4
min

Les hauteurs nourricières

525 lectures

154

Qualifié

La chose tomba des hauteurs, à grande vitesse. Nous n’en eûmes lors de sa descente qu’une vision fugace, indistincte, car elle était trop éloignée pour que les faisceaux lumineux de nos photophores en révèlent les détails. D’ailleurs, elle était énorme, impossible à embrasser d’un seul regard. L’instant suivant, elle heurta le sol avec force, envoyant des vibrations que je ressentis dans tout mon être. Xant me questionna :
— Qu’était-ce donc ?
— Je ne sais ! Allons voir !
Nous nous déplaçâmes en direction de l’impact. Les sédiments projetés par le choc formaient des volutes qui se développaient à chaque instant. L’objet échappait à présent à nos sens. Mes larges yeux écarquillés, j’augmentai en vain l’intensité du photophore niché sur ma carapace. Je ne distinguais rien au-delà des particules en suspension. Mais j’avais en mémoire l’image d’une forme obscure, allongée, lisse, couverte de superstructures, en chute rapide. J’imaginais qu’elle constituait une réserve de nourriture énorme, comme les hauteurs nous en envoyaient rarement, suffisante pour alimenter la tribu pendant une longue période... Le désir d’en apprendre plus me consumait, mais la raison me commandait d’attendre que les sédiments retombent avant de progresser. J’en fis part à Xant, un jeune mâle impatient, peu sensible aux conseils de la logique et de l’expérience, mais qui tolérait mon autorité. Il m’obéit et nous restâmes donc sur place. Un poisson mort depuis peu traînait sur le sol. Nous le partageâmes, dévorant chaque miette de ce cadeau des hauteurs. Le temps s’écoula, indéfini, alors que lentement les sédiments retombaient. Peu à peu, l’eau autour de nous retrouva une transparence acceptable et nous pûmes progresser.
La chose nous apparut incroyable, plus longue qu’une centaine d’entre nous, étroite et haute. Sa partie inférieure se révéla lisse, mais sa section supérieure s’avéra hérissée de structures de tous types : des pointes, des coquilles, des tubes... Nous n’avions jamais rien vu de semblable. L’eau aux alentours avait un goût étrange.
Xant, plus hardi ou plus imprudent, toucha de ses pinces la surface de l’être et m’annonça :
— C’est lisse et très dur.
Je le vérifiai à mon tour et j’acquiesçai. Nous faisions face à un matériau inconnu qui rappelait vaguement certaines roches polies. Pour en déterminer la consistance, j’essayai de la percer du foret prolongeant ma patte avant droite. Ce fut peine perdue. Je ne l’entamai même pas, et ressentis rapidement une douleur qui me força à interrompre ma tentative. Nous contournâmes l’objet, afin de découvrir un moyen d’y pénétrer, et y trouvâmes finalement une brèche béante quatre fois plus haute que nous et dont les particularités me stupéfièrent. Je m’interrogeai tout d’abord sur la puissance et la taille du prédateur capable de percer un tel trou dans un matériau aussi dur. Mais ce fut plus encore la géométrie des bords qui m’interpella. Ceux-ci étaient déchiquetés, et par endroits courbés vers l’extérieur, comme si la force qui avait causé cette perforation était en partie venue de l’intérieur de l’être. Alors que je réfléchissais aux implications de cette découverte, Xant avait progressé dans les profondeurs de l’objet et m’invita à l’y suivre. Les entrailles de la bête s’avérèrent complexes, principalement constituées du même type de matériau que son dehors, mais au bout de quelques moments, nous trouvâmes ce qui ressemblait à de la nourriture. C’était un être curieux, absolument pas taillé pour la nage ni pour un déplacement efficace sur le sol. Il était composé d’une sorte de noyau central d’où partaient quatre membres, ainsi que ce qui pouvait passer pour une tête munie de deux yeux de dimensions réduites et d’un orifice buccal. Xant arracha de sa pince un lambeau de cette chose et le porta à ses mandibules, pour le recracher l’instant d’après en s’exclamant :
— C’est infect, immangeable !
Je lui fis remarquer :
— Il y a deux couches. Tu as peut-être croqué une carapace empoisonnée. Essaye la partie sous-jacente !
Il suivit mon conseil et sembla s’en trouver mieux. Après un temps d’attente, voyant que mon compagnon se gavait sans inconvénient visible, je me servis à mon tour. La strate plus profonde se révéla bien comestible, même si son fumet ne se comparait à celui d’aucun poisson. C’était plus riche, plus gras... j’enfournai une seconde pincée. Pas mauvais... on s’y accoutumait. Cela m’évoqua la texture et la saveur de ces êtres différents des poissons, mais de forme similaire, et dont les hauteurs nous envoyaient de temps à autre les restes plus ou moins bien conservés.
Nous continuâmes notre progression dans les entrailles de la chose étrange, nous dirigeant vers son sommet, rencontrant sur notre parcours encore quelques-uns de ces cadavres exquis, et aboutîmes finalement dans une sorte d’enclos fermé de tous côtés. Je tentai de comprendre comment aller plus loin, et remarquai dans une paroi un dispositif semblable à ceux que nous avions observés en nous déplaçant dans les boyaux du monstre, mais qui étaient chaque fois ouverts. Je manipulai l’obstacle de mes pinces, et pressai à un moment sur un levier qui jaillissait de sa surface. Il pivota, et le panneau bougea, nous donnant accès à l’eau libre. Devant nous s’étendait un vaste espace plan, réalisé de longs rectangles d’un matériau différent de ceux que nous avions rencontrés jusqu’ici, alignés côte à côte. Nous parcourûmes l’endroit, trouvant d’autres corps plus ou moins abîmés, dont un carrément coupé en deux. De cette surface émergeaient des superstructures constituées de ce matériau dur et lisse que nous avions observé plus bas. L’une d’elles affectait la forme d’un parallélépipède aplati d’où surgissaient quatre tubes qui, pour une obscure raison, me semblèrent menaçants. Nous en avions assez vu. Il était temps pour nous de commencer notre voyage de retour et de communiquer notre découverte à la tribu pour qu’elle vienne se nourrir. Je grimpai maladroitement sur une sorte de muret et me laissai lentement tomber vers le sol. Xant me suivit.
Alors que nous nous éloignons, des questions me hantaient. Avions-nous trouvé une nouvelle espèce d’êtres animés, abritant en son sein d’autres animaux, opérants comme des symbiotes ? Ou avions-nous affaire à une tout autre réalité ? Cette chose, visiblement non comestible, pouvait-elle avoir été vivante ? Ou avait-elle été de tout temps inerte, comme un rocher ? Avait-elle été l’équivalent d’un massif peuplé de ces êtres étranges un peu plus petits que nous ? Mais elle s’avérait lourde, d’un poids incroyable au vu du nuage de sédiments qu’avait soulevé son impact ! Comment un tel objet pouvait-il flotter dans les eaux supérieures ? Je ressentis à nouveau notre ignorance des hauteurs nourricières et de ce qui s’y tramait. Nous dépendions totalement pour notre survie d’un monde que nous ne connaissions et ne comprenions pas.
Des milliers de mètres au-dessus de Xant et son compagnon, l’amiral Fletcher terminait son rapport : « Aujourd’hui, huit mai 1942, s’est terminé l’engagement commencé quatre jours plus tôt. Nous avons perdu un destroyer, un pétrolier et le porte-avions USS Lexington. L’ennemi a essuyé des pertes considérables et s’est retiré. Nous avons coulé le porte-avions Soho, et endommagé les porte-avions Shokaku et Zuikaku, réduisant par là les capacités offensives de l’adversaire qui devra renoncer à sa tentative d’invasion de l’Australie. »

