Paysement

il y a
3 min
121
lectures
64 voix
En compétition

Franco-iranien, ici et labasque, mangeur de fromage, chercheur d'extraordinaire. www.keyvansayar.com  [+]

Image de 2020

Thème

Image de Très très court
Sohrab était arrivé à Grenoble un samedi, sans autre priorité calendaire que l'incessante insistance de sa sœur. Parvaneh habitait depuis sept ans cette ville qui avait suivi le cours de l'Isère jusqu'au pied du massif de la Chartreuse. Sept ans au 23 place aux herbes, troisième étage, porte de gauche, soit 25,9% de son existence sur terre et 77,7% de sa vie adulte. Sept ans au cours desquels elle avait vécu deux fois le grand amour et une dizaine de fois le petit. Sept ans de lente absorbtion par son cœur agité et son corps affairé de la tranquille immensité alpine.

Elle travaillait au musée de la ville où elle passait ses journées à expliquer aux visiteurs comment les Egyptiens préféraient leurs momies, dans quelle mesure la peinture néo-classique avait inspiré le mouvement nudiste ou pourquoi Matisse faisait une fixette sur les aubergines. Son frère, qui n'avait jamais aimé les lois, employait ses heures à les décortiquer pour éviter à des gens peu coupables de l'être davantage. Après maints stages, petits boulots et coups durs, il était devenu la jeune recrue pleine d'avenir d'un prestigieux cabinet d'avocats. Enfin jusqu'à l'accident. Depuis, tout avait disparu. On lui avait donné un an de salaire et une montre de collection en guise d'adieu. Un cadeau assez peu utile puisqu'il avait perdu la vue mais qu'il portait tout de même, par nostalgie.

Sohrab se cloîtra chez lui, vivant de pizzas quatre fromages et de musique électronique. Parvaneh pressa, pria, supplia: il devait venir à Grenoble, ils habiteraient ensemble, ils s'aideraient, ils seraient bien. Il avait cinq ans et elle deux quand leurs parents les avaient envoyés en France avec leur tante commencer une nouvelle vie, loin de la guerre Iran-Irak. Restés à Téhéran pour vendre leurs dernières affaires, leurs parents devaient les rejoindre deux semaines plus tard. Un missile tombé sur leur immeuble en avait décidé autrement.
Sohrab et Parvaneh avaient grandi en banlieue parisienne. Elle jalousait les souvenirs iraniens de son frère. Il n'avait pas vécu très longtemps là-bas mais suffisamment pour garder en lui quelques traces. Elle adorait l'interroger et il détestait répondre, réalisant à chaque fois qu'il avait tout oublié, même la langue.

Sohrab cherchait à tâtons la sortie de son wagon. Une passagère se leva et le prit par le bras. "Nous sommes presque à Grenoble, monsieur". Il la remercia entre ses dents et avança lentement jusqu'à la porte. Il ne s'habituait pas à ce que des inconnus surgissent, le touchent, lui parlent. Il refusait qu'on l'aide sans qu'il l'ait demandé, que l'on préjuge qu'il ne pouvait pas se débrouiller. Pourtant deux mois de confinement après l'accident n'avaient pas facilité son adaptation. Il avait vigoureusement rejeté le programme de rééducation proposé par l'hôpital, systématiquement refusé les visites des amis, acceptant uniquement les livraisons de pizza et les appels de sa sœur. Seule Parvaneh parvenait à lui parler. Et le persuader. Pour la première fois depuis sept ans il faisait aujourd'hui le trajet Paris-Grenoble, jusqu'ici toujours reporté en raison d'urgences professionnelles. A peine sorti de son immeuble, sentant le monde bruisser autour de lui, il avait voulu remonter dans son appartement et s'enfermer à double tour, seulement son taxi avait klaxonné, le chauffeur l'avait emmené à la gare puis même accompagné jusqu'à son wagon.

A l'arrivée, sur le quai, Parvaneh l'attendait, fébrile. Elle le vit descendre prudemment, s'approcha, l'appela, prit sa valise, le serra dans ses bras. Il ne parvint pas à retenir ses larmes. Elle glissa son bras sous le sien et l'emmena jusqu'à l'arrêt du tramway. Sohrab sentait l'air frais de février lui mordiller les oreilles. Il découvrait la ville à travers ses sons: les conversations enthousiastes du hall de la gare, une déclaration d'amour à la grammaire impeccable mais aux effets limités, puis, sur le parvis, les sonnettes des vélos et les rires d'adolescents se racontant le "truc de dingue" qui venait d'arriver à Iris. Il avançait doucement car il ne voyait pas mais aussi parce que ses côtes lui faisaient encore mal. L'accident de voiture dont il refusait de parler avait laissé ses marques.

Dans le tram, il entendait s'enchevêtrer les conversations des passagers tandis que la main de sa sœur s'imbriquait dans la sienne. La rame serpentait dans le centre-ville, une voix annonçait les stations: Alsace-Lorraine, Gambetta, Victor Hugo, Hubert Dubedout, Sainte Claire - Les Halles. "C'est ici" glissa Parvaneh. Elle traversa avec lui de petites rues animées jusqu'au marché à côté duquel elle vivait. Sohrab touchait les murs lisses de pierre froide, écoutait tous les bruits, les souffles, les mouvements et avait l'impression de sentir petit à petit la ville prendre forme. Sa valise à peine posée, il demanda à sa sœur de lui faire visiter Grenoble. Elle l'emmena jusqu'au paisible jardin de ville, en passant devant les cafés de la place Saint-André. Ils s'assirent en silence. Elle ne savait pas quoi dire. Lui semblait absorbé. Il pointa l'index vers un bâtiment qui jouxtait le parc, demandant ce qu'il y avait là. "Ce sont les bulles, le téléphérique qui va au fort de la Bastille, sur le massif de la Chartreuse". Ils montèrent. La cabine oscillait doucement en même temps qu'elle avançait. Sohrab qui avait toujours eu le vertige sentait l'altitude mais plus la peur et se mit à rire. Parvaneh aussi.

