Tous à l'eau !

il y a
4 min
1 312
lectures
417
Finaliste
Jury

Petite plume et nouvelle page... "Jours de Semaine", mon premier roman "feelgood" est publié aux éditions France Loisirs (Fév 2021). J’anime "Bulle de Plumes", l’atelier d'écriture créative  [+]

Image de 2018
Clémentine prit son sac et claqua la porte du studio.

 

Un léger courant d’air s’engouffra par la porte-fenêtre laissée entrouverte. Couché sur le lit, Viktor ronronna. Le gros chat voyait déjà les toits de Paris s’embraser sous le soleil brûlant de juillet. Là, à l’ombre du balcon en ombre chinoise, il distingua une corbeille de fruits et légumes posée sur un tabouret, et par terre, un bac rempli d’eau. La torpeur estivale l’envahit et il ferma les yeux.

 

Le soleil avait tourné depuis une bonne heure, quand le félin fut réveillé par du bruit.

 

— Hé, Banane, t’as pas trop chaud ?

— Ben non ! J’suis bien, moi !

— Pourquoi tu demandes, Pomme ? répliqua Tomate.

— Parce que je commence à transpirer ! Le soleil tape sur ma peau verte et j’suis pas sensée mûrir et changer de couleur !

— Tu crois que Clémentine veut nous déshydrater ? On m’a dit que le séchage solaire est très tendance depuis la mode du bio… tenta Tomate.

— Dans ce cas elle vous aurait coupés en quartiers ! répliqua Laitue qui faisait la tronche.

— C’est vrrrai qu’il fait chaud… Mais moi ça m’rrrappelle mon pays ! interrompit Ananas avec un accent créole.

— Tu viens d’où ? 

— Comme toi, Banane, de la Rrréunion ! répondit le fruit ventru avec son palmier vert sur la tête.

— Ah mais pas du tout, reprit Banane vexée. Moi j’viens des Antilles !

— Ah, excuses-moi alorrrs ! dit Ananas. J’crrroyais que t’étais comme Avocat et moi… Enfin, Rrréunion, Antilles, les îles frrrançaises en somme !

— Pas grave. En tout cas, moi j’aime cette chaleur, on s’croirait en vacances! reprit Banane en souriant.

— Moi j’suis pas d’accord, reprit Tomate de sa petite voix. Je meurs de chaud dans cette corbeille en plein soleil.

— C’est vrai, souffla Pomme, nous les peaux européennes on n’a pas l’habitude ! 

— Pour une fois que tu la ramènes pas ! dit Avocat à Pomme. La « star des fruits », le fruit préféré des Français, plus d’un millier de variétés, l’antioxydant le plus…

— Stop ! intervint Melon qui jusque là gardait le silence. Et pourquoi on ne se rafraîchirait pas dans l’eau du chat ? s’exclama-t-il de sa grosse voix.

Viktor, allongé au frais sur la moquette de la chambre, tendit l’oreille. De sa place, il discernait la scène en contre-jour. 

 

— Quelle bonne idée ! répondit aussitôt Pomme.

— Tu… tu veux dire… se baigner ? hoqueta Tomate.

— Ben oui Patate ! 

— Suis pas une patate, s’énerva Tomate. 

— Ca s’voit, t’es toute rouge ! rigola Avocat. Je trouve aussi que c’est une super idée ! Allez, tous à la flotte !

— Regardez le fond de la bassine ! On croirait ma Corse natale avec sa mer transparente et ses reflets d’or, dit Melon.

— T’es tenté de plonger le grrros ? roucoula Ananas. Je sens que ça va frrruiter !

— Vraiment t’en rates pas une, Ananas ! Tu sais que j’suis pas un fruit mais un légume ? Et même plus, je suis une cucurbitacée ! s’indigna Melon.

— Bon ça va vous deux ! intervint Avocat. Melon, t’as une solution pour plonger ?

— Bien sûr ! Regarde Orange,… jamais pressée, hihihi ! Alors je vais m’en servir…

— Ah bon, et… pour quoi faire ? susurra Tomate.

— Petite, laisse faire les durs, ordonna Melon.

Poussé par le plantureux melon, l’agrume à la peau colorée et piquetée, déséquilibré, tomba du panier à fruits et roula telle une pelote de laine en direction du matou. Viktor se dressa sur ses pattes, l’œil vif, l’oreille à l’affut et la queue hérissée.

 

— Hé Viktor ! siffla Orange. Vik-tor ! On a besoin de toi !

Le chat considéra avec méfiance Orange.

 

— Quoi, c’est l’heure de ma sieste !

— Pfff, assez dormi le mistigri ! Il fait trop chaud sous les toits de Paris ! Aide-nous !

— Qu’est-ce-que tu me veux Orange ?

— Ecoute, on a tous très chaud et on voudrait se baigner dans la bassine. Fais tomber notre corbeille et on pourra plonger dans l’eau fraîche.

— Et après vous me laissez dormir ? demanda le félin agacé.

— Promis Viktor.

Le félin tourna son cou dans un sens, puis dans l’autre, s’allongea de tout son long, étira ses pattes, sortit ses griffes, dressa tous ses poils. Une fois prêt, il s’avança vers le balcon. 

 

— Eh moi j’veux pas m’baigner ! dit Tomate de sa petite voix ronde.

— Et pourrrquoi tu veux pas ? ricana Ananas.

— Moi je sais ! C’est parce qu’elle est prude ! dit Avocat.

— N’importe quoi ! dit Pomme. Elle est comme moi, elle a la peau fine et n’aime pas l’eau froide !

— C’est parrrce qu’elle a peurrr ! reprit Ananas.

— Et alors ? Allez vous baigner, moi… je reste dans la corbeille, dit Tomate.

— Désolée ma petite, mais ça va pas être possible. Et Viktor poussa du museau la corbeille qui oscilla.

Dans un grand plouf, tous les fruits tombèrent à l’eau, excepté Tomate qui, telle une boule de billard, tourna plusieurs fois contre la paroi. Miraculeusement, elle resta dans la corbeille à fruits, toujours en équilibre sur le tabouret. 

 

En bas, tous s’ébrouaient dans l’eau fraîche. Banane, tout sourire, et Laitue rayonnaient de joie. Melon et Pomme semblaient encore plus dodus. Quand à la peau d’Avocat et le palmier d’Ananas, ils avaient subitement verdi.

 

— Fais pas ta timide, lance-toi ! cria Ananas.

— Mais j’ai… j’ai pas envie répliqua Tomate, plus rouge que rouge.

Viktor se glissait déjà entre les pieds du tabouret. 

 

— J’veux pas ! hurla Tomate.

— Allez viens petite, jette-toi ! reprit Avocat d’une voix onctueuse. Tu ne risques rien !

— Mais oui, reprirent en chœur Banane et Pomme. N’aies pas peur, elle est excellente !

— Mais moi je suis une tendre, une douce, une ronde !

— T’inquiètes, on te récupère. 

— Bon, les fruits et légumes, vous m’avez fait lever. Alors c’est maintenant où je vais me recoucher, râla le matou.

— Vas-y Viktor ! cria Orange depuis la chambre.

Le chat se frotta cette fois au tabouret et la corbeille valsa. Tomate fit un saut périlleux et sa chaire trembla comme de la gélatine. En touchant le fond de la bassine, la petite sphère rouge s’écrasa sur les peaux dures de ses camarades. En bas, l’eau s’était déjà évaporée et vidée des premiers plongeons… Et tout le balcon fut éclaboussé d’une sauce liquide et écarlate. 

 

 

 

 

 

417

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,