PRIX

Image de Automne 19
154

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Un très beau récit de science-fiction, servit par une belle écriture ! Mes 4 voix pour vous et je m'abonne.
·
Image de Constantin Louvain
Constantin Louvain · il y a
Merci beaucoup, Felix, pour votre commentaire, vos voix et votre suivi.
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
une vue de l'intérieur, l'être humain n'est pas le seul à avoir de la ressource.
·
Image de Odile
Odile · il y a
J'allais me décourager, les images se formaient mentalement avec la lenteur d'une digestion humaine, quand la chute qui s'est annoncée un peu avant la fin du récit m'a raccrochée, je me suis ancrée et j'ai apprécié ces tréfonds nourris par les hauteurs (il vaut mieux y rester, au fond).
·
Image de Constantin Louvain
Constantin Louvain · il y a
Merci pour votre commentaire. Et, oui, je dois reconnaître que c'est en partie un texte alimentaire, d'où cette impression de digestion lente.
·
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Je me suis laissée guider par vos mots jusqu'à la chute .. et je suis tombée ( sans mal ...) sur une fin géniale... bravo pour cette aventure dont même le titre est intriguant !
·
Image de Constantin Louvain
Constantin Louvain · il y a
Merci pour votre visite et lecture. Tant qu'il n'y a pas de mal lors de la chute, tout va bien!
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Bien que n'étant pas fan de voyage dans l'inconnu je me suis plongé dans votre récit et ce avec plaisir, la fin est surprenante.
Mes voix et abonnement.

·
Image de Constantin Louvain
Constantin Louvain · il y a
Merci pour votre aimable commentaire, et content que la conclusion vous ait surpris.
·
Image de Farida Johnson
Farida Johnson · il y a
Excellent! On pense à des extraterrestres et un vaisseau spatial terrien eh bien non! La chute est parfaite! De plus votre style aisé et plein d'humour ajoute un plus au plaisir de la lecture.
·
Image de Constantin Louvain
Constantin Louvain · il y a
Merci. Je suis content que vous ayez apprécié.
·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
J'ai beaucoup apprécié votre texte, qui maintient en haleine jusqu'au bout. Je m'étais bien doutée que "la chose" était sans doute un objet humain... mais je n'avais pas du tout imaginé la chute. Excellent ! Toutes mes voix !
Si vous le voulez, un passage sur ma page où un "court et noir " est à découvrir ?

·
Image de Constantin Louvain
Constantin Louvain · il y a
Merci beaucoup pour vos commentaires et vos voix.
·
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
J'ai apprécié cette lecture. Bonne soirée
·
Image de Constantin Louvain
Constantin Louvain · il y a
Merci pour votre aimable commentaire. Bonne journée.
·
Image de Nelson Monge
Nelson Monge · il y a
Excellent scénario servi par l’écriture. Mes voix !
·
Image de Constantin Louvain
Constantin Louvain · il y a
Merci pour votre commentaire. Si vous le désirez, vous pouvez lire d'autres textes de ma plume sur mon site web: https://constantinlouvain.monsite-orange.fr/
·
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Je viens de découvrir votre site. Je vous invite sur : " Ils "
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/ils-7

·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
des ' aliens ' venus des profondeurs, belle idée, mes voix
en lice poésie Au bon ressort, si vous aimez

·
Image de Constantin Louvain
Constantin Louvain · il y a
Merci pour ce commentaire, et merci pour la boite à musique.
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème