En route vers la bibliothèque

il y a
2 min
265
lectures
219

J'aime écrire, j'aime les mots. Je recherche autant que possible à traduire avec les mots toutes les sensations que je peux éprouver. Et ensuite une fois que les mots se sont assemblés avec mon  [+]

Image de 1ère édition

Thème

Image de Très très court

« Je n’en peux plus, je ne veux plus, je veux m’échapper, je veux prendre l’air et m’envoler ! ». Ce matin Jules s’est levé en sueur.

« Je n’en peux plus, je ne veux plus, je veux m’échapper, je veux prendre l’air et m’envoler ! ».

Ces paroles ne le quittent pas. Elles sont là, elles résonnent, ou plutôt elles chantent au fond de son crâne douloureux.

Jules ne se souvient que très rarement de ses rêves. Mais ce matin, il sait, il sent. Il est certain que ce sont des paroles qu’il a entendues cette nuit, dans son sommeil. Il lui semble même reconnaître cette voix. Une voix douce et gaie. Il faut dire que Jules vit seul, et débute sa journée, comme il l’a finie : dans le silence. C’est pour cette raison qu’il aime tant la compagnie de cette voix, comme une caresse qui le réconforte.

Tous les matins depuis dix jours, il prend le temps de faire le tour de son appartement avec ce nécessaire regard d’explorateur, comme s’il découvrait à chaque fois, un territoire inconnu. Oh ce n'est pas très grand, mais il a suffisamment d’imagination pour s’inventer à chacune de ses tournées des aventures nouvelles. Il s’attend toujours à être surpris, à découvrir, qui sait, un coin encore vierge, dans une des quatre pièces de son logement. Intérieurement il sourit de sa naïveté : comme si les lois de la géométrie pouvaient à la faveur de ce confinement être bouleversées. Ce serait incroyable que je sois le premier à découvrir que dans certains rectangles, on peut trouver un cinquième coin. Pauvre Jules, il est seul et ne sait plus quoi inventer pour s’aérer, pour s’obliger à ne pas rester enfermé entre ces quatre murs. Quatre murs ? Il faudra peut-être que je recompte se dit-il ?

« Je n’en peux plus, je ne veux plus, je veux m’échapper, je veux prendre l’air et m’envoler ! ».

Toujours ce refrain qu’il entend, petite voix désormais familière. Il a même l’impression qu’elle se rapproche désormais

Après avoir traversé le long couloir - sans faire de pause s’il vous plait- Jules se trouve désormais devant sa bibliothèque.

Jules commence par un long moment d’admiration, presque de la contemplation. Il est vrai qu’il a un côté maniaque qu’il assume totalement ; il ne se passe pas journée, en période normale, sans qu’il ne caresse les dos alignés de ses très nombreux livres, il les bouge parfois légèrement, souffle sur le dessus, persuadé que la poussière s’est encore invitée et va coloniser les pages.

Jules aime les livres, nous l’aurons compris. Et depuis le début de cet enferment imposé, Jules accomplit son rite plusieurs fois dans la journée. Nous ne sommes pas loin reconnaissons le de l’obsession.

Bref, Jules après la longue traversée du couloir sombre et aride est là, raide et rigide, plantée devant les rayons de sa bibliothèque. Une belle bibliothèque, bien fournie car Jules nous l’aurons compris aime les livres.

« Je n’en peux plus, je ne veux plus, je veux m’échapper, je veux prendre l’air et m’envoler ! ». La voix semble se rapprocher.

Jules aime les livres bien sûr, mais Jules aime les oiseaux aussi, il est même passionné, il aime les observer, les écouter, et surtout, Jule aime quand ils s’envolent… Nous aurons donc compris que comme Jules aime les livres et qu’il aime aussi les oiseaux, Jules a beaucoup, mais alors beaucoup de livres sur les oiseaux.

« Je n’en peux plus, je ne veux plus, je veux m’échapper, je veux prendre l’air et m’envoler ! ».

Et d’un coup, d’un seul Jules comprend. Les livres, les oiseaux, la fenêtre toujours fermée. Jules saisit un de ces magnifiques livres, qu’il aime tant feuilleter. Celui qu’il tient est un livre sur les oiseaux de mer, il le sort délicatement, caresse amoureusement la couverture et l’ouvre, lentement, très lentement…

« Je n’en peux plus, je ne veux plus, je veux m’échapper, je veux prendre l’air et m’envoler ! ».

219
219

Un petit mot pour l'auteur ? 44 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Aissetou Dembele
Aissetou Dembele · il y a
Bravo pour ce beau texte ! Vous avez mes 3 voix. ET
Merci de passer faire un tour chez moi et soutenir mon texte si vous avez le temps.
Le lien du vote 👇👇. https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/une-mere-au-visage-defigure-et-son-fils

Image de Eric diokel Ngom
Eric diokel Ngom · il y a
J'adore bcp sur un jugement ...Un plaisir de découvrir ta page riche et intéressante J'ai bcp aimé.un texte original et bien structuré. Merci de le soutenir https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/au-commencement-etait-lamour-2
Image de Norsk
Norsk · il y a
J'aime beaucoup la répétition qui rythme le texte ! Et l'envol final !
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un mystère qui s'éclaircit petit à petit. D'abord une phrase rituelle répétée à l'envi, un phrase qui habite les nuits de Jules qui possède des nombreux livres. Puis on apprend qu'il est confiné. Il arpente son appartement à longueur de journée. Il y a toujours cette phrase répété en boucle. Et c'est en examinant un de ses livres préférés qu'il découvre que la phrase rituelle est dite par icelui et que... mais ne dévoilons pas la belle chute. Bravo, Eric ! Je clique sur J'aime.
Je vous invite à lire mon poème en compétition printemps, un tri-triolet : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/la-rose-la-bouteille-et-le-baiser Bonne journée à vous.

Image de lucile latour
lucile latour · il y a
ne suis que depuis 1 mois sur le site trop tard pour vous lire à temps. belle évocation des sensations sur la liberté.
viendrez vous faire un tour pour soutenir mes 2 textes en lice ne ce moment? "Sur le chemin qui mène au puits" et" jusqu'à la pointe". merci infiniment. vous me direz.

Image de Cyrille Conte
Cyrille Conte · il y a
Bravo un très beau texte sur l'amour des livres, les oiseaux, la liberté. Il faut de belles plumes pour s'envoler, vous en faites partie.
J'ai une échappée sur les berges du Rhône à cous proposer, parmi les oiseaux de nuit : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/un-sale-petit-bruit-de-mort-1
Bravo pour votre texte Éric et bonne continuation.

Image de Beline
Beline · il y a
Joli texte, mélodieux à la lecture et plein de poésie. La puissance de l'imagination, la liberté du vol des oiseaux, la grande bibliothèque de l'amoureux des livres...autant d'images qui nous font rêver !
Image de RAC
RAC · il y a
Doux & sombre à la fois... Une aquarelle et un fusain très noir... En quête d'une éclaircie ?
Image de Philippe Larue
Philippe Larue · il y a
Belle évasion littéraire à voter
Image de A M I C X J O
A M I C X J O · il y a
Un texte idéal pour s'évader...
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/adamo-et-eva
si vous aimez la S.F je mets mes livres à disposition en audio-lecture gratuite (ou en chargeant les MP3 pour les écouter sur un lecteur
voir:
https://e-nautia.com/disk/?f=3084230
+ mes voeux de réussite à vos défenses immunitaires