Le car

il y a
2 min
2 804
lectures
196
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Ce récit étonne par sa simplicité, et sa capacité, en peu de lignes, à parler d’une situation si lourde. Un amour avorté, celui d’une

Lire la suite
Quand je suis arrivé sur la place, le car était déjà là.
Devant la porte, elle m'a serré la main un peu plus fort. Je suis monté et j'ai marché jusqu'aux places du fond. À travers la vitre arrière, elle semblait toute petite, seule sur la chaussée mouillée. Le car a démarré et elle a fait un dernier geste, un peu maladroit. Est-ce qu'elle pleurait ? Je ne pouvais plus distinguer son visage. Le car s'éloigna et elle disparut tout à fait. Je me suis assis, personne ne faisait attention à moi. Dehors les plaines rases s'étendaient à perte de vue. La pluie striait le paysage et j'ai fermé les yeux.
Tous les vendredis, avec ma maigre paye d'apprenti, je quittais l'usine pour me rendre au boulevard de ceinture. C'est là que je prenais le car de nuit qui me conduisait chez elle. Le matin, sa mère ouvrait la porte et je montais dans sa chambre pour la retrouver. Pendant deux jours, la vie devenait lumineuse.

Un jour, j'ai reçu une lettre me demandant de rester chez moi le week-end prochain. Pour l'instant, elle ne pouvait rien me dire, mais elle m'expliquerait bientôt. Les semaines sont passées, j'ai cherché à la contacter, mais toutes mes lettres sont restées sans réponse. Le vendredi soir, je me rendais au boulevard pour regarder le car partir puis je rentrais au foyer. Un soir, j'ai trouvé la lettre promise glissée sous la porte de ma chambre. « Je t'attends samedi prochain. Je t'aime. » C'était tout. Le vendredi, j'ai couru jusqu'au boulevard de ceinture. J'avais peur, mais elle m'avait dit de venir, j'allais enfin retrouver ma vie.

Ce matin-là, c'est le père, encadré de ses deux ainées, qui a ouvert. En entrant, je l'ai vue au fond du salon, à côté de sa mère. Il m'a dit de m'assoir et m'a tendu une enveloppe. En dépliant la lettre, j'ai vu l'en-tête de la clinique avec une somme en bas de page, divisée en deux au feutre rouge. Des cris résonnaient dans la pièce, on parlait de confiance trahie, d'honneur, mais plus rien n'avait d'importance. Enfouie dans le corps de sa mère, elle pleurait.
Je me suis levé, j'ai promis d'envoyer le chèque dès mon retour et j'ai quitté la maison.
Après quelques pas dans la rue déserte, j'ai entendu le portail. Elle a pris ma main et nous avons marché en silence vers la gare routière. Du haut de nos dix-sept ans, nous n'étions que désespoir, incapables de nous aimer et de vivre nos vies.
Quand j'ai ouvert les yeux, les gouttes de pluie couraient sur la vitre.
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Ce récit étonne par sa simplicité, et sa capacité, en peu de lignes, à parler d’une situation si lourde. Un amour avorté, celui d’une

Lire la suite
196

Un petit mot pour l'auteur ? 44 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pat Vermelho
Pat Vermelho · il y a
Ce qui pourrait, devrait être une joie, le début d'une famille, la concrétisation de ce pourquoi nous existons devient, par le poids de la morale et l'âge encore trop tendre, un vrai calvaire. Ce texte à une âme .
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Un texte poignant sur les amours de l’adolescence
Image de Lyncée Justepourvoir
Lyncée Justepourvoir · il y a
émotions et réalisme au rendez-vous des torpeurs. Merci Stéphane
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Oui, nous sommes bien au XXI e siècle. La pression familiale pèse encore à ce point et poussé jusqu'à la pingrerie. On partage les "frais". Effrayant. Une remarquable concision pour décrire l'abjection.
Image de Blandine Rigollot
Blandine Rigollot · il y a
Délicate évocation d'un amour adolescent, avec en parallèle la raideur des adultes mais surtout leur incohérence, voire leur hypocrisie, consciente ou non : à quoi s'imaginaient-ils que les deux tourtereaux s'occupaient, enfermés des week-ends entiers dans une chambre ?.. douloureuse expérience de la vie.
J'aime votre titre.

Image de Granydu57 Ww
Granydu57 Ww · il y a
Poignant. Bonne finale.
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Bonne chance pour ce récit qui vertige le coeur ...
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Du gris du décor au gris du coeur ...
Image de Odile Duchamp Labbé
Odile Duchamp Labbé · il y a
Un texte douloureux qui nous parle d'une histoire où le choix n'est pas laissé aux vrais intéressés

Vous aimerez aussi !