Mon chemin à moi

il y a
6 min
24
lectures
3

Bonjour à tout le monde! Je m'appelle Olesya et je vis en Israel depuis plusieurs années. Mon amour à l'écriture et à la langue française a commencé il y a très longtemps. Quand j'avais 10  [+]

Sur mon chemin vers l'arrêt de bus, je traverse toujours le grand parque de Petah-Tikva. Je passe là-bas tous les jours, mais aujourd'hui j'ai senti cette odeur de l'herbe et de fleurs qui m'a transporté immédiatement loin dans le temps. Dans celui de mon enfance. C'était justement l'odeur de tout ce que mon enfance représente pour moi. La taïga, les forêts immenses, Ienisseï, les montagnes, le recueil de bais sauvages, de fougères, de plantes différentes - ceux que l'on mange et ceux que l'on boit et ceux que l'on utilise pour guérir d'une maladie. Il y en a beaucoup, la Terre Sibérienne est riche et nous fournit de ses abondances.
xxxxxxx

Je découvre aujourd'hui, le focusing - une méthode alternative de healing. Je suis venue ce matin chez une amie, avec laquelle on s'est décidé échanger les séances: je lui fais du Reiki, elle me fait le Focusing. Je ne connaissais rien de cela, juste comme elle du Reiki, et on l'a fait.

Le focusing cela vient un peu de soi, le mot en parle. Se concentrer sur le corps physique et de sentir ce qu'il nous dit et le dire à voix haute. Chaque sentiment que l'on rencontre, on le dit. Et on découvre, découvre de choses nouvelles encore. Moi, je voulais travailler sur ma situation financière, et j'ai parlé à mon ventre.


10.03.2018

J'ai envie de rien faire aujourd'hui. Pas lecture, pas d'écriture (ou presque), pas bouger, pas faire des efforts pour quoi que ça soit. Mais une chose j'ai envie de faire: j'ai envie de me rencontrer. J'ai envie de me rencontrer telle que je suis. Et je suis quelqu'un d'exceptionnelle, de magnifique! J'ai envie de me reconnaître, de prendre ma place, enfin, et de me livrer, de livrer mon histoire. Rencontrer les gens. Etre à mon écoute. Réaliser jusqu'à quel point je suis quelqu'un de bien, de bon, une personne magnifique avec un bon cœur.
Au début, il y avait de conversations; ensuite l'énergie et maintenant, c'est le contact physique.

C'est le temps pour moi de s'ouvrir aux autres, de donner de mes connaissances, de faire découvrir tout ce que sais et je connais! J'ai envie de le faire. J'ai envie de raconter ma vie!!! mon Dieu!!! J'ai envie de le faire et je commence et j'aime cette sensation de partage et de mes goûts, et de mes lectures et de tout ce que je suis!

***La fin du mois de mars. L’été tape fort dans les fenêtres ouvertes. Il fait chaud en Israël, et la brise matinale qui me caresse les cheveux et le visage – me rappelle quelque chose. La brise me rappelle un été comme celui-là, mais lointain. Un été où j’avais dix ans et j’étais dans une petite ville au sud de la Russie, où les cerisiers et les prunelles grandissent dans les rues. C’était peut-être, la seule période de mon enfance où je me suis sentie bien à peu près. Et je le prends avec moi aujourd’hui.

Ce matin je rallumais les vieilles chansons que j’avais l’habitude à écouter quand j’étais enfante et adolescente. Cela fait longtemps que je ne les ai pas écouté – et voilà. Je les prends avec moi aussi. Ces sont de belles souvenirs, et même, ce n’est pas un souvenir en soi – c’est juste un rappel de mon passé avec lequel je me réconcilie aujourd’hui.

Au moment de laver mon visage, j’ai ressenti une forte envie de vomir, mais cela n’est pas arrivé. J’ai essayé avec le doigt et pourtant cela ne sortait pas. Et j’ai entendu le message qui me disait : « c’est le temps de t’en séparer de ton passé » - cela veut dire, du viol. Oui, c’est vrai. C’est le temps. Quand je laisserai partir aux mauvaises souvenirs, toutes les belles choses arriveront. Les clients pour ma clinique, et c’est-à-dire, les revenus. L’amour, les amies. Il y en a déjà dans ma vie, mais quand ce que je retiens encore s’envolera, la vie se réjouira !

J’ai envie écrire, oui. C’est tout ce que j’ai envie. J’ai envie écrire jusqu’à quel point ça me manque de ne pas le faire. Et je sais aussi que c’est une étape à franchir dans ma vie. C’est le temps où je construis mon biseness, et en fait, c’est le temps où je me construis moi-même, c’est le temps où j’apprends amener l’argent dans ma vie. Ils n’ont pas su le faire, dans ma famille, ils n’ont pas eu cette chance de l’apprendre. Moi, je l’ai et j’apprends. Je sais depuis longtemps que l’argent c’est une énergie et au moment où les blocages tomberont – l’abondance flottera dans ma vie. Elle est déjà là, en fait, mais il faut que j’ouvre le robinet pour que l’argent coulera !

