3
min
Image de David Boidin

David Boidin

617 lectures

195

Qualifié

La nuit, le jour, il promène sa longue silhouette dans la ville, partout. Aucune rue, aucune impasse n'est inconnue de ses Converses usées.

Il aimerait, une fois au moins, goûter à une sérénité joyeuse entre ses quatre murs, se poser comme tout le monde après une journée de "boulot" dans son 17m2, s'effondrer sur le lit fatigué par une marche vaine, une ronde qui n'aurait pas atteint son but. Cela signifierait que le monde a changé, qu'il est plus beau, plus acceptable, qu'il pourrait enfin y vivre. Il n'a pas choisi la marge. Il la subit depuis tellement longtemps, tant d'années à ne plus pouvoir fermer l’œil sans revivre la journée au parc d'attractions.

Automne, hiver et premiers jours du printemps, il se fond dans la foule bigarrée, anonyme parmi ses semblables. Ensuite, le soleil, la chaleur mettent à mal sa caméléonite lui imposant une inaction douloureuse. Pourtant, tous ces touristes venant grossir les rangs... Mais sa mission lui impose le port du pardessus, long manteau cou cheville. Il ne peut prêter le flanc à la curiosité passante. Nul ne doit deviner ce que cache sa pelure.

Tel un épagneul breton à l'arrêt, il vient de trouver sa prochaine victime. Pourquoi ont-elles si souvent des gros culs ? Avant de l'approcher, il attend que la rue se vide. Téléphone collé à la casquette, il parle fort, lâche un prénom bidon, tente un rire dont le naturel lui fait honte. Sa technique du « téléphone invisible » demande encore à être peaufinée. Plus âme sur le pavé, il avance vers sa future victime. Tournant discrètement la tête, il vérifie que personne ne l'observe dans la rue ou derrière une fenêtre. Le ballet peut commencer. Sans un mot d'au revoir à son interlocuteur fantôme, la poche extérieure droite de son manteau engloutit le smartphone. D'un geste auguste, il libère son regard des lunettes de soleil trouvant place dans l'autre poche extérieure. Superman pervers, il agrippe de ses mains les revers de son pardessus et tire de part et d'autre.

C'est sa belle mère, remarquable couturière, qui s'est occupée du paletot. Exit les boutons, bonjour le long scratch vertical. La demande était particulière mais belle-maman s'est exécutée sans poser de question. La seconde sollicitation du gendre était tout aussi saugrenue. Coudre sur la doublure une quinzaine de poches aux dimensions différentes mais très précises. « Au moins, il sait ce qu'il veut », avait-elle pensé en dessinant le patron. Le manteau de l'inspecteur gadget fut customisé – elle disait sans malice « costumisé » – dans les quarante-huit heures. Il n'en demandait pas tant. Malgré la séparation, elle n'avait pas coupé les ponts. Jamais elle n'avait abordé le « sujet ». Elle était sa bouée. Son seul lien avec le monde des vivants.

Un vent frais s'engouffre dans le pardessus. Le moment le plus agréable de la mission. Elle n'a pas bougé. Toujours garée sur une place handicapée. Par acquit de conscience, il fait le tour de la BM pour vérifier qu'aucun macaron ou carte ne lui a échappé. Sourire sadique aux lèvres, il plonge la main dans la poche numéro douze, la mieux adaptée à la situation, pour en sortir son arme de dissuasion nocive. Il décolle la protection papier. L'idée lui est venue à OK Corral. Revenant à sa voiture après une journée de rollers coasters, d'attaques de diligence, de plumes et de Stetson, il avait découvert sur la lunette arrière de sa Fiesta un autocollant aussi moche qu'indissociable de la vitre. Il avait essayé à l'ongle, au grattoir, au briquet, rien n'y avait fait. À vie, il aurait été le gars du quartier qui était allé un jour à OK Corral s'il n'avait pas pris l'autoroute. Plus tard, en lançant une recherche sur internet, il lui avait été facile de trouver l'imprimeur des morbacs à vitres arrières du parc western. Il applique l'autocollant sur l'incivile voiture. Du plat de la main, il lisse le nouvel ornement pour libérer les petites bulles d'air. Recul de deux pas pour admirer son ouvrage, il lit à voix basse « Je suis handicapé du cul ». Pas le temps de faire une photo pour son Instagram, il entend des voix arriver. Rechaussant rapidement ses lunettes noires, refermant promptement son pardessus, il s'en va vers le soleil couchant, tel un Lucky Luke du sticker, la marche chaloupée de celui qui a accompli sa mission.

Sa joie est de courte durée, comme à chaque autocollant, comme à chaque pas. Le piéton qu'il est aujourd'hui flashbacke sur le conducteur de Fiesta qu'il était le jour où il décida de prendre l'autoroute par fatigue. Il voulait rentrer plus vite, plus vite se mettre au pieu. On ne dirait pas comme ça mais marcher toute la journée, piétiner dans les files d'attente entre chaque attraction, ça épuise. Il n'avait pas senti ses paupières se fermer. Instantanément, il s'était retrouvé dans les montagnes russes du jour, loopings, airtime, vrilles, cutback. C'était bien. Il s'était réveillé sur un lit d'hôpital, miraculeusement indemne. On le gardait en observation. Il avait pu sortir le lendemain. Dévasté, meurtri à jamais. Son insouciance l'avait amené à percuter une autre voiture dont la conductrice avait perdu les deux jambes dans l'accident.

Peut-être sur le chemin du retour, aura-t-il l'occasion de baptiser son nouvel autocollant « Je me gare comme un connard » sur une autre voiture.

PRIX

Image de Printemps 2019
195

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pherton Casimir
Pherton Casimir · il y a
J'aime ce texte... Je vous invite à lire et à supporter mon texte en final du prix Viva Da Vinci https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-beaute-dun-reve
Merci !

·
Image de Pilatom Remicasse
Pilatom Remicasse · il y a
Humour du sombre au noir assez foncé. Mon vote
·
Image de David Boidin
David Boidin · il y a
Merci ! :-)
·
Image de Pilatom Remicasse
Pilatom Remicasse · il y a
Bonjour,
J'écris modestement aussi ...
Bonne journée.

·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
de l'humour noir gentiment glauque, très chaloupé l'auto-colleur!
·
Image de David Boidin
David Boidin · il y a
;-)
·
Image de Quentin Buxo
Quentin Buxo · il y a
Excellent !! Ça sent le vécu le coup du sticker OK Corral 😁
·
Image de David Boidin
David Boidin · il y a
Hé hé, je confirme. Merci Quentin ! :-)
·
Image de Hugues Roland
Hugues Roland · il y a
😌 tsss
·
Image de David Boidin
David Boidin · il y a
Ben quoi !? ;-)
·
Image de Alain Temple
Alain Temple · il y a
Hello David ! Excellent texte ! Tous mes vœux t'accompagnent ! ☺️
·
Image de David Boidin
David Boidin · il y a
C'est gentil, merci Alain ! :-)
·
Image de Alain Temple
Alain Temple · il y a
Bonjour David ! Excellent texte ! Tous l
Mes vœux t'accompagnent ! ☺️

·
Image de Melanie Gaspar
Melanie Gaspar · il y a
Bravo David ! 👏🤞🤞🤞
·
Image de David Boidin
David Boidin · il y a
Merci Mélanie ! :-)
·
Image de Samia.mbodong
Samia.mbodong · il y a
Ça apporte de la réflexion
Bravo et merci je soutiens.

·
Image de David Boidin
David Boidin · il y a
Ça fait plaisir, merci Samia ! :-)
·
Image de Florence Prieto
Florence Prieto · il y a
Un hamburger pour te souhaiter bonne chance
·
Image de David Boidin
David Boidin · il y a
Miam ! ;-) Merci Florence ! :-)
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

L’aube se lève sur une nouvelle journée de bataille. Je passe mon arsenal en revue pour apaiser ma tension croissante. Quel métier ! Ce n’était pas ma guerre, je leur avais dit : les ...

Du même thème