4
min

LA VIEILLE MAISON.

Image de Lange Rostre

Lange Rostre

74 lectures

18

LA VIEILLE MAISON.
Janvier 1973, Arsène Talier débute dans la vie active, il a presque dix huit ans et son CAP de tourneur en poche.
Il est embauché dans une petite usine de mécanique. Son sérieux et ses capacités, lui permettent de devenir rapidement, un des maillons forts de son équipe.
Il se lie d’amitié avec un de ses collègues, Vincent Domari. Entre les deux jeunes hommes, le courant passe bien. Ils se comprennent à demi-mot, le travail est facilité et l’ambiance sereine, même agréable malgré l’activité physique parfois pénible.
Cela dure environ trois ans. Pendant cette période, Arsène et Vincent s’entendent très bien.
Ils prennent de temps en temps un verre après le boulot, partagent leur passion pour la moto et la pêche, bref, ils sont très bons camarades.
Mais un jour...
Décembre 1975, Arsène apprend qu’une grande marque automobile du coin recrute.
Il se renseigne, le salaire qu’on lui propose dépasse aisément sa rétribution actuelle.
Même si le travail semble moins intéressant, Arsène n’hésite pas, il demande son compte.
Le patron tente de le retenir avec une proposition financière insuffisante, donc, inefficace.
Le 13 décembre 1975, Arsène et Vincent se voient pour la dernière fois.

Dans son nouveau job, le jeune homme trouve rapidement ses marques.
Le temps passe. Arsène se marie. Deux enfants viennent vite agrandir la famille.
Le couple achète une maison située à la périphérie d’une petite ville, dans un coin bien tranquille.
Pour se rendre à son travail, Arsène passe tous les jours devant une demeure bâtie sur deux étages et à la façade imposante. Un magnifique portail en fer forgé et des murets en pierre ceinturent l’ensemble. On peut deviner un petit parc, visiblement bien entretenu, rendant l’endroit bien agréable.
Durant les quatre décennies qui suivent, Arsène ne remarque pratiquement pas d’animation dans cette grande maison du N°5 rue du chemin vert. Très souvent il se dit que cela doit être plaisant de posséder une telle résidence et l’argent qui va avec.
Presque quarante ans s’écoulent durant lesquels Arsène aura vécu une vie d’ouvrier,
Disons ; normale.
Ses enfants font de lui un heureux grand-père, des vacances régulières et l’achat de plusieurs voitures, durant cette période, attestent d’un niveau de vie pas trop malheureux.

Samedi 12 avril 2014, Arsène depuis quelques jours, profite de sa retraite.
Ce matin, il bricole dans le petit jardinet qui orne sa devanture.
Le facteur approche en sifflotant. Les deux hommes se connaissent bien.
- Salut Arsène, on cultive !? J’ai quelque chose pour toi, tiens, une petite griffe s’il te
plaît !.


Le facteur vient de lui apporter une lettre recommandée.
Très étonné, Arsène remercie le postier et rentre chez lui pour ouvrir le courrier en présence de son épouse.
Sur l’enveloppe, l’identification de l’expéditeur les interpelle ; Maître Tassier, notaire à Bridol. ( une commune voisine).
Le message contenu est succinct mais formel.
Il leur est demandé de prendre rendez-vous dans les meilleurs délais.

Deux jours plus tard, Arsène et son épouse sont reçus à l’étude de Maître Tassier.
- Bonjour madame, bonjour monsieur Talier, veuillez prendre place.
Avez-vous une idée du motif de ce rendez-vous ? demande le notaire.
- Heu, non ! vraiment pas, mon épouse et moi-même sommes un peu inquiets !
Le notaire garde le silence, tout en manipulant des papiers posés sur son bureau.
Il finit par saisir une enveloppe, puis fixe intensément Arsène
- Monsieur Talier, connaissez-vous monsieur Vincent Domari ?
- Euh, Domari, oui, c’était un collègue de travail mais ça fait des années que nous nous
sommes perdus de vue, je dirais, au moins quarante ans. Mais, pourquoi, que se passe t-il ?
Le notaire, calmement ouvre l’enveloppe, en extrait les deux ou trois plis qu’elle contient,
Avant de commencer la lecture, s’adressant à Arsène, il reprend :
- Monsieur Talier, rassurez-vous, ce ne sont là que des bonnes nouvelles,
enfin, pour vous !
J’ai reçu ici même, voici de cela quelques mois, Monsieur Vincent Domari.
Il était très malade et se savait condamné, il a souhaité me rencontrer pour officialiser ses dernières volontés. Monsieur Domari est décédé la semaine dernière. Voici donc le motif de notre rendez-vous. Vous êtes son unique légataire.
Pour les funérailles, ne vous inquiétez pas, la mairie a reçu des consignes et l’argent nécessaire au bon déroulement de la cérémonie.
Si vous permettez, je commence la lecture, cet écrit date du 13 janvier 2014.

