3
min

Le 1er à la plage d'Arta

12 lectures

8

Toute histoire commence un jour, quelque part , j'aimerai revenir sur un événement qui m'a marqué, le 1er mai 2007, une journée de fête dans le monde entier. Cette histoire est réelle, l'écolier que j'étais avait tous planifié avec trois camarades de classe, une sortie à la plage pour fêter le 1er mai. Les élèves ont répondu favorablement à l'invitation lancée et ils ont contribué massivement pour la réalisation de cette sortie. La journée commence plutôt bien, ont rit, l'ambiance est au rendez vous, la bonne humeur aussi, les participants se réunissent dans le bus, on était 12 garçons, 12 filles, le chauffeur et un assistant du chauffeur. On arrive à midi à destination. Les vagues s’écrasent lourdement sur la plage, là ou le sable est léger, blanc et recouvert de petits coquillages de toutes formes. Une magnifique plage qui est aussi réputée pour ses innombrables histoires paranormale qu'on ignorait tous, la plage d'Arta, la plage maudite. Le coucher du soleil scintille de mille feux, la bonne ambiance se dégrade peu après quand un garçon tremble bizarrement en sortant de la mer, couvert, séché et même chauffé avec un feu de bois, le garçon grelottait, on avait pensé qu'il avait le ventre vide mais ce n'était que les signes annonciateurs d'une soirée paranormale. Les esprits ont possédé les corps des filles, les unes après les autres, des scènes inimaginables, des moments indescriptibles, une histoire invraisemblable commence ce jour et cette histoire commence à Arta plage. Revenons ensemble à midi de cette journée, 12h30 pour être exacte, on arrive avec un bus qui transportait des jeunes écoliers qui écoutent de la musique, chantent et relaxent, je sentais que cette journée allait être différente, je dois préciser un détail pour les lecteurs, c'était pas notre destination programmée à la veille. Cette plage est très loin du centre ville, on y accède avec des pistes, aucune route goudronnée, retenez ces détails, vous comprendrez mieux la suite. Il est 12h30, on arrive à destination après 2 heures de route, tous le monde était content, excité, on se met tous de suite à s'installer dans des cabines délabrés non loin de la mer et tous le monde se précipite pour nager, l'eau de mer était froide, il y'avait du vent, les organisateurs ont installé l'amplificateur pour le son, ils ont préparé la piste pour une soirée spéciale, bref tous se passait bien. Que ce qui avait basculé la soirée donc ? Ah oui, je vous avait parlé plus haut d'un garçon, on ne comprenait pas ce qui lui arrivait, on avait couvert ce garçon avec les draps qu'on disposait et chacun a regagné la piste de danse pour continuer la fêtes. On devait revenir en ville à 22h00, 23h00 maximum, pour information personne ne savait là ou on était, tous le monde ont communiqué la première destination, une plage non loin de la capitale. La nuit est tombé, le groupe électrogène ne fonctionnait plus, la soirée est compromise. A 20h00, tous le monde voulait rentrer chez soi, les filles apeurées espéraient regagner la capitale rapidement. On avait regroupé nos repas dans un sac ainsi que les bouteilles d'eau qui restaient. On attendait le bus qui devait revenir à 22h00, à 21h30 un monsieur qui avait l'air d'un mendiant sort de nulle part et se joins à nous, à 22h30, le bus arrive, c'est la joie, on donne tous ce qu'on avait au monsieur, un parfait inconnu, tres mal vêtue. Le bus prend la destination du centre ville, les pistes traversent des montagnes, les pistes n'étaient pas goudronnées ni éclairées, à moins d'un kilomètre, on a perd notre premier pneu, on reprend la route, 200 mètres après, on a une nouvelle crevaison et au même endroit, 500 mètres après on perd notre dernier pneu de secours entre des montagnes sans lumières, sans réseau pour téléphoner, sans eau, sans nourriture, sans espoirs car ces pistes sont rarement fréquentés, la panique s'installe, il est 23h00 et tous le monde s'inquiète, les filles s'alarment, les unes pleurent, les plus courageuses se consolent et s'encouragent. La première fille perd connaissance, elle s'agite, prend la voix d'un homme, nous étions quatre homme à la coller au sol, elle était possédée, elle voulait monter sur une des montagnes et se jeter, elle voulait mettre fin à sa vie, c'était affreux, j'ai des frissons encore. Nous étions naïve et jeune, malgré la peur certain d'entre nous dialoguait avec l'esprit qui possédait cette fille en lui demandant qui il était et pourquoi il occupait le corps de la fille et quand la fille répond avec une voix d'homme qu'elle a marché sur ses enfants et que c'était la raison pour laquelle il occupait son corps. Les unes après les autres se sont évanouis, des scènes inimaginables......

PRIX

Image de 2019

Thèmes

Image de Nouvelles
8

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une œuvre bien conçue et intéressante ! Une invitation à découvrir
“Le Vortex” qui est en FINALE pour la Matinale en Cavale 2019!
Merci d’avance et bonne soirée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-vortex-1

·
Image de Fabregas Agblemagnon
Fabregas Agblemagnon · il y a
du courage. n'hésitez guère à lire et soutenir ma nouvelle (https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/amour-impossible-12)
·