Séparation

il y a
3 min
352
lectures
9

Je vous propose la lecture de quelques scénarios courts en souhaitant vous détourner quelques minutes de votre routine quotidienne ou de votre petite angoisse ressentie dans la salle d’attente de ... [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Conversation chat :

— Je me doutais bien que ça allait faire mal, mais pas à ce point... Je m'éloigne de toi chaque minute, tu es mon soleil et je le vois dégringoler à l'horizon, il va disparaître. Je suis déchirée. Il fait nuit maintenant, une nuit froide sans la moindre lueur réconfortante, sans la moindre espérance, une errance sans fin... Oui... nous voici séparées. Mais comment cela a-t-il pu arriver ? Nous étions si heureuses ensemble ?
Je n'y arriverai pas Sophie, mon cœur glacé s'est figé...

— Camille... Ton train est parti depuis une demi-heure, tu dois être à moins de cent kilomètres de la gare, il fait un temps magnifique et tu reviens dans trois jours, tu n'exagères pas un peu ?

— Et voilà, j'ai le cœur lourd et le tien s'est volatilisé ! Tu réfutes ma détresse, tu ignores ma douleur, tu snobes mon amour... finalement, tu m'as déjà zappée ! Et je l'ai bien remarqué, à peine installée dans le wagon, un petit coucou et zou ! tu t'es vite carapatée dis donc !

— Désolée Camille, j'ai eu subitement une envie pressante, j'ai couru aux toilettes et là-bas, un monde fou !

— C'est quand même pas de chance, au moment où j'avais besoin de réconfort ! D'ailleurs, je suis très inquiète pour nos lèvres... D'habitude, le soir, dans le lit, face à face, elles chuchotent nos mots sucrés, elles s'attrapent, elles se mordillent, elles clapotent et se frottent toutes mouillées, elles s'entrebâillent pour permettre à nos soupirs de tintinnabuler à nos oreilles émoustillées.
Ce soir, que se passera-t-il ? Elles resteront fermées, pincées, interdites de toute parole et de toute expression, elles seront muselées ! 

— Ce n'est peut-être pas si mal parce que tu as oublié de rappeler que les tiennes sont de véritables expertes en liposuccion de mes nénés... Je le sens encore ce matin !

— Et nos fesses ? Que vont-elles devenir nos petites fesses ? Elles s'entendent si bien, toujours prêtent à fesse-toyer... Et quand elles sont l'une contre l'autre, elles dansent la samba une bonne partie de la nuit... Un vrai fesse-tival ! Et voilà, ce soir, elles seront isolées, tristes et déprimées !
Elles vont vieillir prématurément ! Tu verras que dans peu de temps nous aurons les fesses froissées et ratatinées !

— Camille, tout cela est vraiment terrible... Il va falloir que je fasse quelque chose ! Si je te rejoignais aujourd'hui, nous éviterions tous ces désagréments, n'est-ce pas ?

— Ab-so-lu-ment ! Mais tu ferais ça ma Sophie ? Tu es magnifique... Alors, voilà, Tu as un train à onze heures cinquante et quatorze heures vingt-deux...

— Dis donc, tu as trouvé les horaires rapidement ! c'était prêt, hein ? Chipie !
Eh bien non ! Je ne prendrai aucun de ces trains ! Parce que... Camille, le mois dernier, quand tu m'as parlé de ton petit séminaire de quelques jours, ça m'a bien fait rire... toi... au petit séminaire... Mais bon... J'ai immédiatement posé un congé à l'agence sans te le dire...
La semaine dernière, je t'ai observée réserver ton billet de train sur ton ordinateur avec ton petit air chagrin, ton regard de fin du monde et tes gros soupirs de salle d'attente gynécologique...
Alors moi aussi, j'ai acheté un billet sur mon téléphone, très discrètement...
Hier soir, avant de te rejoindre sous la douche, j'ai mis mon sac de voyage dans la voiture... Mais pas dans le coffre, non, tu l'aurais tout de suite remarqué... sous la banquette arrière...
Ce matin, je t'ai amenée à la gare et accompagnée jusqu'à ton wagon. Et puis je suis vite partie récupérer mes affaires...
Je suis revenue sur le quai en courant et en riant aux éclats ! Je jubilais ! Les gens ont dû penser que j'étais complètement piquée ! J'ai sauté dans le train qui allait bientôt partir...

Et là... ma petite crapule, si tu savais comme je savoure ce moment présent !
Ah c'est énorme !

— Attends... Attends... Laisse-moi bien comprendre la situation... Non... c'est pas vrai ?... Tu es... dans mon train ? ? ! !

— Euh... oui ?... Notre train, du coup ! Et la place libre à côté de la tienne... C'est la mienne !
(émoticônes rires aux larmes)

— SOPHIE ! ! ! Alors là ! Tu es une scélérate ! (émoticône gros pétard), tu m'as laissé désespérer et cafarder sans pitié, tu es une fripouille de première ! (émoticône Grosse Bertha) Comment as-tu pu concevoir un acte de piraterie pareil ! (émoticône drapeau tête de mort) , Ah mais c'est vilain ! (émoticône petit canard déplumé) canaille ! Gredine ! Brigandine !

— Moi aussi je t'aime fort... Viens donc poser tes petites fesses contrariées près des miennes. Je suis au wagon- restaurant et j'ai commandé nos petits déjeuners pour me faire pardonner... ?

Ton café vient juste d'arriver...

Tout chaud... et sans sucre...

(Émoticônes petits cœurs rouge amour)
9

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Linda Molinaro
Linda Molinaro · il y a
Encore une histoire adorable merci Camille
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Très sympa & bonne idée ♫
Image de François B.
François B. · il y a
Un beau dialogue qui fait aimer les belles histoires d'amour.
(Je ne comprends pas bien la classification "Erotisme"... Il semblerait que la présence de quelques mots suffisent, alors que ce n'est ni l'intention du texte, ni sa tonalité générale...)

Image de Camille Sagasta
Camille Sagasta · il y a
Pour toutes celles et ceux qui ont ce petit pincement au cœur sur le quai de la gare en voyant partir leur passion… Merci pour votre lecture.

Vous aimerez aussi !