«  Je soussigné, Monsieur Vincent Domari,......... »

Après quelques minutes , le notaire, balaye du regard les deux époux, puis, il reprend :
- Pour résumer, Monsieur Talier ; Monsieur Vincent Domari a fait fortune dans les
affaires mais il n’avait aucune famille et visiblement, il ne vous a pas oublié malgré le temps écoulé.
Vous héritez donc d’une grande bâtisse située au N° 5 rue du chemin vert....., ainsi que d’une importante somme d’argent. Pour info, Monsieur Domari laisse une partie de sa fortune à des associations. Si vous avez des questions, n’hésitez pas.
Inutile de préciser à quel point, Arsène et son épouse sont, disons, estomaqués.

Dès le lendemain, Arsène et sa femme sont devant le grand portail.
Après un léger cafouillage avec les clefs, ils pénètrent dans la grande cour, s’arrêtent et leur regard fait un tour complet. Ils sont comme magnétisés par l’endroit.
Les deux, main dans la main, avancent jusqu’à la porte d’entrée, majestueuse.
Sans trop de mal, la clé déverrouille la serrure, l’accès est dégagé.

De la pénombre, émerge un couloir tellement long, qu’on devine à peine le bout.
Arsène actionne un interrupteur, mais en vain.
Le couple avance doucement de quelques pas.
De chaque coté, des portes se dessinent, floues, intrigantes
Ils progressent de quelques mètres, à présent, l’obscurité domine.

Subitement, au bout du couloir, un halo de lumière pâle apparaît en une fraction de seconde. Une ébauche de corps humain vaporeux lévite dans le noir.
En même temps, une voix rocailleuse résonne. Elle semble surgir d’une caverne immense,
un écho sinistre accentue l’effroi du moment.

- « Enfin, tu es là, Arsène. Depuis longtemps tu veux savoir à quoi je ressemble,
Tu vas très bientôt le découvrir. Bienvenu dans l’antichambre de l’enfer »

Arsène ne prit même pas la peine de fermer le portail, en partant avec son épouse, un peu précipitamment !

Début mai 2014, le couple était de nouveau devant le notaire.
- Oui, maître, la maison est bien trop grande pour nous et souhaitons la vendre....


PS : Si vous êtes intéressé, cette maison est toujours à vendre.
Contactez Maître Tassier, Notaire à Bridol.
Le prix est négociable !!

A.T décembre 2019.
18

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Une histoire incroyable !
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Un mélange de fiction et de réalité. Merci pour votre passage.
·
Image de Verseau Chantal
Verseau Chantal · il y a
Je vais dire à mon voisin ronchon en recherche d'aller la visiter
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Oui, vous faites bien, envoyez le au diable.. ! Merci.
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
J'ai toujours aimé les histoires surnaturelles... Les maisons cachent parfois de terribles secrets ; mon invitation sur Le gardien, une autre histoire à la limite du réelle :https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-gardien-7
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Bonjour Dranem, je passerai voir votre gardien..
·
Image de Nicolaï Drassof
Nicolaï Drassof · il y a
J'aime bien les maisons à fantômes, mais de l'enfer, je m'arrête à l'antichambre.Donc sans moi pour enchérir.
amusant ce récit qui bascule...

·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Merci pour votre passage sur ma page. La maison a beaucoup de mal à trouver un acheteur, je me demande bien pourquoi !!.😁
·
Image de Nicolaï Drassof
Nicolaï Drassof · il y a
C'est vrai, ça . Pourquoi ne doit-on pas fournir un certificat pour les fantômes comme on le fait pour l'amiante ou les termites?
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Vous avez raison, un certificat qui garantirait que L'Exorciste est bien passé !...:-)
·
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Une maison à éviter, sans doute, mais une histoire prenante !
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Merci en tout cas pour la lecture et commentaire ...
·
Image de Coline
Coline · il y a
Une chute inattendue et un texte qui ne laisse pas indifférent ! Bravo!
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Une chute inattendue c'est moins grave qu'une chute mortelle !! Merci pour la lecture et commentaire, Coline. 😃
·
Image de Duje
Duje · il y a
Quelle vacherie dans un monde tranquille . Presque amusant !
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Oui, je me suis amusé à l'écrire. Merci Duje..
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Ah, mince, trop tard... viens de m'engager par ailleurs :-).
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Ah! C'est bête, une si belle affaire !! 😁
·
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Bridol est un peu loin pour moi, mais si le prix est negociable...
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Vous pouvez toujours vous renseigner par téléphone ! :).. Merci.
·
Image de Vrac
Vrac · il y a
Ce ne peut être qu'une histoire vraie, tant le récit est réaliste...
Une preuve irréfutable de l'existence des fantômes, que d'aucuns s'entêtent à nier en dépit de semblables témoignages...

·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
À dire vrai, je ne sais plus !. C'est un mélange de fiction et de réalité. Je me suis amusé en écrivant ce texte. Merci beaucoup pour la lecture et commentaire.
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

NOUVELLES

Hôtesse de caisse sur l’aire d’autoroute de Fère-en-Tardenois. Le moins qu’on puisse dire c’est que j’avais eu d’autres ambitions que ça. Vendre des paquets de gâteaux et des litres de...