4
min

Apocalypse

Image de Romane Endell

Romane Endell

130 lectures

101

Tout commença le jour où le ciel lui tomba sur la tête.
Un vrai morceau de ciel d’un bel azur qui s’écrasa sur le coin de son crâne et laissa dans la voûte un trou noir et béant.
Le choc le projeta au sol et vida l’air de ses poumons. Suffoquant, John avisa sans les voir vraiment quelques personnes courir vers lui.
— Vous vous êtes fait mal ?
— Vous êtes tombé ?
— Que s’est-il passé ?
Ce fut à cet instant que John leva la tête et découvrit l’éclat de ciel à côté de lui. Un frisson remonta le long de son échine. Avec la lenteur de la crainte, il bascula sur le dos et plongea son regard dans la voûte céleste. Un trou. Minuscule mais bien présent, duquel commençait à filtrer d’étranges volutes sombres. Il leva un index tremblant vers la béance.
Un silence de mort tomba sur la petite assemblée secourable lorsqu’elle suivit son geste. Un silence tel qu’on entendit distinctement un long gémissement plaintif, et le bruit sourd d’une masse lourde qui s’abat.
La foule se retourna d’un coup, John lui se contorsionna pour apercevoir l’origine du raffut.
C’était le Grand Chêne qui venait de tomber, parfaitement ouvert en deux dans une coupe nette qu’on eut dite taillée par la hache d’un géant. Puis tout à coup, il se mit à pleuvoir des cailloux.
Un hurlement d’horreur traversa la foule qui se rua vers les bâtiments les plus proches. Une personne altruiste saisit John à bras le corps pour l’aider à se relever, et ils coururent ensemble rejoindre la sécurité relative d’un immeuble.


***


Les visages étaient livides, les voix chevrotantes et basses d’inquiétude. Les passants marchaient à pas pressés. On se réunissait dans les gymnases pour discuter de l’affaire, dans un grand débat collectif survolté qui finissait en hystérie.
— C’est la fin du monde ! Les peuples anciens l’avaient prédit !
— Superstition que cela !
— En tant que physicien, je suis dépassé... Peut-être devons-nous remettre en question notre système ?
— C’est l’État ! Il a passé des accords d’exploitation de la voûte céleste avec je ne sais quel pays étranger ! Opportuniste, comme toujours ! Il nous vendra nous quand il en aura l’occasion ! Notre pays n’est pas à vendre, insurgeons-nous !
John suivait ces échanges sans réelle envie. Il continuait cependant d’y assister, car ces rassemblements étaient, au fond, le seul rempart qu’il avait tous face à la peur.
Il quitta le débat du jour vidé de toute énergie. En l’espace d’une semaine, le ciel avait pris la couleur des ombres, et le pays entier baignait dans la nuit. Plus de lumière, plus de soleil. Alors qu’il passait devant la vitrine fracassée d’un magasin d’alimentation, une main le saisit soudain par le bras.
— John. Sécurité intérieure. Veuillez me suivre, s’il vous plaît.


***


—Bien, John. Avant de commencer, vous devez comprendre que les informations que je vais vous confier relèvent de la sûreté d’État. En aucun cas vous ne devrez les communiquer à un tiers.
John acquiesça.
L’agent se pencha vers lui.
— Nous avons de bonnes raisons de penser que le ciel qui nous tombe sur la tête, les arbres qui meurent, l’obscurité perpétuelle autour de nous, bref, le fait que le monde part en cacahuètes est lié à une chose et une seule : Le Big Boss a craqué.
— Mais de quoi...
— Je sais que cela va être difficile à entendre, John. Mais il faut que vous sachiez que vous n’êtes pas qu’un humble citoyen de notre ville, vous participez à un projet bien plus vaste, à l’ambition folle...
L’officiel laissa s’égrener trois secondes avant de souffler, l’œil brillant :
— Une décalogie qui devrait totaliser, selon les calculs du Big Boss, près de quatre mille huit cent dix pages... Et vous êtes l’élu ! Le personnage principal !
— C’est n’importe quoi !
— Pas du tout, John. Voyez vous-même ! « John » ! Juste « John ». Pas de nom de famille, un prénom d’une terrible banalité... Votre patronyme est voué à être modifier en un autre, plus classe, à la phase de relecture par un simple et efficace « rechercher/remplacer ». En attendant, le Big Boss garde « John », ça va plus vite à taper et il est vieux.
John se demanda comment un type à ce point siphonné avait pu atteindre un poste aussi élevé. Il se trouvait cependant face à quelqu’un d’important — quelqu’un qui pouvait potentiellement le mettre derrière des barreaux pour les trente prochaines années — et il jugea plus prudent de ne pas le contrarier.
— Vraiment ?

L’AGENT (soupirant)
Les ombres s’emparent du cœur du créateur !
Et nous voguons tout droit vers une tragédie...
L’auteur, seul, déprimé n’a foi en ses écrits :
Ceci est la cause de nos sombres malheurs...

JOHN
Diantre, mon pauvre ami, pourquoi donc rimez-vous ?
Étrange langage que vous tenez ici !
Mais c’est que moi aussi, un bien malin génie
Me fait dire des vers sans que j’en aie le goût !

