Image de Lydie Codez

Lydie Codez

Née en France en 1984, j'ai toujours été passionnée par la littérature. A peine savais-je écrire que je rédigeais des poèmes pour ma famille. A 10 ans, je voulais déjà être écrivain, un Victor Hugo au féminin. Ambitieux, je sais ! Bien que je sois capable d'écrire des histoires légères et drôles, j'aime explorer la noirceur de l'âme humaine, c'est pourquoi mes textes sont majoritairement sombres.
TRÈS TRÈS COURTS
83   127 lectures
La femme étendue sur le lit est nue, offerte. Ses cheveux blonds sur l’oreiller la couronnent d’un halo d’or. Ses paupières sont closes, elle a l’air serein. Si ce n’était le trou béant ... [+]

Court et noir 2018
TRÈS TRÈS COURTS
3   24 lectures
Il est le dernier homme debout. Le dernier homme en vie. Rien ne l’a préparé à cela. Il regarde la destruction qui l’entoure, sans comprendre. Il ne réalise pas encore qu’il n’y a plus que... [+]

POÈMES
5   23 lectures
Dans le silence où je t'attends
Les battements de mon coeur se font échos
De ma tendresse, ... [+]

POÈMES
4   18 lectures
Il est des murmures
Que l'oreille ne peut entendre,
Il est des cris
Auxquels nul ne peut ... [+]

POÈMES
2   15 lectures
Il n'est pas de troublantes vérités,
Uniquement de désagréables découvertes,
Quand le ... [+]

TRÈS TRÈS COURTS
204   847 lectures
« Fais ce que tu as à faire. »
Ses mots résonnent encore à mes oreilles. Plus de quinze ans après...

Cette situation, je l’avais déjà rencontrée, déjà vécue une bonne ... [+]

Qualifié
Grand Prix Été 2018
POÈMES
91   53 lectures
Saveur souvenirs
vous madeleines exquises
délices d'antan

Prix Haikus Automne 2017
POÈMES
61   37 lectures
Biscuits des bois
aux nuances caramel
croustillantes feuilles

Prix Haikus Automne 2017
POÈMES
39   32 lectures
Ô pomme d'amour
ton rouge épouse mes lèvres
doux baisers sucrés

Prix Haikus Automne 2017
POÈMES
45   32 lectures
Couleur de citrouille
des aromes de chataignes
douceurs d'un automne

Prix Haikus Automne 2017
POÈMES
15   30 lectures
De manteaux de vent
les passants pressés vêtus
rêves éphémères

Prix Haikus Printemps 2017
POÈMES
10   23 lectures
Douce m'est la mère
quand de chaleur enveloppe
les âmes blessées

Prix Haikus Printemps 2017

181 abonnés

Image de PhilshycatImage de ZouzouImage de Rellum59Image de HuppefasciéeImage de MirajeImage de EvadailleursImage de Paul TheryImage de JeanneImage de Origami 38Image de Saint SorlinImage de Ginette VijayaImage de DranemImage de Keith SimmondsImage de RandolphImage de Bennaceur LimouriImage de AristideImage de Luc DragoniImage de Corinne ValImage de Bertrand GilleImage de Epicurien78Image de Yasmina SénaneImage de Virgo34Image de PascalImage de Pingouin Voir +
pour laisser un message à Lydie Codez