5
min

Les CYPRÈS (titre provisoire)... Partie II

Image de J. H. Keurk

J. H. Keurk

30 lectures

3

Alexandre Delearde
30-
Les rondes de kondés, les contrôles intempestifs, la surveillance permanente de Pablo, les mille yeux et oreilles de la cité : Tchavo connait les risques s’il s’éternise plus longtemps ici. La nuit tombée, il passera à la planque pour récupérer plusieurs centaines d’euros encaissés lors de son dernier coup. Mais les thunes ne suffiraient pas. Il lui faudrait aussi monter une équipe pour mettre Anthony sous pression. Moussa, Cihan et Farid sont fiables. Ils feraient un bon commando. Mais comment les convaincre d’aller chercher Maria ? Quelques billets verts ne les contenteraient pas. Un plan s’impose, oui mais lequel ?

JACB
31-
Vers vingt-deux heures, Tchavo se faufile en contre-bas de l'immeuble, il en fait le tour en rasant les murs et s'engouffre dans le local à poubelles. Au pied de la demi-clôture qui essaie tant bien que mal de masquer les bacs qui regorgent toujours de détritus, la bande s'est aménagé une cache qui sert de boîte aux lettres. Le jeune homme méfiant y laisse un message plutôt que d'utiliser son portable:
-"Y'a urgence, tous à la planque, ce soir minuit".
Les mauvais coups les rendent solidaires, il sait qu'ils seront là ! Il file sans plus attendre.
Lorsqu'il arrive dans l'ancien garage de Pablo le jeune homme se dirige tout droit vers le pont, il saute dans la fosse dont les relents d'huile lui sautent à la gorge. Dire que tout petit il était tout le temps dans les pattes du père de Maria lorsqu'il faisait les vidanges. Des vidanges de grosses limousines . Les temps ont bien changé!
Il déniche dans un bidon la liasse de billets, l'empoche vite fait et bondit hors de la fosse. En balayant d'un air nostalgique tout l'atelier devenu friche industrielle, il tombe en arrêt devant une carcasse de voiture. Noire encore, sans roues, sur ses essieux avec un bout de moteur qui préserve encore son âme locomotrice. C'est une révélation ! Tchavo a trouvé comment brancher Moussa, Cihan, Farid et peut-être Créole sur la recherche de Maria. En échange ils restaureront la BMW et ils la garderont.
Tchavo regarde sa montre. Dans cinq minutes ils seront là. Vont-ils accepter son offre , Saura-t-il les convaincre ?

LBC
32-
Mais d'abord il devait leur donner une histoire plausible. Ils vont le bombarder de questions, ça c'est sûr. Après trois jours sans donner de nouvelles, réapparaître comme ça, et sitôt l'enlèvement de Maria, oui, il devait être convaincant.
- Yo mec ! Où t'étais fourré tout c'temps ? On a balisé quand on t'a pu vu l'autre soir ! On a même cru qu'tu t'étais fait chopper par ces frapadingues d'la bande au louf de Tony !
Créole affiche un sourire sincère. C'est qu'il l'aime bien son pote, depuis le jour où il a pris sa défense devant ces lourdos de cm1 qui n'arrêtaient pas de le traiter de rasta avec ses cheveux crépus, tout frais sorti des îles. Petit, malingre, timide et gauche, à à peine huit ans, parachuté dans cet univers bétonneux, il ne faisait pas le poids jusqu'à ce que Tchavo le prenne sous sa protection.
- C'est vrai ça chef, on a craint l'pire ! Quand Maria a été enlevée, on s'est dit qu'il fallait qu'on fasse qu'est'qu'chose, mais avec la volaille... Maintenant qu't'es là...
- Merci p'tit gros, merci à vous les gars, j'savais que j'pouvais compter sur vous.
Tchavo regarde la bande qui l'entoure, solidaire comme un seul homme. Il va pouvoir mettre son plan en marche. Créole, sans le savoir, venait de lui donner le motif de sa supposé disparition. Il allait leur dire ce qu'ils voulaient entendre. Après ça, les convaincre de le suivre serait un jeu d'enfant. Et puis, la tire, ce s'ra un p'tit bonus pour faire passer la pilule.
- Eh bien voilà les gars...