xxxxxxxxxxxxxx

Mais avant que tu pardonnes, avant que tu comprennes, avant que tu réalises que ces gens-là, ils ont fait tout ce qu’ils ont pu dans leur temps, dans leurs conditions de vie – il y a un chemin à faire. Des appréhensions rarement tombent dessus, c’est un fruit d’un long travail sur soi. C’est un travail intérieur qui inclut plein de choses sur nous que l’on n’a pas vraiment envie de voir souvent, ces sont de sentiments très douloureux que l’on a subis en tant que les enfants. Ces sont des injustices et des préjugés qui n’ont rien avoir avec la vraie vie. Et c’est juste au moment de les accueillir, de les accepter, de leur donner la place qu’ils se libéreront. Et ils ont les droits d’être là, ces sentiments. On a les droits détester nos parents ou les gens qui nous ont traité mal. C’est tout à fait compréhensible. C’est après que l’on réalise que la haine mène nulle part, juste dans les maladies et les désastres, alors ça ne sert à rien et il faut s’en séparer en douceur. Laisser place à l’amour.
On a les droits à tous nos sentiments. C’est à force de les refouler et de dire que ce n’est pas bon que les gens souffrent. Mais la vérité est que tout est bon. Tout est là pour nous servir. Tout est là pour nous apprendre à s’aimer plus. Tout est là afin que l’on grandisse et devient des adultes qui n’oublient pas qu’à l’intérieur d’eux restera toujours une petite fille ou un petit garçon qui a besoin de leur amour et de leur attention. Et même si nos parents ne savaient pas nous les donner, nous, on peut, on peut le faire juste là, maintenant. On peut être patient et doux avec nous-mêmes, on peut nous laisser du temps afin de bien grandir. On peut nous apprendre de s’aimer et de s’accepter tel que l’on est, et on est parfait tel que l’on est. C’est ça le secret.

Aujourd’hui, je m’aime. Je m’aime et je m’accepte. Je libère le passé. Je libère des années de pauvreté, des injustices, des violences. Je libère tout ça. Cela n’a plus d’importance. Les images de mon enfance, de mes grands-parents, de l’école, des souffrances, de la solitude, d’un manque interminable. Je les laisse partir. Je les laisse s’envoler de mes épaules et je vole ! C’est une sensation magnifique que de voler ! De se permettre vivre pleinement. Sans poids du passé. Juste moi et mon présent formidable, libre, joyeux, sincère.
Je libère et je laisse la place à la compassion, à l’acceptation, à l’amitié, à l’abondance, à l’Amour Universelle remplir mon corps et cœur. Je me permets de réjouir de ma vie, d’être satisfaite et heureuse. Je me donne la vie, pleine de belles expériences. Je la mérite tout à fait, je la mérite comme chacun de nous la mérite. Je pardonne tout et tous, y compris ma personne. Je pardonne toutes les injustices qui étaient causé par d’autres gens que j’avais croisé depuis ma naissance. Je me pardonne à moi l’absence de l’amour et de patience envers moi-même. Je me pardonne tout et je me libère et je rencontre une vie tout à fait différente : pleine de joie et de l’abondance !

***Et que voilà ! Que-ce que je suis heureuse ! J’avance vers moi véritable, libre totalement, et je suis très proche ! Je suis proche de ce bonheur. Il est là, à la portée de mes mains, je le touche par mon cœur reconnaissant. Je respire aux pleins poumons, je souris et je ris et j’aime ce monde ! Je l’aime de tout mon cœur ! J’ai envie de vomir tout ça ! J’ai envie de vomir et ça ne va pas tarder – cela arrivera en me laissant libre !!!

Tout à l’heure, j’étais à la mer, et elle était splendide, ravissante, magnifique, incroyable, formidable ! Les vagues hautes se relevaient sous le vent en laissant milliers de gouttelettes tout autour et débordant la moitié de rive. Je me suis assise au début pas loin d’une bande des écoliers qui ont joué le foot, et au début c’était sympa, mais ensuite ils se sont trop approché de moi en lançant leur ballon tout près et laissant grappes de sable s’atterrir sur moi. Cela, je n’ai pas supporté et après avoir essayé de leur dire de s’éloigner un peu, j’ai réalisé qu’ils parlent italien et ne comprennent pas ce que je leur raconte. J’ai avancé et j’ai traversé les fils d’un genre de parachute qu’un gars menait avec lui vers la mer. Le parachute se connecte vers la planche, il tient les fils et saute parmi les vagues, accroché à sa planche. Je suis restée longtemps debout près d’eux en remarquant de temps à l’autre ses virages extraordinaires. C’était un beau spectacle ! Avec sa planche il arriva plusieurs fois presqu’en face de moi, mais de loin. Lui est dans la mer et moi je suis sur la rive. Et même de loin je sentis le désir qui m’a envahi le corps. Cela ne durait que quelques instants, mais je l’ai senti fort et j’ai aimé cette sensation. C’est un homme comme ça que j’ai envie à mes côtés et c’est à ses côtés que j’ai envie d’être. Un homme fort, heureux, joyeux, qui profite de sa vie pleinement ! Qui aime sa vie et qui s’aime. Qui réussit dans sa vie, dans tous les domaines. Ça, c’est un homme avec lequel j’ai envie d’être et pour lequel apporter les enfants. Nos enfants.

***Une journée pas facile. Ce conard dans le bus qui a tiré ses mains vers moi. Mais je me suis bien défendue. J’ai crié sur lui. Et après je lui ai demandé son nom et je dis je vais porter une plante. Et il est parti, ce con ! Ça m’a troublé, mais je n’ai plus peur. Je me défends.

A la banque, ils n’ont pas donné le feu vert pour le prêt. Mes CV sont sans réponse, et les clients n’attendent pas dans la queue devant la porte afin de recevoir les séances de Reiki.

J’ai commencé à préparer les textes pour mon site et j’avais écrit « sur moi » et ce n’était pas facile du tout. Car c’est tout à fait la première fois que je vais m’ouvrir devant les autres, et même, si je ne les connais pas, ça ne devient pas plus facile. Et j’ai envie de le faire. J’ai envie de raconter mon histoire. J’ai envie partager. J’ai envie que l’on me connaisse, la vraie Olesya.
3

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !