6
min

Entretien préalable

Image de Johan Jacqueline

Johan Jacqueline

47 lectures

3

ENTRETIEN PREALABLE

L'action se déroule dans un petit bureau situé dans le dépôt de bus d'une grande entreprise de transport urbain , dans une grande ville française. Arnaud, un des conducteurs, est convoqué pour un accident qu'il a provoqué avec son bus, quelques jours plus tôt. Sylvain et Lucas sont les deux managers présent à cet accident.


Sylvain – Bonjour Arnaud, comme tu le sais tu es convoqué pour l'accident que tu as eu le 13 Février à 15 h 30, tu as percuté une voiture, peux tu m'en dire un peu plus sur les circonstances de cet accrochage ? Il y a eu pas mal de dégâts, la voiture était morte.

Arnaud - Bonjour à vous, je suis étonné de voir que vous êtes venus à deux, c’était pas stipulé sur le papier, c’est illégal, vous ne respectez pas le droit du travail. A part ça, ce n'est pas moi qui a ai percuté la voiture, mais elle, car elle n'a pas respecté un signal de céder le passage et je n' n'ai pas pu l'éviter. Je me demande si je dois rester car rien ne m'y oblige puisque vous n' êtes pas dans les clous.

Sylvain -Lucas et moi sommes venus ensemble car il est en formation et il a besoin de voir comment se passe un entretien, j'ai ton dossier entre les mains, dis donc ça commence à faire épais tu trouves pas ? Je l'ai feuilleté un peu avant de venir, tu devrais t’estimer heureux d'être encore parmi nous, c’est pas terrible dans l'ensemble !

Arnaud- On est là pour quoi exactement ? Pour refaire tout l'historique de mes 20 ans de boite ou pour cet accident pour lequel je ne suis pas en tort ?

Sylvain- bon , même si le conducteur du vl n'a pas respecté un céder le passage, l'accident était sans doutes évitable, tu roulais vite apparemment selon ses dires, et c'est à toi de rester professionnel, en anticipant, ça fait partie de ton métier, tu ne dois pas l'oublier.

Arnaud – tu penses qu'on fait quoi exactement toute la journée quand on conduit ? Depuis 20 ans je suis pro dans ce que je fais, et oui, parfois ça peut accrocher, mais ce jour là je roulais à 30, et de toutes façons on roule toujours trop vite quand on a un accident, et tout n'est pas évitable. Tu sais comment ça se passe quand même ?

Sylvain – oui, bien sûr, ne le prend pas mal, oh ce que tu peux être susceptible ! Tu sais combien ça coûte à l'entreprise tout ces accidents? Nous avons même du mal à trouver un assureur qui veut bien nous garder plus d'un an, tant tout ça coûte cher. Nous te proposons de t'inscrire au prochain stage de perfectionnement conduite. C'est ton troisième sinistre sur les 12 derniers mois, ça commence à faire beaucoup quand même.

Arnaud – Bon si tu me parles de ce rétro abîmé dans les pompes de lavage et de cette chute passager, effectivement, j'en suis à mon troisième sinistre. Je sais que d'autres collègues n'ont jamais d'accrochage, tant mieux pour eux. Le passager qui est tombé dans mon bus était tellement imbibé d'alcool qu'il ne tenait plus sur ses jambes.

Sylvain- t u le dis toi même, d'autre collègues n'ont jamais rien, aucune réclamation, aucun accident. Tu n'es vraiment pas bon toi. Si le métier ne te plaît plus on peut t'orienter sur une reconversion. On te sent moins motivé ces temps ci.


Arnaud – Je ne vois pas du tout le rapport entre ma motivation et ces incidents. Je pense que tu mélanges un peu tout là, non ? Pour info, le jour de mon accident j'étais malade, j'avais encore un bon reste de grippe et je n'ai pas voulu prendre d'arrêt car là aussi ça aurait été le troisième dans l'année, j'aurai été convoqué pour ça aussi alors tu vois, j'ai préféré venir travailler tout en étant malade, et voilà , mon attention était sans doutes moins bonne. Tu vois, à force de nous mettre la pression, on ne sait plus sur quel pied danser .

Lucas – Ah, tu aurais dû t’arrêter alors, il en va de ta responsabilité, il me semble qu'on a le droit de prendre des nouvelles de nos salariés et de se soucier de leur bonne santé !

Arnaud -Dis moi il me semble que tu es venu juste pour observer, je pense que vous allez devoir me reconvoquer si vous continuez à vous mettre à deux pour cet entretien, je vais te demander de sortir, le code du travail m'autorise à bénéficier du soutien d'un délégué syndical si je suis seul en face de deux supérieurs hiérarchiques.

Sylvain - tu vois Lucas, je t'avais prévenu qu'il s'emporte facilement mais tu vas voir, il cva vite se calmer.

Arnaud – je suis très calme et comme je viens de le dire, je suis dans mon droit, alors soit il quitte la pièce, soit c’est moi qui m'en vais et vous me referez une convocation en bonne et due forme et je viendrais assisté d'un délégué syndical au besoin.

Lucas et Sylvain se regardent un instant, Sylvain desserre un peu le nœud de sa cravate, il semble manquer d'air, comme une carpe qui serait tombé hors de l'eau. Arnaud reste les bras croisés et attend que Lucas quitte les lieux, le manager obtempère, Arnaud lui adresse un petit signe de main, avec un grand sourire.

Sylvain – Tu as tort de le prendre comme ça, mais bon, si tu penses être dans ton droit ! Bon maintenant c’est fait, reprenons notre entretien, le temps passe et je ne voudrais pas te mettre en retard pour ta relève. Je pense que le mieux sera donc que tu participes à une journée de formation, pour revoir quelques fondamentaux du métier.

Arnaud – Alors aujourd'hui je suis convoqué pour un accident dont je ne suis pas responsable, et on me propose une formation de conduite alors que depuis prés de 20 ans j'exerce ce métier. J'ai fait un petit calcul,depuis 20 ans je dois totaliser plus de 40000 heures de conduite et je peut compter les accidents que j'ai eu sur mes dix doigts, un accrochage toutes les 10000 heures de conduite, et combien d'accidents évités, chaque jour !

Sylvain, bon, l'entretien arrive à sa fin, Tu peux me signer ce papier ? C'est un courrier que j'ai préparé à l'avance, courrier par lequel tu t'engage à l'avenir à être plus vigilant et à ne plus avoir d'accrochage.

Arnaud- C'est quoi cette plaisanterie ? Tu penses qu'on choisit d'avoir un accident ? Je ne vais pas signer ce papier, il n'a aucun fondement, chaque jour je fais mon possible pour faire mon travail du mieux que je peut et je n'ai pas besoin de signer un papier pour que cela change car c’est déjà ma priorité.

Sylvain – Écoutes j'ai moi aussi des comptes à rendre et je dois remettre ce papier à mon supérieur hiérarchique car il attend aussi de moi des résultats. Ça ne changera rien pour toi de signer ce papier, il sera ensuite glissé dans ton dossier.


Arnaud- Si mon dossier est déjà trop épais tu ne devrais pas rajouter d'autres papiers inutiles. Penses à l'écologie, pas la peine de gâcher du papier.

Sylvain sourit, d'un sourire un peu contraint, il recommence à desserrer son nœud de cravate. Arnaud sourit aussi, et se retient pour ne pas pouffer de rire à la vue de son chef qui ne sait plus quoi faire de ses mains et qui tapote sur le dossier en regardant sa montre.

Sylvain – Bon, je vais t'inscrire à une journée de formation, tu seras prévenu par courrier, l'entreprise a besoin de bons conducteurs et là, tu nous mets dans l'embarras, les chiffres des accidents ne sont vraiment pas bons et nous devons inverser la courbe.

Arnaud – je comprend, vous ne devriez pas oublier que nous sommes tous sur le même bateau, et on doit tous avancer dans le même sens. On le fait tous , chaque jour, malgré tout les aléas que nous pouvons rencontrer, et à l'âge que j'ai maintenant, je n'ai plus besoin que l'on me considère comme un gamin qui aurait fait une faute et à qui on vient distribuer la petite punition. J'ai compris le message et signer un papier n'y changera rien.

Sylvain- c'est notre rôle de manager de gérer ces situations, et nous devons veiller à la bonne marche de l'entreprise. Bon il est bientôt l'heure de prendre la navette, pour toi, je t'ai relevé jusqu'à 18 h52 à l'arrêt « Marché couvert ».

Arnaud -oui, j'ai encore le temps, la prochaine navette part dans 12 mn, Pour finir, j’aimerai te dire que moi aussi, comme mes collègues, je fais au mieux chaque jour pour que tout se passe bien dans mon bus, je conduis, je gère les petits conflits entre clients, je prend sur moi quand je me fais agresser, j'encaisse sans broncher toutes ces incivilités quotidiennes. J'aime ce métier et je me coupe en quatre pour mes clients que j'accueille toujours avec le bonjour. Nous n'avons pas les mêmes contraintes toi et moi, les tiennes sont sans doutes prenantes aussi, je n'en doutes pas, mais on ne se sent pas toujours soutenu.

Sylvain – oh là, je te sent remonté là ! Bon nous allons en rester là pour aujourd'hui, l'entretien est clos. Le fait que tu refuses de signer ce papier pourrait m'amener à envisager une sanction, je vais te tenir informé de ma décision.

Arnaud se lève, un peu furibond, il serre la main de son manager , prend sa mallette et marche vers l'arrêt de bus , à l'intérieur du dépôt pour prendre le bus qui l’emmènera vers le centre-ville, et sa relève. Il sait qu'il s'en tirera avec une journée de formation, et après tout ça lui permettra de rencontrer d'autres collègues qu'il n'a pas l'habitude de croiser. Il sait comment ça va se passer, et peut être qu'après tout il en tirera quelques enseignements. La journée est loin d'être terminée pour lui, il lui reste encore prés de six heures de conduite.
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Cendrine
Cendrine · il y a
Très bon "texte réalité"
Arnaud me rappelle quelqu'un...

·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Pression au travail ! La hiérarchie semble voir seulement ce qu'elle veut voir...
·
Image de Johan Jacqueline
Johan Jacqueline · il y a
merci pour le com Dolorotasse, oui ca sent le vécu, on est pas loin de l'absurde parfois, mais cela fait partie des règles du jeu professionnel, malheureusement
·
Image de Flore
Flore · il y a
Le dialogue donne un rythme un peu saccadé, mais il ne peut en être autrement...Analyse intéressante.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Il est six heures du mat’, Paris s'éveille avec la gueule de bois. C'est son moment, au petit balayeur, il a sauté dans le premier métro. En passant l'tourniquet, il n'a pas oublié de saluer le ...

Du même thème