Silence dans la forêt

il y a
1 min
8 213
lectures
70
Qualifié
Image de Hiver 2021
Ma sœur se moque toujours de moi. « Un dragon, ça se maquille pas ! » Je n’ai jamais compris en quoi ça lui posait problème. Moi j’aime les fleurs, le chant des oiseaux tôt le matin, et puis j’aime aussi boire du thé en dessinant. Mais je n’en suis pas moins un dragon, un qui crache du feu et qui dit des gros mots, un qui sent mauvais.
Le matin j’aime bien me promener dans la forêt, ça sent la nature et je fais parfois une petite sieste à l’ombre d’un grand chêne. Ce matin, il n’y avait pas un chat dans les bois, pas un renard ni un écureuil non plus d’ailleurs. J’ai juste aperçu la silhouette d’un lapin qui se faufilait dans son terrier. Ça commençait à devenir étrange ce silence, mais le plus étrange c’est quand le silence a été rompu par un cri, un horrible hurlement barbare à vous faire décoller les oreilles. Je n’étais qu’à moitié rassuré ; dragon ou pas, je suis plus à l’aise devant la cheminée avec un chocolat chaud et un bon bouquin que seul face à un monstre effrayant ! Une larme coulait déjà au coin de mon œil. J’ai pensé à ma sœur, ça lui aurait fait trop plaisir de me voir rentrer si vite et dans cet état alors j’ai ravalé mes larmes et je me suis approché à pas de loup, enfin à pas de dragon plutôt, c’est un peu moins discret. J’ai quand même réussi à m’approcher de la source de tout ce vacarme et là je me suis retrouvé nez à nez avec une princesse. Une petite rousse avec un ciré jaune et des bottes de pluie. Elle courait dans la boue en hurlant pour effrayer les oiseaux. J’ai tout de suite su que c’était une princesse, elle était tellement belle. Quand elle m’a vu, elle s’est arrêtée net et au bout de quelques secondes à me dévisager elle a éclaté de rire, d’un rire contagieux. Elle était encore plus belle, elle rayonnait. Je me suis mis à rire avec elle et puis on a parlé pendant des heures, comme si on se connaissait depuis toujours. J’ai sorti le plaid que j’ai toujours dans mon sac et je l’ai posé par terre pour m’asseoir – j’aime pas me salir les fesses – pendant qu’elle continuait de patauger dans la boue. On s’est promis de se retrouver demain matin.
Depuis que je suis rentré, je n’arrête pas de sourire. Ma sœur peut bien se moquer, maintenant je sais qu’on peut être comme on veut, il y aura toujours quelque part une princesse hurlante prête à nous rendre heureux.
70

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Une flèche décisive

Justine Roux

Le bras tendu, les épaules détendues, il se concentre sur sa cible. Pas de précipitation. Le tir à l'arc est un art délicat. Il se rappelle les paroles de son entraîneur : « Il faut que tu... [+]