J'aime les chinois (suite de la suite)

il y a
4 min
53
lectures
17

Mon avatar : Un graf depuis longtemps disparu. Il personnalise mon état d'esprit : Réagir et l'écrire. Toutes mes œuvres déposés en libre  [+]

« Guéret, son univers si pitoya‘able ». M. l’avocat n’est pas là depuis longtemps que déjà il s’emmerde. A part les barbecues de la petite bourgeoisie classique de ces contrées désolées, rien ne se passe. On est loin de la ruche du 13éme. Un avantage, ici ce qui vole s’appelle un oiseau et non une « Dum-dum ».

La viande est bonne dans ce pays d’élevage et la femme du notaire aussi. Elle n’est pas la seule. Les femmes s’emmerdent tellement qu’elles fondent sur le petit avocat, comme des affamées. L’alcôve c’est bien, mais il n’est pas inépuisable, d’autant que Cui s’est largement servie avant qu’il ne joue la fille de l’air.

Et puis ça commence à jaser dans le Landerneau. Difficile de passer inaperçu dans l’exercice de ces activités. Il a déjà tout connu. L’hôtel discret à la périphérie, les bosquets du lac de Vassivière, même le fond d’une barque à la dérive qui lui valu une bonne sciatique. Il y a celles qui y ont goûté et en redemande et celles envieuses qui n’ont pas eu cette chance et colportent les pires horreurs sur les dévergondages de leurs consœurs.

Dans les cercles où il n’est pas encore coopté, le contentieux s’aggrave de jours en jours. Ces messieurs sensibles du chef, s’accommodent mal des bois qui n’attendent pas le printemps pour pousser leurs ramures.

Voilà que le petit avocat, ici comme ailleurs, compte bientôt plus d’ennemis que d’amies. Pour les amis au masculin, il pourrait compter à la rigueur sur « l’Artiste » comme on l’appelle de façon péjorative, qui œuvre comme ferronnier d ‘art, trimballant un passé d’ancien braqueur. Belle relation pour un avocat. En principe, ce sont des clients, pas des copains. Mais les soirées sont sympas auprès de la forge où cuit le lard arrosé au Châteauneuf - Le pinard du coin, faut pas y toucher. Comme chantait Ferrat « Une affreuse piquette ». Bien que ce soit en train de changer avec le réchauffement - On refait le monde et le petit avocat se taille un beau succès en relatant ses aventures chinoises.

Au cours d’une de ces soirées, il avise Arthur de l’invitation à participer à une battue au sanglier reçue récemment, première étape à son intronisation au sein de la bonne société.

— Ouh, là ! Se récrit Arthur. Avec les casseroles que tu te traînes, t’as intérêt à te munir d’un gilet pare-balles.

— Ils n’oseraient quand même pas. On n’est pas à Chinatown.

— Tu les connais pas les obsédés de la détente. Tu serais pas le premier à faire les frais d’un dommage collatéral. Leur tableau de chasse est impressionnant. Le dernier était un vététiste. Le tireur a soi-disant pris le guidon pour des cornes.

— Ah, la vache ! Après les Kallachs, voilà les deux coups. J‘en finirai jamais.

Difficile de se dérober à ce genre d’invitation, au risque d’être mis à l’écart et ça ce n’est pas bon pour les affaires. Et voilà comment on se retrouve planqué dans les fourrés qui bordent le chemin forestier, cerné par les fusils. Qui sait, prêts à faire un carton sur sa modeste personne.

Voilà que ça galope à l’orée du bois. Affolée par les rabatteurs, la harde déferle sur le chemin et ça commence à canarder. La chevrotine vole bas et le petit avocat préfère gagner les sous-bois que de servir de cible. C’est du promontoire où il a trouvé refuge, qu’il assiste à la battue qui vient de prendre une autre tournure. La harde qui n’a pas trop souffert des tirs mal ajustés des chasseurs du dimanche, fait brusquement demi-tour, prenant ceux-ci par surprise ; Qui s’étaient répandus dans le chemin pour leur tirer courageusement dans le cul.

Derrière cette charge héroïque, la cavalerie de maître Zhàng fait un carnage à la Kallach, tellement plus efficace que le calibre douze. A l’avant ça s’égaille dans les fossés des bas-côtés, ça tremble, pas habitué à cette inversion des rôles. Ça voit sa dernière heure arriver.

La harde anéantie, les chasseurs ressortent timidement de leur refuge, s’extasiant comme des »bons sauvages » devant l’efficacité du matériel des Chinois. Ils ne savaient pas que la Creuse en abritait une colonie. Zhàng les détrompe, leur expliquant qu’ils sont à la recherche d’un avocat dont ils ont urgemment besoin, qu’on leur a signalé comme participant à la battue.

Mais on a beau se compter, aucune trace de l’avocat, ni dans les rangs, ni dans les fossés.

Celui-ci a rallié entre-temps l’atelier de son copain le forgeron, afin de s’y planquer. C’est là qu’il apprend que, certain qu’il ne ressortirait pas vivant de la battue, celui-ci a contacté les Chinois, heureux de retrouver sa trace. Surtout Cui qui ne lâchait pas le morceau et tenait par-dessus tout à récupérer son french-lover.

Les chasseurs, bien contents de disposer d’un complément d’effectifs, proposent de poursuivre la chasse à l’avocat. On organise la nouvelle battue, assignant à chacun un secteur à fouiller. A l’heure de l’apéro, tout le monde se retrouve sur la place Bonnyaud, Gros-Jean comme devant. Ils ne sont pas seuls. Un bataillon de suffragettes débouche du boulevard Carnot hurlant à plein gosier leur mot d’ordre « Pas touche à l’avocat », répété à l’envi.

Celles qui y ont goûté et celles qui y prétendent, se sont unies pour défendre l’instrument du plaisir que représente le petit avocat. Rocco serait jaloux d’une telle notoriété. Les deux groupes se font face, les bistrots plient les terrasses, le silence s’établit sur la place ensoleillée. Le préfet donne l’ordre aux forces de police de se tenir prêtes à toute éventualité. Mais les choses se calment très vite. Ces dames menaçant leurs conjoints d’une grève du sexe, ceux-ci remballent leur égo dans leur culotte et regagnent sans broncher le gîte familial. Le commando de Ziàng est prié par les autorités de remonter vite fait en région parisienne, non sans avoir nettoyé le carnage de sanglier. Les restos du 13éme vont avoir de quoi concocter du porc laqué pour un bon moment.

Pour ce qui est de l’avocat, tout le monde en est pour ses frais. Pas trace du gibier. Aidé de son pote le forgeron qui connaît les filières, il est déjà en route pour l’Argentine où l’attendent de nouvelles aventures ou mésaventures, car la diaspora chinoise très importante en Amérique du Sud et particulièrement en Argentine peut très bien relayer l’avis de recherche lancé par Cui auprès des communautés du monde entier.
17

Un petit mot pour l'auteur ? 33 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer  Commentaire de l'auteur · il y a
Voilà, la trilogie est au complet. j'ai tout mis rapidement pour que vous vous y retrouviez et maintenant, je prend des vacances parce que vu les lectures, pas la peine de trainer sur Short.
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
J'ai lu 'et aimé) les deux premiers, pas reçu la notif de celui-ci qui boucle en beauté la trilogie !
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Si tu reçois pas mes notifs, sache que "La Calanque" t'attends. Je m'étonne de ton absence sur ce texte d'un coin que tu connais, j'en suis sur.
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Je l'ai parcouru l'autre matin, juste avant d'aller marcher...avec la ferme intention d'y reviendre !!
J'y retourne dès que mes casseroles ne sont plus sur le feu ! (j'en ai suffisamment brûlées)

Image de Picardy
Picardy · il y a
Quelle histoire ! Toujours aussi agréable de te lire. Alors bonnes vacances ... dans la Creuse ?
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Sur place. Uniquement une absence de lectures et de coms, à partir du dernier Ttc et pour qq jours seulement.
Image de Brune Hilde
Brune Hilde · il y a
L'Argentine ! Tu as une idée derrière la tête toi. Comme Safia, je le trouve moins "fini" celui-là. Que tu invites "l'absurde" (battue franco-chinoise) dans ce nouvel épisode me déroute un peu, mais pourquoi pas...
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Je suis très inégal, mais pour l'absurde, je revendique
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Une écriture qui pétarade autant que les les kallach !
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Avec les chinois, y a tj des pétards
Image de Safia Salam
Safia Salam · il y a
Hey capitaine ! Merci pour cette trilogie. Je dirais que pour le dernier épisode, ya un petit côté bâclé, vous n'y avez pas mis vos tripes. Le précédent était bien plus travaillé. Et pourtant ici, vous avez un excellent scénario.
Je vous dis à plus, puisque vous faites une pause, moi aussi je compte faire une pause d'un mois. Reposez vous bien et à la prochaine, bye Capitaine !

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
C'est le problème des suites. A partir de la troisième, ça dérape. C'est pourquoi, en général, j'évite.
La pause consistera essentiellement en une absence de lectures. De toute façon, en ce moment, il n'y a plus que des textes éphémères et pratiquement plus de lectures.

Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
L'avocat ne t'as pas dit que tu avais signé pour une suite en douze épisodes un soir de beuverie au Chateauneuf du pape ?
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Je ne signe rien à partir de 3 litres
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
3 bouteilles de 75 cl ça ne fait jamais que... voyons voir... 2 litres 25 ?
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Capitaine, ne t'éloigne pas trop quand même, j'aime trop te lire et tes aventures ah tes aventures ...une couleur rien qu'à Toi ! .. et puis, non, ce n'est pas fini .... il y a un autre scénario qui se cache en Argentine et puis Cui et son " french lover " ... tu vois, tu peux pas nous abandonner .... bon moi, j'attendrai gentiment .... tu oublies pas que je suis fan des histoires du capitaine ... elles sont éclatantes de vie et ignorent l'ennui ...ça, c'est talentueux ! Bisous, capitaine, prends soin de toi !
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
"elles sont éclatantes de vie et ignorent l'ennui" Tout l'inverse de leur concepteur. Je vais beaucoup moins lire et écrire pour qq temps afin de reposer mes yeux et mon esprit. J'ai qq textes d'avance, mais rien de prévu en ce qui concerne le petit avocat. Bisous et grand merci pour ta fidélité.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
On est nulle part tranquille maintenant .... peut-être dans le désert du Gobi !
Quelle chasse, tout feu tout flamme !

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Bonne idée. Je vais peut-être en faire un ermite
Image de Granydu57 Ww
Granydu57 Ww · il y a
Digne d'une série télévisée ce 3ème volet. Un Héros/ Eros nouveau arrive et "Viva l'Argentine" , les "narcos", trouver une nouvelle héroïne ! :-)) Bonnes vacances !!!
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Je vais vendre ça aux chaines publiques qui font de la daube avec leurs polars régionaux
Image de Granydu57 Ww
Granydu57 Ww · il y a
Attention avec la daube, les restos sont fermés, ne rien vendre au risque de prendre une prune et pas des moindres ;-))

Vous aimerez aussi !