2
min

Mon souvenir de la guerre

56 lectures

10

Toute histoire commence un jour, quelques part nous vivions en paix dans la plus grande quiétude à 100kilometres de Freetown, quand petit à petit des soulèvements populaires commencèrent dans les zones reculées. On entendait à la radio chaque soir des décomptes de blessés et et des morts parfois.... Les habitants de ma localité étaient tous inquiets et et nous étions tous persuadé que cela ferait une propagande dans toute la région, et que nul ne sera épargné. Ce fut le début de la guerre dans la capitale. Un bon matin inattendu, le ciel est devenu noir, on a entendu des voisins crier " ils sont arrivés, ils sont là, on est tous mort aujourd'hui"
Je venais à peine d'avoir 10ans et ma mère venait d'accoucher sa deuxième fille (ma petite sœur) j'étais jeune mais je comprenais ce qui se passait..
Mon père était parti chercher son petit frère et sa famille, qui vivaient dans l'un des coins les plus dangereux comme pour dire " si on devrait mourir, autant mourir ensemble "
Ce fut très très tendu, difficile pour nous de rester toujours enfermé jusqu'à une semaine après, une nuit où tout un chacun peinait à dormir, des individus lourdement armés sont venus chez nous, maman avait une petite boutique d'alimentation à la maison, ils ont commencé à tous casser, à tirer en l'air, j'étais sous la table et je priais afin que mon père ne sorte pas, car ils allaient le tuer s'il insistait le moindre mouvement. Contre toute attente, ils ont vidé la boutique, et Pris quelques objets de valeur dans la maison puis sont repartis.
2jours après, nous étions tous au salon, mon père et son petit frère étaient partis chercher à manger car on avait plus des provisions, ( on nous avait tout volé), il y a eu un BOUM et c'était horrible, les murs ont bougé, la terre tremblais, maman nous a demandé de nous coucher au sol, on obéissait strictement, c'était un obus qui venait d'être lancé, nos oreilles bouchées, on pleurait maman maman alors qu'elle se mettait à prier pour papa qui était absent ce jour.
Je ne sais pas combien de temps nous sommes restés par terre, et tous ce que je sais est que je ne voulais pas mourir, on avait pas d'eau, ni électricité, juste la peur au ventre, la terreur, l'amertume, le désarroi, le désespoir. Quand papa et son petit frère sont revenues, ils étaient tous couvert de sang de poussière et de fumée noire, personne n'a oser demander ce qui s'était passé. Ils ont ramené du pain, et de l'eau mais personne n'avait faim..
C'était l'insécurité totale, chaque jour on remerciait Dieu d'être toujours en vie bien qu'on ne savait pas combien de temps cela allait durer, car chaque journée devenait pire que la précédente.
On ne pouvait pas fuir parcqu'on avait peur de tomber sur les rebelles au dehors..
Après des semaines de violences. On était enfin habitué aux tirs, et quand sa tirait on criait "que sa tire ", on avais plus la force de pleurer, on attendait juste la fin.
Quelques temps après la guerre pris fin, la paix nous revenait mais la richesse partie pour jamais.

PRIX

Image de 2019

Thèmes

Image de Nouvelles
10

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Aya
Aya · il y a
Triste réalité 😓
·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Une histoire humaine au milieu des soulèvement populaires de Freetown, merveilleusement bien décrite par une talentueuse et prometteuse plume !
Je m'abonne pour mieux vous soutenir pendant le concours et je vous accorde mes 3 voix dans quelques instants !

·