Rencontre avec un Ange

il y a
16 min
24
lectures
4

Un Etr'Ange  [+]

Depuis quelques mois, lorsque je m’endors, j’ai rendez-vous avec un ange. Il m’est apparu une nuit alors que je me sentais seule et désemparée. J’ai senti une présence près de moi et j’ai ouvert les yeux. Je ne savais plus si je dormais encore... et un éclat lumineux m’aveugla et là, devant moi, se tenait un ange.
Au début, j’ai eu peur ! Comment cela pouvait-il paraître si réel ? Comment pouvais-je sentir cette présence alors que j’étais seule dans mon appartement ? Comment avais-je pu être éblouie par cette lumière ?
Il était devant moi et d’un geste tendre, me rassura. Je l’entendis me dire de ne pas avoir peur mais ses lèvres ne bougeaient pas. Il sourit et je l’entendis me dire de ne pas m’inquiéter, il communiquait avec moi par la pensée et il avait une voix douce et agréable. Inconsciemment, je me sentais tout de suite rassurée.
Il était grand, les cheveux de jais et les yeux noisette. Il avait dans ses yeux des milliers d’éclats et d’étincelles. Dans son dos, je remarquais une paire d’ailes d’un blanc immaculé et d’une structure cotonneuse. Il portait des vêtements noirs qui contrastaient avec la blancheur de sa peau. Je lui donnais une trentaine d’années.

Il se présenta à moi sous le doux prénom de Thomas. Il n’était pas censé communiquer de manière directe avec moi puisqu'il était mon ange gardien. Mais ma souffrance, ma solitude, ma personnalité lui avait donné envie de me voir, de me parler et de me rassurer. Et puis, il avait trouvé amusant et étonnant, mon idée de me faire tatouer des ailes d’anges dans le dos. Sans doute, un appel de détresse, un cri...
Il me raconta sa vie d’avant, sa vie d’homme, d’être humain et d’enfant... Il me parla de son nouveau départ lorsqu’il était monté au ciel à 27 ans. Pour lui, ce n’était pas une mort mais une renaissance. Il évoluait dans le monde des anges désormais et rien ne lui plaisait autant que de s’occuper et d’aider les gens. Il avait dans son sourire quelque chose d’hypnotique, de magique. Lorsque je plongeais mes yeux dans les siens, je sentais en moi, monter une paix telle que je voulais ne plus le quitter des yeux.
Hélas, je me réveillais subitement et réellement. Mon réveil était en train de sonner. Était-ce vraiment un rêve ? Je ne savais plus mais je passais une excellente journée, baignée par cette lumière apaisante que j’avais vu dans mon rêve.

Le soir même, je me couchais, me demandant si j’allais faire le même rêve, si j’allais revoir mon ange gardien. Pendant plusieurs heures, j’essayais vainement de m’endormir et je sombrais finalement, épuisée. Je ne sais combien de temps se passa mais il apparut de nouveau dans cet éclat de lumière. Il arborait toujours cet adorable sourire qui m’apaisait. Cette fois, nous parlons de ma vie, mon enfance, mon adolescence. Et aussi, de cette souffrance, de cette absence de tendresse que j’avais mal supportée étant jeune. Et pourtant, m’expliqua-t-il... mes proches m’aimaient et m’aiment toujours mais je n’avais pas su le voir à cette époque parce que la souffrance avait assombri mon esprit et fermé mon cœur.

Sans me rendre compte que je lui avais ouvert mon cœur et mon âme, j’avais l’impression que c’était lui qui s’était ouvert à moi. Et c’est ce qui arrivait... Parce que la troisième nuit, où il est venu, il m’avoua qu’il aimait venir parler avec moi et appréciait beaucoup ma présence. Il me dit aussi que là-haut, ils n’appréciaient pas tellement ce contact entre une protégée et lui mais qu’il ne voyait pas le mal là-dedans.
Il me parla longuement de son enfance entourée de ses parents et de sa sœur. Il m’expliqua qu’il avait vu sa famille souffrir et pleurer sur sa dépouille charnelle lorsqu’il était décédé et qu’il avait rejoint la communauté des anges. Il souffrait pour eux mais lorsqu’il eut ses ailes, il ne ressentit plus ce sentiment là mais simplement de l’amour et de la sagesse. Il ne voyait plus la mort de la même manière et il était heureux que son esprit soit encore en vie et que sa charge de protecteur allait lui permettre d’apporter de l’amour aux personnes dont la protection lui incombait. Il savait qu’il ne pourrait empêcher ses protégés de souffrir mais leur apporter soutien, tendresse pour qu’ils puissent passer au delà de ces épreuves du cœur.

Une forte complicité était née entre nous et nous nous donnions rendez-vous toutes les nuits afin de parler de lui, de moi, de nos bonheurs... nous parlions rarement des choses tristes car comme il était mon ange, il savait déjà tout de moi mais il savait comment m’amener doucement à comprendre les choses que je vivais et à améliorer mon quotidien. Je me régalais de ses histoires et ses anecdotes. Il me racontait comment ça se passait là-haut et parfois, il me demandait comment je réagirais face à telle ou telle situation. Et puis, parfois, je le sentais un peu triste et pourtant, il ne devait pas ressentir de tristesse puisqu’il était un ange. Un soir, je lui demandais. Après un long silence chargé de douceur, il m’avoua qu’il recommençait à ressentir ce genre de sentiments depuis que l’on se connaissait. Il rougit en disant cela et il me dit qu’il se sentait très heureux à l’idée de me revoir chaque soir et triste, à l’idée de se séparer de moi chaque matin. Il se sentait triste lorsque j’étais triste, mélancolique aussi parfois. Je ne savais plus quoi dire, j’étais moi-même troublée par ce que je ressentais.

Nous avions pris l’habitude de nous voir et parfois, en pleine discussion, il était appelé ailleurs pour aider un de ses protégés alors il m’envoyait un baiser et disparaissait. Je me retrouvais donc seule dans mon rêve et je sentais les douces couleurs qui ornaient les parois de ce rêve se délaver, grisonner et en général, je me réveillais subitement et avais beaucoup de mal à retrouver le sommeil.
Entre temps, j’avais enfin trouvé le modèle de tatouage tant désiré et j’avais pris rendez-vous chez le tatoueur. Pendant que l’artiste œuvrait sur mes omoplates, je sentis une présence près de moi et la sensation d’une caresse sur la nuque. ce ne pouvait être le tatoueur. La nuit venue, j’en parlais à Thomas et il éclata de rire. C’était lui qui était venu me rejoindre et qui n’avait pas résisté à me caresser tendrement la nuque. Il trouva que mes ailes étaient très jolies et m’assura non sans une pointe d’humour que je pourrais utiliser celles ci lorsque je serais devenue un ange moi aussi. Nous avions, cette nuit-là, passés de très bons moments de complicité, d’amitié et le lendemain, je m’étais réveillée de meilleure humeur encore.

Une nuit, il ne vint pas.... La nuit suivante non plus et ce plusieurs jours durant. Je ne comprenais pas pourquoi, j’avais besoin de lui, moi !! Mais où était il donc ? Au début, je me suis dit qu’il devait être occupé avec un de ses protégé qui avait peut-être beaucoup de problèmes et qu’il finirait par me donner des nouvelles. Hélas non.... Le temps passait et je ressentais de plus en plus fort cette tristesse et un manque immense de lui. Je ne comprenais toujours pas mais je ne pouvais quand même pas tomber amoureuse d’un ange. Ce n’était pas un être réel, de chair et de sang et pourtant, j’avais le cœur serré et ce vide en moi depuis que je ne le voyais plus. De nouveau, je n’arrivais plus à dormir, je me levais le matin, tellement fatiguée que j’étais devenue un zombie. je n’arrivais plus à retrouver une vie normale.
Puis une nuit, je m’endormis une fois de plus très tard et... quelqu’un vint me trouver dans mon rêve. Mais ce n’était pas lui. C’était un homme plus âgé. Il avait le regard aussi doux que celui de Thomas mais on sentait tout de même une certaine froideur dans son attitude et je m’en rendis compte très vite, dans ses paroles.
Il me dit qu’il s’appelait Mervil et qu’il était le supérieur de Thomas. Il m’expliqua qu’il ne voulait plus que Thomas vienne me voir ni même ne reste mon ange gardien. Il avait désobéi aux lois de la communauté des anges. Il avait prévu de le remplacer par un autre ange et dans cet intervalle, ce serait lui-même qui me servirait d’ange gardien. Je lui répondus que je ne voulais pas d’autres anges, que Thomas et moi ne faisions rien de mal et que ce n’était pas juste. Il me rappela que les anges n’étaient pas là pour faire la causette mais pour veiller à ce que nous vivions correctement et que nous respections le destin qui nous avait été alloué. Je ne comprenais rien à ce qu’il me racontait, je ne voulais pas comprendre, j’étais obsédée par le fait que je n’allais plus revoir Thomas. J’avais très mal et des larmes coulaient le long de mes joues. Je ne saurais dire si c’étaient des larmes de colère ou de tristesse mais elles étaient bien là.

