas. Prenez soin de vous ! J'apprends la cyberattaque, quelle ... [+]

- Nan, mais c’est pas méchant, mais quand même où a-t-elle la tête ? Il a plus de 20 ans de moins qu’elle et puis il est tellement beau...
Et patati et patata.... Qu’est-ce qu’ils ont tous à s’occuper de mon cul ? Est-ce que je me mêle de leurs histoires de coeur, moi ?
Déjà que j’ai dû leur faire croire que j’avais mis fin à la relation à distance que j’entretenais avec Louisa, ma jolie Brésilienne. Ça se fait pas paraît-il, les vieilles moches comme moi n’ont pas le droit d’aimer de jeunes et belles personnes. Et surtout pas des filles et encore moins des beaux jeunes noirs qui ne penseraient, selon mes amis et ma famille, qu’à obtenir des papiers pour pouvoir venir en France.
Quand Djibril était apparu sur l’écran de mon ordinateur après que j’ai accepté sa demande de conversation sur messenger, j’ai immédiatement su que j’avais rencontré celui que je cherchais depuis deux ans.
Il était effectivement très beau. Assez beau pour faire craquer n’importe quelle Française un peu quinquagénaire, un peu trop divorcée.
Pendant un an je n’ai vécu que pour espérer voir apparaître sa jolie frimousse sur l’écran de mon ordinateur ou de mon téléphone. Il me faisait me sentir de nouveau belle. Je buvais ses paroles, j’étais redevenue amoureuse comme une collégienne. Il n’a rien précipité car il voulait me prouver son attachement sincère avant de me demander de l’épouser et je lui étais si reconnaissante de cet amour désintéressé que j’ai dit oui. Nous avons d‘ailleurs tout fait dans les règles, avec contrat de mariage et assurance-vie, pour surtout rassurer les mauvaises langues qui persistaient à qualifier ce mariage de blanc. Pfff, qu’est ce qu’ils comprennent à l’amour tous ces coincés ? Il m’a si souvent amenée au septième ciel qu’il a fini par succomber à une crise cardiaque. Que voulez-vous c’est difficile de dire non quand on a 25 ans et qu’on découvre que finalement c’est pas si mal de faire sa soupe dans une vieille marmite. Et voilà le pauvre ça l a envoyé au paradis. Je pleure mon joli et jeune amant pendant quelques temps. Je m’étais habituée à sa peau contre ma peau...

- Allô Louisa ? Oui c’est moi, j’arrive avec le vol de 14 h. Moi aussi hâte de te serrer enfin dans mes bras. C’était si long ces deux années sans pouvoir te rencontrer. Et puis l’apparition de Djibril m’a éloignée trop longtemps de toi...
- Tu verras que ça valait le coup tous ces petits sacrifices. L’argent de son assurance-vie que tu as fait transférer ici sur mon compte est bien arrivé. A nous la belle vie !
Tu verras je te rendrai si heureuse que tu te croiras bientôt au paradis. A tout à l‘heure mon cœur. Je t’embrasse tendrement entre tes deux jolis petits seins.
Ah la petite garce, elle savait me parler’ j’étais déjà tout émoustillée à cette idée....

- C’est-y pas malheureux d’aller jusqu’à Rio pour y succomber d’une crise cardiaque. Elle n’a vraiment pas eu de chance cette pauvre dame, dit Françoise en repliant le journal. Ils disent que son dernier mari avait lui aussi succombé à une crise cardiaque peu après son arrivée en France. Je crois bien que les voyages tuent, regarde-nous Michel, on a bientôt 80 ans et on n’a jamais été plus loin que la ville d’à côté.

A Rio, Louisa sourit. Faudra qu’elle pense à aller remercier sa grand-mère pour les deux petits flacons miraculeux. Des philtres d’amour ! Un envoyé à son amie en France pour Djibril et celui qu’elle avait gardé pour sa petite Française. Enfin des philtres de « tue l’amour » serait plus juste....
263

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,