En attendant l’hélico

il y a
3 min
469
lectures
40
Qualifié

Je suis traductrice et j'écris, ici et ailleurs... J'ai un blog de récits divers (plus ou moins courts ! ;-)). http://unmurmuredeliberte.fr/ Au plaisir d'écrire et de lire en votre compagnie !

Image de Grand Prix - Été 2020
Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Je n’ai plus que cette journée pour me préparer. L’équipe d’évacuation doit venir me chercher ce soir. Qu’est-ce que j’ai fichu ? Ça fait une semaine que je le sais et il me semble que j’ai tourné en rond. Pas question de continuer comme ça. Il faut que je m’active à présent. J’ai droit à un sac à dos de deux kilos. Est-ce que je dois prendre en compte le poids du sac à dos ?
Allez, j’arrête les questions et je m’y mets. Qu’est-ce que j’emporte ? On n’a droit à aucun matériel électronique, électrique ou informatique. C’est bête, j’aurais bien emporté mon PC ou mon téléphone. J’avais des tas de choses utiles là-dedans. Sans parler des photos. Le choix aurait été plus simple. Sans compter que je ne sais même pas où je vais ni pour combien de temps ni même si je reverrai un jour mon appartement. Tout de même, à l’ère de la communication, on aurait pu mieux nous informer. Un SMS pour indiquer le jour et l’heure de l’évacuation, c’est un peu raide. Je croyais que le réseau téléphonique était mort, je ne parvenais plus à joindre personne et voilà que je reçois ce message. Depuis, mon téléphone refuse de me montrer une seule barre, plus le moindre semblant d’un soupçon de connexion. Est-ce lié à la réception de ce message ?
J’ai dit que j’arrêtais de tourner en rond ! Il faut que je fasse un point de la situation. C’est ça. Ça va m’aider. Donc, je résume. Je pars ce soir pour une destination et une durée inconnues et j’ai le droit de prendre deux kilos d’affaires avec moi.
Je n’arrive pas à joindre Julien. Est-ce qu’il a déjà été évacué ? Il ne reste que mon voisin de palier dans l’immeuble qui veuille encore me parler. Il n’a pas reçu de SMS. Il va descendre en même temps que moi. On verra bien. Qu’est-il advenu de ma famille et de mes amis ? Où est Julien ? Tout a été tellement soudain. Tous les réseaux ont été brusquement coupés ; le couvre-feu déclaré. On n’a plus pu sortir pour se renseigner. Dans la rue, on ne voit passer que des camions de l’armée. Aucun militaire ne répond aux cris jetés par les fenêtres. Est-ce qu’on va tous nous évacuer ? On ne dirait pas. On entend peu d’hélicoptères. Il reste encore beaucoup de monde dans les immeubles. Si au moins on savait comment les secours sont organisés. Si je savais pourquoi on m’a choisie. Si je savais que j’allais retrouver Julien ou quelqu’un que je connais. Si je savais… Je voudrais pouvoir donner ma place à quelqu’un d’autre. Quelqu’un de plus jeune, de plus utile. Pourquoi ne nous dit-on rien ?
Mince ! Je n’avance pas ! Je sais ! Si je dois me retrouver au milieu de milliers d’inconnus, il faut que je sois identifiable. Au moins, si je meurs, qu’on puisse le savoir, qu’on puisse donner l’information à quiconque la rechercherait. Je prends ma carte d’identité ? Je me sens ridicule à penser à mes papiers en premier lieu ! Tant pis, ça ne pèse rien. Je la prends. Et puis, je vais noter sur un papier les noms et les numéros de téléphone de mes proches. Si jamais il y a du réseau là-bas… Ah, mais je suis bête, on n’a pas le droit d’emporter le téléphone. Tant pis, ça non plus, ça ne pèse pas lourd et ça me rassure. Ça peut aussi les identifier s’ils ont une banque de données.
Ça m’a pris deux heures de tout noter, mais c’est fait. Il est midi. Je n’ai pas faim, je continue. Je n’ai que deux cahiers vierges chez moi. Je les prends et je prends tous les stylos qui marchent. J’en ai dix. Ça suffira ? Je vais en demander au voisin.
Parfait ! Il m’en a donné cinq de plus. Au moins, j’ai de quoi écrire. Et j’ai aussi retrouvé un bloc-notes. J’oublie la ramette de papier. Trop lourde.
Des livres ? Ça, c’est facile. Si je ne dois en emporter qu’un, c’est À la recherche du temps perdu. Hum… Pas si facile. Je l’ai en version de poche. Sept tomes en neuf volumes, ce n’est pas transportable. Je prends Du côté de chez Swann. Les livres, c’est fait !
De la nourriture ? Une bouteille d’eau ? Au moins pour le voyage ? Non ! S’ils ont prévu de me sauver, ils doivent avoir également prévu de me nourrir. Emporter un paquet de riz ne va pas aider dans le cas où rien n’aurait été planifié. Si on n’a pas assez de nourriture pour tous, ce qu’on aura sera volé par les plus forts. Tiens, puisque c’est comme ça, je mange tout de suite ma dernière plaquette de chocolat du condamné.
Je prends des brosses à dents. J’en ai trois. Tant que je suis dans la salle de bain, je prends aussi les deux flacons de Ventoline qu’il me reste.
Il faut que je pense à ce que je vais mettre sur moi. Rien que de l’utile. Des baskets, une paire de chaussettes, deux culottes, un collant thermique sous un pantalon de rando, un tee-shirt à manche courte, un thermique à manche longue, une polaire, une doudoune, un coupe-vent étanche, un bonnet, des gants, un buff, une paire de lunettes de soleil. S’il fait chaud, je me mettrai à poil. Quoique s’il fait très chaud, il faut aussi se couvrir. Je prends un paréo. Ça sert à tout.
Voilà. Je suis prête. Il est 18 heures. Ils viennent dans une heure.
Et s’ils ne venaient pas ?

40

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Un plaisir de le relire ♫ (et ravie que Jean-Luc soit passé te lire ☺)
Image de Jean-Luc Frénéa
Jean-Luc Frénéa · il y a
Quand le secours vient du ciel, mais avec des camions militaires dehors est-ce vraiment un secours ? Allez savoir... Texte haletant, merci.
Image de Norsk Fra Norge
Norsk Fra Norge · il y a
Y en a que ça rassure... Y en a que ça effraie... Y en a qui ne croient plus en rien... Y en a qui espèrent... Sait-on jamais...
Image de Jean-Luc Frénéa
Jean-Luc Frénéa · il y a
Par définition on espère, l'armée dans les rues c'est une chose, mais il y a une porte de sortie, après est une autre histoire...
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Bien, cette SF. Un petit côté " Apocalypse Now... "
Image de Norsk Fra Norge
Norsk Fra Norge · il y a
Sans la musique ! 😁

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Le bout de la nuit

Patrick Barbier

L’impact des gouttes sur le métal de son arme tendue à bout de bras focalisait le regard de la silhouette sombre, qui semblait absorber tout atome de lumière sous la pluie battante. Les ... [+]

Nouvelles

Ange

Farasha .

Métro. Vendredi, 15 heures.
Je suis avec mon fils Eliott, deux ans. Je ne sais pas pourquoi mais aujourd'hui, le métro est plein à craquer. Ça me stresse. J'aimerais une place assise au moins ... [+]