Il m’expliqua doucement que ma vie, je devais la vivre avec les êtres vivants et pas avec les anges. Que Thomas ne fût là que pour veiller à ce que je trouve enfin le bonheur avec mon "Autre" et que cette personne, je devrais bientôt la rencontrer. Mais je ne voulais pas le rencontrer parce que mon "Autre", c’était Thomas. J’étais tombée amoureuse d’un ange. Cela me semblait tellement logique maintenant, il me connaissait par cœur, il n’avait jamais de pensées négatives et ne me ferait jamais de mal... Et puis, j’avais moi aussi appris à le connaître et à l’aimer. J’eus l’impression que Mervil lisait dans mes pensées puisqu’il fronça les sourcils lorsqu’il comprit que j’aimais Thomas. Il secoua la tête de gauche à droite en me disant que ce n’était pas possible. Qu’une relation entre un être vivant et un ange était totalement interdite. Je n’aurais même jamais du savoir à quoi il ressemblait. Thomas avait donc bravé beaucoup d’interdits pour me rencontrer. Puis pour venir passer plusieurs heures avec moi et que le fait que ça soit devenu régulier était encore bien pire. Thomas risquait de perdre ses ailes s’il continuait à venir me voir. Je pris soudain conscience des risques qu’il avait pris !! Et je ne voulais pas qu’à cause de moi, quelque chose d’aussi grave que de perdre ses ailes, puisse lui arriver.... Alors, j’acceptais donc de ne plus jamais le revoir !!!!

Consciente de tout ce qui se passerait, j’appris à vivre sans lui. Mais il me manquait terriblement. Me sentant seule et désemparée de nouveau, je me demandais ce que mon nouvel ange gardien pouvait faire pour moi. Si seulement, je n’étais pas tombée amoureuse de lui... A chaque fois que je vais me coucher et que je ferme les yeux, je pense à lui... j’avais beaucoup de mal à vivre sereinement mais je m’étais résignée par amour pour lui. Il devait absolument garder ses ailes parce qu’il était un ange formidable et les personnes sous sa protection, avaient beaucoup de chance.
Les jours se suivaient et se ressemblaient... J’avais toujours du mal à garder la tête hors de l’eau. Je passais beaucoup de temps dans un parc près de chez moi, les beaux jours étant revenus. J’avais aussi pris l’habitude de m’arrêter quelques minutes à l’église qui se trouvait sur le chemin. Elle était souvent désertée et cela m’apaisait d’y aller. Ce silence, ce recueillement me faisait beaucoup de bien. Bien moins que Thomas mais je me sentais sereine et à l’abri du monde extérieur. Je m’asseyais après avoir déposé un cierge et je lui parlais en pensée, je lui demandais s’il allait bien, si tout se passait bien. J’évitais de lui dire qu’il me manquait et que je l’aimais. J’espérais qu’il entende mes paroles et qu’il sache que malgré tout, je ne l’avais pas oublié.
Par un bel après-midi ensoleillé, je pris mon sac, mon livre et je pris le chemin du parc. Je m’arrêtais une fois de plus dans l’église quelques instants et repris mon chemin. Arrivée au parc, j’allais m’installer à mon endroit favori. Près du lac... cachée des promeneurs par les branches d’un arbre mais sous le soleil qui tentait de me réchauffer le cœur. J’ouvris mon livre et m’évada... Dans les paysages de mon histoire, je ne vis pas que quelqu’un s’était assis pas très loin de moi et qui m’observait. Ce fut lorsque je relevais la tête pour sentir la chaleur m’imprégner le visage, que je vis cet homme qui me regardait, un léger sourire aux lèvres. Mais je connaissais ce sourire !!! et pourtant, je ne sentais aussi gênée d’être ainsi dévisagée. Je plongeais mon regard dans le sien.... Et choc, je reconnus celui de Thomas.... Pourtant, il ne lui ressemblait pas trop à part les cheveux de jais et les yeux noisette. Nos regards se croisèrent longuement et je sentais indiscutablement une paix intérieure m’envahir.... Comme lorsque je voyais mon Ange. Après plusieurs minutes, il se leva et vint s’installer près de moi. Il ne parla pas tout de suite mais resta assis à mes côtés, fixant le lac comme s’il en voyait le fond. Je fermais mon livre et me glissa aussi dans cette eau fraîche.

Lorsque je sortis de ma rêverie, il me regardait encore, toujours ce même sourire aux lèvres. Il parla enfin, (c’est fou, il avait aussi la même voix que mon Ange !). Il me tendit la main et me dit :" Bonjour, je m’appelle Thomas et vous ?" J’étais abasourdie par ce que je venais d’entendre... Thomas !!! je balbutiais mon prénom difficilement. Il sourit de nouveau. Il me demanda si je venais souvent ici, je lui répondis... "tous les weekend." Enfin, aussi souvent que possible parce que cet endroit était pour moi comme un havre de paix où mon esprit et mon cœur pouvaient se reposer. Je lui posais la même question. Il me dit qu’il connaissait très bien ce parc mais que c’était la première fois qu’il y venait réellement. Il le trouvait à son goût, en effet et très reposant. On n’avait pas l’impression d’être au cœur de Paris. Il me posa beaucoup de questions sur mes goûts, ma vie, si j’étais seule dans la vie. Je fus tentée de lui dire oui tout en pensant à mon Ange mais je ne le reverrais plus et je répondis donc par la négative. Il fronça les sourcils et dit qu’il ne comprenait pas qu’une jeune femme douce, jolie comme moi, pouvait être encore seule. Je souris et lui dit que c’était la phrase typique du parfait dragueur. Il rougit et dit qu’il était bien loin d’en être un et qu’à son époque, les hommes ne draguaient pas à tout va. A son époque, vraiment bizarre comme réponse.

Nous parlâmes ensuite de nos goûts pour la lecture, la musique, les loisirs. J’avais de plus en plus la sensation de le connaître et j’étais aussi étonnée de son ignorance du monde actuel. Je me sentais bien avec lui et j’oubliais ma détresse. Je le sentais aussi à l’aise, il parlait doucement, toujours me regardant dans les yeux. J’aimais le ton de sa voix.... Tout en étant persuadée de déjà là déjà. Nous fûmes dérangés par le gardien du parc qui annonçait sa fermeture pour la nuit et que nous devions partir. Déjà !! Je n’avais pas vu l’après midi passer. Et lui non plus apparemment car il sembla tout d’un coup affolé. Une fois arrivés devant la grille que le gardien était en train de fermer soigneusement, je lui proposais d’aller boire un verre. Je n’avais pas envie que ce moment s’arrête. Il accepta de suite et nous voila donc partis côte à côte. Je lui demandais où il souhaitait aller et il me répondit après une hésitation qu’il n’avait pas d’argent... "Pas de problème, c’est moi qui t’invite !" lui rétorquais je. Nous nous étions tutoyés dès les premiers instants, ça me semblait tellement normal que je ne m’étais même pas posé la question.
Nous nous installâmes à la terrasse d’une brasserie que je connaissais bien. Le serveur vint prendre la commande, je pris un jus d’ananas, il choisit la même chose. De nouveau seuls, aucun de nous deux n’osait prendre la parole... une fois servi, je posais mes coudes sur la table et mon visage dans les mains et je le fixais de nouveau. Je crois que c’est à ce moment là que je compris mais je n’arrivais pas encore à y croire. je savais bien que j’avais vu ce regard auparavant...... je vis doucement ses joues rosir puis rougir complètement.
"Mais..." dis je subitement mais il ne me laissa pas le temps de terminer ma phrase car il posa son index sur mes lèvres en murmurant "Chuttttt ". Il savait que j’avais compris. ça devait être son 6ème sens.... C’était Thomas, c’était mon ange... Revenu sous une forme "humaine" mais il avait toujours ses yeux d’enfants. Je ne savais plus quoi dire, j’avais les larmes aux yeux... Il s’approcha de moi et me prit dans ses bras. Je le serrais fort contre moi, je voulais être sûre que c’était bien lui et pas un rêve. Il me berça doucement, tout en m’apaisant avec des mots tendres.
Nous terminions nos verres et j’allais payer au comptoir. Je lui pris la main et l’emmena chez moi. J’avais besoin de savoir ce qui s’était passé mais nous devions être au calme et ne pas être dérangé. Il eut un air émerveillé lorsqu’il entra dans mon appartement. "Enfin." dit-il, " je suis chez toi et je peux toucher ce que tu touches et m’asseoir à l’endroit où tu t’assoies." et il s’assit sur le canapé, exactement là où je m’assoies d’habitude. Je mis un Cd et une douce musique vint animer le séjour et je m’asseyais à côté de lui.
"Alors, explique-moi ce qui s’est passé et pourquoi tu es là ? où sont tes ailes ?..." Il leva la main pour stopper mes questions et me dit qu’il avait d’abord une chose très importante à faire. Il s’avança doucement vers moi et posa ses lèvres sur les miennes. Humm, elles étaient si douces. Instinctivement, je fermais les yeux et entrouvris la bouche en quête de ce baiser si tendre.... Il dura plusieurs minutes et il semblait savourer autant que moi ce moment. Lorsqu’il se recula, il avait les yeux très brillants... Il rougit et me chuchota " merci, j’en avais tellement envie." Moi, j’étais complètement désorientée par ce baiser. Il me prit la main et commença à raconter.
"Je sais que Mervil est passé te voir. Dès qu’ils ont su en fait que je venais te voir tous les soirs, j’ai été convoqué par l’archange. Il n’était pas très content de moi. Il m’a dit que mon attitude était totalement contraire à celle d’un ange et que je devais arrêter tout de suite et définitivement de te voir sous peine de déchéance. J’ai vainement protesté à cette décision mais ça n’a rien changé. J’ai eu le cœur brisé et j’ai eu si mal et je sus, à ce moment là, que je t’aimais, que j’étais vraiment amoureux de toi. Je ne comprenais pas parce qu’en tant qu’ange, on est plus censé avoir ce genre de sentiments. J’étais chaque nuit impatiente de te rejoindre et de passer du temps avec toi. Tu étais et tu l’es toujours mon ange à moi. C’est amusant non ?? C’est l’ange gardien qui se découvre un ange gardien. Enfin, on me confia donc une autre mission de protection et je fus tellement accaparé que je n’eus pas le temps de te prévenir moi-même. L’archange m’avait dit qu’il enverrait quelqu’un te prévenir mais j’avais peur que tu ne comprennes pas... Parce qu’il n’aurait pas utilisé mes mots. Les jours et les semaines se sont suivis et j’étais de plus en plus malheureux, je n’arrivais même plus à être digne de ma mission d’ange. Les autres ne me comprenaient plus, ni ma souffrance, ni ma tristesse. J’avais complètement perdu le goût de tout et j’essayais de combler ce manque en m’investissant encore plus mais en vain.

Un jour, l’archange me fit appeler. Il m’invita à m’asseoir et face à moi, il resta silencieux quelques instants, tout en sondant mon esprit à la recherche peut-être de réponse à mon mal-être. Cela dura plusieurs heures pourrait on dire puis il sembla réellement comprendre ce qui m’arrivait. Il se leva et se posta derrière moi. Il posa ses mains sur mes épaules et me dit : "Thomas, comment se fait-il que tu sois tombé amoureux ? Comment as-tu fait pour redécouvrir ce sentiment que nous ne sommes plus censés ressentir ici ? tu es devenu un être exceptionnel pour avoir la possibilité d’aimer de nouveau... non ?? Qu’en penses-tu ?" Je ne sus que répondre donc je restais silencieux, la tête baissée... les yeux fermés. Je ne savais pas ce qui aller suivre et en fait, j’avais très peur de ce qui pourrait arriver. Puis, il retourna s’asseoir face à moi. Il posa ses mains l’une contre l’autre devant lui et me regarda fixement. Il me dit : "Lève les yeux Thomas et regarde moi. Je ne te poserais que deux questions. L’aimes-tu vraiment ?" Je lui répondis de suite un grand oui et il me dit : " Alors souhaites tu rester au sein de notre communauté ? Je t’explique, si tu ne souhaites pas rester, je peux t’accorder ton retour à la vie humaine. Attention, cela veut dire que tu redeviendras un être humain et donc que tu vas mourir de nouveau. Tu connaîtras la douleur, la souffrance physique et morale mais aussi le bonheur et la joie." Il se tut, me laissant digérer l’offre qu’il venait de me faire. J’étais complètement abasourdi mais j’avais déjà fait mon choix et je ne désirais qu’une chose, te retrouver et pouvoir t’aimer enfin. Alors je lui fis part de ma décision en lui disant que je t’aimais tellement que j’acceptais de perdre mes ailes et de redevenir humain. Mais je lui ai promis aussi de prier et de vénérer les anges toute ma vie durant. J’étais ému et j’avais les larmes aux yeux et je le remerciais. Il leva de nouveau la main et me dit :"J’ai encore une chose à te demander. Lorsque tu mourras de nouveau et j’espère le plus tard possible, accepterais-tu de reprendre tes ailes et de revenir vers nous ou préfères tu monter là-haut et goûter au repos éternel ? Sachant que l’offre que je te fais aujourd’hui sera la seule, l’unique et la dernière que je te ferais. Je t’accorde une grande faveur et seulement parce que tu as toujours un ange qui a toujours accompli ses missions avec ferveur et amour et que je lis dans ton cœur que tes sentiments sont vraiment très forts et sincères." je réfléchis quelques minutes à cette proposition et j’eus une idée. Je lui proposais donc de récupérer non pas un mais deux anges. J’étais sûr que tu accepterais. Je lui demandais donc s’il accepterait que nous restions ensemble, tous deux des anges après la mort. Et il a accepté !! J’étais fou de joie que je faillis même me lever pour l’embrasser.
Mervil appela donc un ange appelé Alain et lui demanda de me décrocher mes ailes. J’eus soudain très peur mais il me rassura en me disant que je ne sentirais rien et qu’elles se décrocheront d’elles-mêmes et qu’Alain était simplement là pour les prendre et donc les remettre de côté pour mon retour. Je me sentis plus léger et je vis partir avec une certaines émotion mes ailes que je portais depuis tant de temps. Puis l’archange me pria de me lever et me dit : "suis le chemin le long de la rivière et tu trouveras une grotte. Je t’ai ouvert un passage, tu ne peux revenir en arrière une fois passé de l’autre côté. Il disparaîtra ensuite." Il me dit encore : "va et sois heureux ! Rends nous fiers de toi ! et reviens nous... le plus tard possible ! Bonne chance et n’oublie jamais ce que tu as été." Je le remerciais encore et pris le chemin de la rivière. Je n’arrivais toujours pas à y croire. J’allais enfin te revoir et enfin pouvoir t’embrasser, te prendre dans mes bras, te toucher. Mais j’eus aussi un doute. Voudrais-tu encore de moi ? M’aimais-tu ?
Voilà ce qui s’est passé et je suis aujourd’hui le plus heureux des hommes." Il m’embrassa les mains tendrement et les garda posées sur sa bouche.

Je n’en revenais pas de ce que je venais d’entendre. C’était incroyable mais j’étais aussi tellement heureuse, folle de joie et de bonheur. Mon amour pour lui allait enfin pouvoir s’exposer au monde entier. Des larmes de joie coulaient le long de mes joues et je n’arrivais pas à y croire. "Mais n’as-tu pas peur de le regretter un jour ?" lui demandais je. Il sourit et me répondit que ça ne risquait pas d’arriver car il avait rencontré la femme de sa vie. " J’avais désespéré la rencontrer un jour dans ma première vie. Et voila que je te rencontre... Alors si Dieu m’a donné une seconde chance, je dois la saisir parce que je suis et je resterais le plus heureux des hommes à jamais !" Il m’ouvrit les bras pour que je puisse m’y blottir et nous restâmes très longtemps dans cette position, profitant de chaque seconde. Puis, il prit mon visage dans ses mains et posa délicatement ses lèvres sur les miennes. Ce fut magique, je sentis un milliard de frissons me parcourir. Nous allâmes ensuite nous coucher, tant d’émotions l’avait beaucoup fatigué et pour la première fois, nous étions ensemble la nuit mais plus dans un rêve mais l’un contre l’autre, tendrement enlacés. Nous passâmes la nuit dans la même position, ne voulant nous lâcher sous aucun prétexte pour ne pas nous perdre de nouveau.
Dès le lendemain, je lui fis découvrir Paris. En effet, étant né dans les années 50 et étant décédé à l’âge de 27 ans, il se rendait compte de tous les changements qu’avait eu Paris. Il était émerveillé par tant de beauté. Il avait aimé Paris mais l’aimait encore plus. La journée était ensoleillée. Les Quais et la Seine étaient magnifiques. Je profitais aussi pour l’emmener faire une croisière. Il était ému de voir comment Paris pouvait être magique vu de la Seine. Puis, nous décidions de nous réfugier au pied du Sacré Cœur à Montmartre et là, assis sur un banc, lové l’un contre l’autre, nous regardions cette ville si romantique. Il me murmura je t’aime des dizaines de fois dans la journée. Il ne voulait jamais quitter ma main.

La soirée fut aussi douce que la journée. Après un dîner romantique aux chandelles, nous voici revenus chez moi. Nous restâmes encore à discuter dans le canapé mais je voyais dans ses yeux, une lueur intense... Il m’embrasse tendrement encore et encore, puis ses baisers se firent de plus en plus insistants, j’entrouvris les lèvres et nos langues se mêlèrent. En quelques instants, je me retrouvais soulevée par ses bras musclés et il m’emmena vers la chambre. Il me déshabilla doucement, émerveillé apparemment par mes charmes, puis à mon tour, j’entrepris d’enlever ses vêtements un par un. Je découvrais enfin le corps de l’homme que j’aimais. J’eus quand même la curiosité de regarder son dos mais pas de traces de ces ailes. De son côté, il découvrit les miennes et me chuchota " je veux les mêmes comme ça, nous serons comme deux anges perdus dans le monde des hommes." Nos mains découvrirent nos corps pendant de longues heures. Nous prîmes notre temps pour nous connaître. Ses caresses étaient comme un voile doux sur ma peau et je ressentis beaucoup de plaisir en moi. Nous fîmes l’amour pendant des heures. A chaque fois, encore plus fort... l’extase de nos ébats nous mettait en transpiration et nos corps luisaient à la lueur des bougies que nous avions allumées...
Ce fut le plus beau jour de ma vie, j’eus l’impression de découvrir la vie en même temps que l’amour. Le petit jour nous trouva, endormis dans les bras l’un de l’autre, unis pour la vie et pour plus longtemps encore....
Nous nous étions trouvés pour ne plus nous séparer....
Un ange est entré dans ma vie et y est resté.... Chaque seconde de ma vie est une pulsion de bonheur... un rêve infini.... Une chance immense...

Texte un peu brut mais en cours de correction.... merci de votre compréhension.
4

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Un récit très original où l'ange préfère être un humain pour approcher celle qu'il aime .
Une écriture émouvante .

Image de Isabelle Is'Angel
Isabelle Is'Angel · il y a
Merci beaucoup ☺️
Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
Joliment conté cette histoire d'ange ! Il y a longtemps que je ne vous ai pas lu... Très belle plume Chtitebulle. J'aime.
Julien.

Image de Isabelle Is'Angel
Isabelle Is'Angel · il y a
Merci beaucoup Julien 😘
Image de Tnomreg Germont
Tnomreg Germont · il y a
Magnifique et être ange en même temps....👍❤
Image de Isabelle Is'Angel
Isabelle Is'Angel · il y a
Merci .... vraiment merci !

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Les douze volées

Lillly

Il est parti. Tu te sens morte dedans, morte au-dehors, tu ne sais pas encore que tu es au bord d’une chose nouvelle, on pourrait dire une nouvelle vie, et ce sera une vie sans lui, et il faudra... [+]