— Ah, vous voyez ! Il délire ! Il fait n’importe quoi ! Encore quelques jours et les licornes existeront !
John devait bien admettre que cela était troublant.
—Que dois-je faire ?
— Il n’y a qu’une seule solution : vous êtes l’Élu. Débrouillez-vous pour que le Big Boss reprenne espoir en son histoire...
— Ça ne servira à rien, fit une petite voix fluette. J’abandonne.
Les deux hommes sursautèrent. Un enfant d’une dizaine d’années venait de se matérialiser à côté d’eux.
-- Qui êtes-vous ?
— Tu ne me reconnais pas ?
Et comme John ne répondait pas, il reprit :
— Je suis ton père, John.
John voulut articuler un « Non ! » qui s’étrangla dans un murmure tandis que l’officiel sursauta une seconde fois et cria :
— Big Boss !
— C’est bien moi.
— Mais les rapports affirment que vous avez cinquante ans !
— Ceci est mon âme d’enfant... Hélas ! J’ai bien peur que celle-ci se sclérose. Je suis désolé. John, je suis venu te dire adieu. Mon monde n’a plus aucune logique, il s’enfonce dans le chaos ! Tout est sombre, sombre comme mon humeur et vous voyez bien que l’histoire n’a aucune cohérence. J’ai pris ma décision. Je vais faire table rase. Ce sera la déchiqueteuse.
Il avait appuyé sur le mot « déchiqueteuse », faisant rebondir les consonnes dentales sur son palais et les deux hommes frémirent.
— Mais... mais... bégaya l’officiel... Vous n’avez pas le droit...
— Au contraire, mon omnipotence auctorale me l’autorise. Ne vous inquiétez pas : ce sera un peu de néant, un retour à la nuit. Vous redeviendrez de simples silhouettes, des idées, des ombres dans mon esprit, voilà tout. Tu es un piètre personnage principal, John. Tu n’as aucune épaisseur, aucun trait saillant, tu es déjà tout gris, tout fatigué... J’ai mal fait mon devoir, John et je dois me rendre à l’évidence : tu n’es pas vendeur. Être auteur c’est déjà suffisamment peu rémunérateur, reprit le petit garçon d’une voix qui partit dans les aigus, alors si c’est pour passer encore un an à écrire un bouquin sur un type fade qui se vendra mal, et dont la suite ne sera de fait jamais publiée, non merci !
John se mit à trembler.
— Écoutez... Non... Vous... Vous n’avez qu’à me rajouter des canines pointues, ça fait vendre, les vampires, non ? Ou une capacité à me transformer en loup-garou ? Si vous voulez, je peux faire semblant de chercher à gagner le cœur de Kate qui préférera Jérémy, ou encore...
L’auteur posa une main apaisante sur l’épaule de John.
— C’est gentil de proposer, mon garçon, mais c’est inutile. Tu n’es pas le genre de personnage à qui il arrive ce genre de choses...
John sentit une chape de découragement le saisir. Il avait raison. Il n’était rien, un raté, voilà tout.
— C’est vrai...
— Mais ne t’en fais pas, j’ai un nouveau projet. Il te rendra hommage. Ça s’appellera « Apocalypse ». Et ça parlera d’un auteur qui étendra les ombres sur son monde, qui noircira le ciel et l’émiettera de partout. Avec un peu de chance, son personnage se rebellera contre la fatalité et ils feront une bonne histoire, tous les deux. Qu’en penses-tu, John ?

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très courts
101

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un récit original duquel j'ai apprécié l'humour.
Je vous invite à aller visiter ma forêt d'Emeraude.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/larmee-des-ombres

·
Image de Rafiki
Rafiki · il y a
Belle faculté à jouer avec les mots. Le Big Boss nous rapelle que c'est l'auteur qui décide de tout et vous l'avez très bien matérialisé, au point de mêler les univers dans une nouvelle très réussie.
·
Image de Romane Endell
Romane Endell · il y a
Merci beaucoup, votre commentaire me fait très plaisir!
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Quelle bonne idée que de prendre cette crainte gauloise au pied de la lettre ! Avec un auteur capricieux qui malmène ses personnages cette "Apocalypse" m'a séduite par son originalité teintée d'une dose d'humour très agréable. Merci pour ce bon moment Romane, et à bientôt !
·
Image de Romane Endell
Romane Endell · il y a
Merci beaucoup!
·
Image de rachael
rachael · il y a
Vraiment original et drôle à la fois. Ah, la déchiqueteuse...
·
Image de Romane Endell
Romane Endell · il y a
Un très grand merci! :-)
·
Image de Sandra Malarme
Sandra Malarme · il y a
Brillante idée ! Je vous invite à passer sur éveillée :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/eveillee

·
Image de Mathilde de Lagausie
Mathilde de Lagausie · il y a
Brillante mise en abîme, humour teinté de noir... très subtile ! Bravo
·
Image de Romane Endell
Romane Endell · il y a
Merci beaucoup, contente que cette histoire t'ait plu! 😊
·
Image de Romane Endell
Romane Endell · il y a
Finissez vos histoires, soyez contents de vous: sauvez vos personnages du néant de la Déchiqueteuse... :-)
·
Image de Jenny Guillaume
Jenny Guillaume · il y a
Je vote pour l'idée que je trouve chouette et votre humour ! Quand même, j'avais bien aimé le début de l'histoire, l'auteur est dur avec John :))
·
Image de Romane Endell
Romane Endell · il y a
Merci beaucoup! Ahah, les auteurs sont des insatisfaits!
·
Image de Granydu57
Granydu57 · il y a
Une façon bien particulière, moderne surtout d'évoquer le monde de l'écriture et des écrivains.
Bonne chance à John et son auteur :-)), ainsi qu'à ce texte innovant.

·
Image de Romane Endell
Romane Endell · il y a
Un grand merci! :-)
·
Image de Angélique Guyot
Angélique Guyot · il y a
Excellent moment !!!
·
Image de Romane Endell
Romane Endell · il y a
Merci beaucoup!
·