JACB
33-
Toutes les têtes se penchent vers Tchavo .Planqué derrière les pompes à essence Hugo tend l'oreille.Il observe son jumeau essaie de lire sur ses lèvres. Mais il est trop loin et reste sur le qui-vive! Pas question de se montrer maintenant, il a déjà échappé de justesse à la flicaille tout à l'heure, c'est plus prudent de squatter ce trou à rats. Il épie les gestes de son frère, sa copie conforme en plus calme et plus réfléchi. Il y a si longtemps qu'il ne l'a pas vu. Le groupe évolue soudain vers le fond du garage. Tiens, y'a une voiture ! En piteux état, la tire! Il les regarde en faire le tour d'un air circonspect quand cette fois il entend:
-Putain, c'est une vieille BM ! Créole siffle! Il est conquis.
-Une 530 turbo! ajoute Farid.
-Ben, y'a du boulot, les gars, remarque Cihan!
Moussa lui a les yeux qui étincellent:
-Le Tony, ça va lui faire drôle quand on lui filera le train avec !
Hugo se recroqueville derrière les pompes. Le caïd des Acacias, celui qui l'avait vendu sur son dernier coup! Il est toujours dans le coin ?

SakimaRomane
34-
Au moment de leur raconter ses salades, Tchavo hésite, se dit qu’il est le dernier des salauds s’il trompe ses amis encore une fois. Il lit dans les yeux de chacun des membres de sa bande qu’ils sont prêts à le suivre jusqu’en enfer.
Alors il parle :
- J’ai fait un deal avec ce crevard d’Antony et il a enlevé Maria pour moi.
- Tu as jeté Maria dans les pattes de ce fou furieux de Tony murmure Créole, complètement sonné par cette révélation.
- Mais c’est pas possible, bredouille p’tit gros en grattant le sol du bout de sa basket...On te croyait tous dingue de cette nana...
- Ecoutez les gars, j’ai fait une énorme connerie et maintenant je dois en assumer les conséquences... l’essentiel c’est de la sortir de ce bourbier...Vous en êtes ou pas ?
Je n’oblige personne à me suivre, les acacias veillent jour et nuit près de la planque où est enfermée Maria. Les flics ne connaissent pas cette planque.

- Il faut la sortir de là fissa avant qu’Antony pète un câble...C’est qu'il la kiffe aussi la belle Maria, déclare Cihan... Mais comment ?
- Je pense qu’Alina peut nous aider pense tout haut Tchavo. Il faut la trouver et je crois savoir où elle est...

LBC
35-
Hugo qui s'est approché, n'a pas perdu une miette de la conversation. Il a vu dans la mésaventure de son frère, le moyen de se venger de la balance qui est cause de ses malheurs.
- J't'aime bien frérot, mais là, j'ai un coup à mener, murmure Hugo.
Son plan qui court dans sa tête, Hugo recule tout doucement, et file à sa voiture. Maintenant que Tchavo a ses entrées chez les Acacias, il va pouvoir mener sa vengeance avec brio. Et comme lui et son frère se ressemblent comme deux goutes d'eau et ont le même timbre de voix, duper les Cyprès et les Acacias, ça va être du gâteau !
- Faut que j'me sape comme Tchavo. La mère me laissera pas faire. Elle va tout d'suite comprendre, comme quand on était p'tits. Faut que j'la fasse sortir d'l'appart', à moins que... marmonne Hugo en se dirigeant vers la cité.
"À c't'heure, y aura l'père et les frangines. Les frangines, j'peux compter sur elles", pense subitement Hugo. Il attrape son portable, et compose le numéro de Clémence.
-Allô Clé, c'est moi, ton frérot préféré. Faut qu'tu m'aides ma belle.

JACB
36-
Au son de la voix Clémence hésite un peu. Elle regarde Alina qui face à elle, l'interroge du regard. Clé met son doigt sur sa bouche.
-Ah! C'est toi Tchavo, t'es où ? Tout le monde te cherche, tu sais.
Hugo sourit intérieurement. Si sa frangine le voyait ! Il poursuit:
-T'inquiète, j'assure; est-ce que tu pourrais m'apporter des fringues ?
Alina reste de marbre derrière Clémence qui sort un jean, des baskets noires et un sweet gris.
-Tu veux pas ta casquette Nike ?
Putain, j'allais l'oublier celle-là se dit Hugo. La casquette de Tchavo c'est comme un signe de ralliement, pour un peu il se serait fait démasqué.
-Ma casquette évidemment sœurette. Il sait qu'en l'appelant ainsi il va la faire bisquer, que c'est ainsi que Tchavo lui parle pour la taquiner.
-Tu peux me déposer tout dans une heure au garage ?
-D'ac!

