Le contrat d'édition

il y a
2 min
1 128
lectures
733
Finaliste
Public
Image de Automne 2018
— Monsieur Gerbaud, votre dernier livre a suscité un grand intérêt au sein de notre maison d'édition.
— J'en suis ravi, monsieur l'éditeur, croyez bien que...
— Aussi nous avons décidé de le publier...
— Je ne saurais comment... C'est... C'est... formidable, comme je suis heureux, vous ne pouvez pas savoir !
— Bien sûr, vous n'ignorez pas non plus les difficultés que connaît le secteur...
— Euh, ben non... Les difficultés...
— Et puis, vous savez, publier un livre comme autrefois, c'est totalement dépassé, totalement !
— Ah ? Et comment publie t-on de nos jours ? Voyez-vous, j'habite à la campagne, il se peut que certaines subtilités m'aient...
— Monsieur Gerbaud, aujourd'hui les gens ne lisent plus, les gens zappent, les gens n'ont plus le temps d'aller en librairie, il faut donc que nous, éditeurs, allions à leur rencontre !
— Bon, et du coup... pour mon livre ?
— Et bien, c'est très simple. Oubliez le papier, tout ça est terminé, enfin quoique...
— Quoique ?
— Nous avons un partenariat avec la maison Lotus ; ils sont ravis des retombées, extrêmement positives...
— Lotus ? La formule 1 ?
— Non le papier toilette, le papier cul si vous préférez, d'où mon : « quoique ». Papier... Oui mais non... ha, ha, ha ! suis-je drôle. Bon cessons de rire, tout ça est très sérieux.
— Mon roman sera publié chez Lotus ?
— Non, enfin monsieur Gerbaud, ne faites pas semblant... Pas « chez » Lotus mais « sur » Lotus.
— ...
— Comprenez... Vous êtes au petit coin, vous attendez tranquillement... Et là toutes les études le démontrent : par un effet qu'on ne s'explique pas, vous vient une irrésistible envie de lire. C'est prouvé ! Alors vous prenez n'importe quoi, un vieux Gala, un Paris-Match qui traîne... OK ? Mais si on vous propose, à cet instant précis, de la bonne littérature imprimée sur un rouleau de papier-cul... Hein ? Ha, ha, pas bête hein ?
— Et du coup...
— Et bien du coup, votre roman Constipation...
— Euh non, le titre c'est Conspiration avec en sous-titre « Révélation sur les mystérieux cabinets noirs ». C'est une forme romancée de mon expérience...
— Oui, je sais, je sais... Monsieur Gerbaud, le sous-titre est parfait nous allons juste changer le titre... Croyez-moi, ça va faire un tabac, nous allons inonder le marché avec votre bouquin !
— Je dois dire que c'est troublant... Troublant mais si tentant... J'imaginais, je dois le dire, tout autre chose, mais là c'est tentant... Et vous n'en sortiriez pas quand même quelques petits exemplaires ? Sous une forme plus... Enfin... un livre quoi... tout petit... Allez, une petite dizaine...
L'éditeur se lève, tout sourire, fait le tour de son bureau et prend Gerbaud par le bras.
— Allons, allons Gerbaud, laissez-donc ça aux ringards, nous sommes l'avenir, nous sommes l'édition du futur !
— Si vous le dites... Et question droits...
— Gerbaud, Gerbaud, mon garçon, venez, prenons un café... Je vais vous expliquer comment tout cela fonctionne. Dans ce domaine également nous avons innové et croyez-moi, vous ne serez pas perdant !
— Ben, avant je ne gagnais rien, on me refusait de partout... alors forcément...
Sourire carnassier de l’éditeur.
— Et ben voilà, vous voyez mon petit Gerbaud, on va bien s'entendre tous les deux ! Du sucre dans votre café ?

733

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,