Arrivé en haut il lui demanda ce qu'elle voyait. "D'abord la ville qui s'étend, de pâté de maison en pâté de maison, traversée par de longues artères, puis, tout autour, des montagnes, brunes au début, blanches ensuite, immenses, couvertes de neige, comme si nous étions ici juste au milieu du monde". Sohrab sourit. Il songeait à un de ses seuls souvenirs de Téhéran: la télécabine de Tochal d'où il avait découvert une mer urbaine cerclée de monts blancs.
"Alors, tu vas rester un peu ici avec moi ?" demanda-t-elle, anxieuse. "Ça dépend. Comment sont les pizzas ?"

En compétition

64 voix

Un petit mot pour l'auteur ? 30 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
Une découverte sympathique avec des personnages sympathiques!
Un bel paysement!
Le passage emphasé par Paul Jomon dans son commentaire me plaît bien.
Bravo et bonne continuation.

Image de Keyvan Sayar
Keyvan Sayar · il y a
Un grand merci, j'ai aussi eu beaucoup de plaisir à lire votre nouvelle 🙂
Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
De rien.
J'en suis ravie.

Image de Paul Jomon
Paul Jomon · il y a
Entre évocation de tragédies et un passage fort drôle :
"Elle travaillait au musée de la ville où elle passait ses journées à expliquer aux visiteurs comment les Egyptiens préféraient leurs momies, dans quelle mesure la peinture néo-classique avait inspiré le mouvement nudiste ou pourquoi Matisse faisait une fixette sur les aubergines." (très bon)
ce sont des retrouvailles délicates, un réapprivoisement de la mémoire qui laissent une fin ouverte.

Image de Keyvan Sayar
Keyvan Sayar · il y a
Merci beaucoup.
Image de Gilbert PILLE
Gilbert PILLE · il y a
un texte un peu fou, comme je les aime !
Image de Keyvan Sayar
Keyvan Sayar · il y a
Merci pour ce commentaire. La vie est un peu folle elle aussi, et c'est comme ça que je l'aime. :-)
Image de Houda Belabd
Houda Belabd · il y a
La beauté de ce dépaysement n'a d'égale que celle de votre plume!
Je vous invite, si le cœur vous en dit, à lire mon poème dédié aux bars de Santa Maria l'andalouse, ici:
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/a-santa-maria
Merci

Image de Keyvan Sayar
Keyvan Sayar · il y a
Merci pour ce très gentil message. J'ai beaucoup aimé votre poème que je recommande vivement à tous ceux qui liront ce message !
Image de De margotin
De margotin · il y a
Mes voix à vous.

Je vous invite à découvrir mon nouveau recueil de poèmes en lice au grand prix du manuscrit 2020.
veuillez cliquer sur ce lien http://www.lajourneedumanuscrit.com/Stigmates
Pour lire l'extrait et sur j'aime pour connecter, puis sur j'aime à nouveau si vous voulez le soutenir au grand prix de la journée du manuscrit. Merci beaucoup
Salutations chaleureuses

NB: veuillez connecter Disqus au bas de la page si vous voulez laisser un commentaire.

Image de Keyvan Sayar
Keyvan Sayar · il y a
Merci, j’irai vous lire avec plaisir
Image de De margotin
De margotin · il y a
Merci beaucoup
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Belle écriture pour camper deux personnages sympathiques. J'aime beaucoup la découverte de Grenoble par Sohrab : les bruits du tram puis la description de sa sœur qui fait remonter en lui de doux souvenirs.
Bravo pour le petit clin d’œil final ! :)

Image de Keyvan Sayar
Keyvan Sayar · il y a
Merci pour ce gentil message !
Image de françois garcia
françois garcia · il y a
Auteur talentueux qui arrive toujours à nous faire voyager à travers ses mots! Un texte humble, beau, touchant! Merci Keyvan pour cette virée littéraire ;)
Image de Keyvan Sayar
Keyvan Sayar · il y a
Merci pour ce commentaire qui me touche beaucoup.
Image de Tnomreg Germont
Tnomreg Germont · il y a
J'adore les pizzas de Grenoble et alentours...mes 5 voix Monsieur
Image de Keyvan Sayar
Keyvan Sayar · il y a
Un grand merci!
Image de Gael Astet
Gael Astet · il y a
Un texte dense, riche. Un vrai talent d'écriture.
Image de Keyvan Sayar
Keyvan Sayar · il y a
Merci pour vos mots.
Image de Vinvin Vinvin
Vinvin Vinvin · il y a
Pas de garantie pour ce qui est de la qualité des pizza mais ça me donne envie de visiter Grenoble.
Image de Keyvan Sayar
Keyvan Sayar · il y a
Un grand merci ! Pour les pizzas justement il y a le Quai Perrière.