LBC
37-
Ce que redoutait le plus Pablo, était arrivé. Le visage de sa fille vient de s'afficher en gros sur l'écran du téléviseur. Camélia se retourne et, les yeux baignés de larmes, s'effondre en murmurant pour ne pas être entendue de leur fils qui dort à côté :
- Dios mio Pablo... Regarde... Tu crois qu'ils vont la reconnaître ?
- Je ne pense pas Camélia, c'était une enfant... Il y a si longtemps !
- Mais son visage, son visage ! sanglote Camélia.
- Elle, c'est Maria, notre fille ; Maria Alvarez, tu m'entends. Alvarez... fille d'immigrés portugais ! Chuuuut, tu vas réveiller le petit à pleurer comme ça. Et arrête de nous donner du "Dios" à tout bout d'champ. C'est "Deus", tu m'entends "Deus !" Ce matin, ça m'a échappé, j'ai redit "Dios." Heureusement que personne n'a relevé, sinon...
- Pablito, fait quelque chose, retrouve-là, retrouve Maria, retrouve ma fille, te lo suplico... Mi hija...
Ne supportant plus les pleurs de sa femme, Pablo attrape sa veste.
- Où vas-tu ? lui aboie dans un souffle Camélia.
- À l'ancien garage ! lance-t-il en claquant la porte derrière lui.

LBC
38-
Hugo est tapis derrière la grande poubelle de recyclage, dans le local poubelles de l'immeuble de ses parents. Il attend Clémence. "Pourvu qu'elle vienne seule, j'ai pas envie qu'l'armada de keufs s'pointe" balbutie-t-il. Il les connaît bien les flics ! Il sait que lorsqu'ils ont quelqu'un dans le collimateur, ils ne sont jamais loin. Il dresse soudain l'oreille, du bruit... De la musique... Il reconnaît cet air, cette voix...
- Tennessee ! L

Thèmes

Image de Nouvelles
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Très bien :) j'ai compris !! L'écheveau de votre intrigue est déjà très complexe, cela me semble difficile d'intervenir à ce stade. Mais je serais partante pour une nouvelle aventure !
·
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Comment lire la suite? Je pensais qu'elle pouvait être nourrie encore?
·
Image de J. H. Keurk
J. H. Keurk · il y a
Merci Florence. Actuellement, je n'entreprends plus de nouvelle "histoires à plusieurs mains." Je vais m'employer à terminer celle-ci, avec ou sans auteurs complices, car je n'aime pas le travail inachevé. Par contre, il y a une autre histoire qui a été menée à plusieurs. Cela fait des semaines que plus personnes n'intervient, elle se trouve sur le forum, je vais aller vous chercher le lien. le voici : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/atelier-collectif-shortien-de-romans
Cette aventure dans la Bresse a été commencée il y a longtemps, mais vous pouvez intégrer l'histoire en cours de route, un compte intitulé : "cadavres exquis" a été spécialement ouvert et regroupe tous les chapitres remis en ordre jusque pratiquement là où cela s'est arrêté. Pour ma part, n'étant pas l'initiatrice et n'ayant pas, comme pour les cyprès, repris les rênes, je n'interviens plus, tant que cela reste ainsi.
Merci de votre venue. Si vous changez d'avis pour les cyprès, vous pouvez vous intégrer sans difficulté, et apporter votre "grain de fantaisie" à l'histoire. Sans participants supplémentaires, je vais aller jusqu'à mettre le mot "Fin" à ce thriller très... onirique.

·
Image de J. H. Keurk
Image de J. H. Keurk
J. H. Keurk · il y a
Bonsoir Florence. La suite est sur le forum. Je vais aller vous chercher le lien.
·
Image de Johanna Dupré
Johanna Dupré · il y a
eh vous allez faire un petit livre ce serait sympa qu'il soit édité... eh oui
·
Image de J. H. Keurk
J. H. Keurk · il y a
C'est le rêve de tous les auteurs... Là, jusqu'à présent, je n'ai pas été seule à écrire, c'est plus un jeu très sympa d'ailleurs. La suite (que je n'ai pas encore mise au propre) se trouve sur le forum. Merci pour ce gentil commentaire.
·
Image de Johanna Dupré
Johanna Dupré · il y a
je le dis sincèrement et je vais aller lire sur le forum
·