1
min

Grâce

Image de Emma Bru

Emma Bru

303 lectures

94

Je m’étais réveillée tard, après une nuit particulièrement liquide et sonore. Nuit au cours de laquelle j’avais tenté de calmer l’angoisse qui m’étreignait alors. J’en ressortais guère mieux portante que la veille : la même envie de demeurer repliée sur moi-même, de couper le fil de notre marche vaine. En somme, de crever sous mon drap.

Pourtant, poussée par un mal de crâne tenace, je me fis violence et sortis faire quelques pas du côté du petit canal dont j’appréciais la paisible atmosphère. Après finalement une bonne heure de marche, je décidai d’entrer dans une taverne du quartier.

Je m’étais assise dans un coin sombre de la salle, de façon à ne pas être dérangée. Pourtant, alors que mon attention se noyait peu à peu dans la mousse de ma pression, je sentis un regard peser sur moi. M’attendant à découvrir le visage d’un pénible de service auquel j’étais tout disposée à manifester mon hostilité, je fus au contraire happée par un regard d’une douceur infinie. Un homme me fixait, semblant apprécier les traits de mon visage avec la minutie d’un sculpteur de marbre. Dans ses yeux, dans l’inflexion tendre de son sourire, j’ai tout vu passer : la bienveillance, la considération, l’envie de soutenir et d’apaiser le mouvement chaotique de ma respiration. Comme s’il voyait en moi ce que j’avais encore du mal à discerner : une capacité à se relever, à résister à l’aspiration du vide pour tenter d’exister. Sortir de moi et affronter la noirceur de mon humeur. Écrire ma partition avant de me trouver réellement à bout de souffle. J’ai senti me traverser la force de ce regard confiant et aimant. Tandis que je restais immobile, l’homme s’est levé, est passé tout près de ma table et m’a souri une dernière fois.

Vingt ans plus tard : de retour pour quelques jours dans ma ville natale, je passe près du petit canal et pénètre dans la même taverne. Assise au centre de la pièce, je porte mon attention autour de moi. Je vois un jeune homme ployé sur sa table. Et je le regarde...

PRIX

Image de 2016

Thèmes

Image de Lever de bonheur
94

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Thara
Thara · il y a
Un retour des choses, si on peut l'appeler ainsi !
·
Image de Arnaud Dupin
Arnaud Dupin · il y a
A mon tour d'avoir bien aimé le thème et son écriture (avec un "pourtant" de trop à mon sens, si je peux me permettre). Et, bien sûr aussi, l'ambiance...
·
Image de Emma Bru
Emma Bru · il y a
Merci.
·
Image de Lut
Lut · il y a
Vraie prouesse que celle d'écrire l'impalpable de la grâce, de convier le lecteur au retour de l'insaisissable, de décrire le mouvement intime de l'intérieur vers l'antérieur et le passage de ce qui ne passe pas par un inespéré dépassement de soi malgré tout, grâce à une sorte de mémoire du devenir. Bravo !
·
Image de Emma Bru
Emma Bru · il y a
Un grand merci Lut pour ces mots et cette finesse d'analyse !
·
Image de Marie
Marie · il y a
Belle interprétation du thème !
·
Image de Emma Bru
Emma Bru · il y a
Merci à vous Marie.
·
Image de Cathy Marie
Cathy Marie · il y a
J'aime l'ambiance sombre du debut et l'idee qu'un etre humain puisse encore prendre le temps de l"observation de l'autre dans sa beaute singuliere.
·
Image de Chantal Ortillez
Chantal Ortillez · il y a
Ce que j'aime en fait ce n'est pas la chute car on peut s'y attendre mais c'est le
Changement de rythme des phrases les participes passés le pourtant, qui revient deux fois le côté fermé qui à la fin du texte montre qu'une libération a eu lieu s'ouvrir aux autres au centre de la pièce dans la lumière et prête à donner.

·
Image de Emma Bru
Emma Bru · il y a
Merci pour ce regard Chantal.
·
Image de Philippe Clavel
Philippe Clavel · il y a
J'imagine que 20 ans plus tard, la narratrice assise au bistrot porte sur son jeune voisin unr egard et un sourire pleins de bienveillance, de considération, d’envie de soutenir et d’apaiser
·
Image de Emma Bru
Emma Bru · il y a
Vous imaginez bien :-)
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Comme une boucle bouclée et la transmission d'un héritage libérateur.
(et si tu le souhaites, tu peux me retrouver dans les paysages isèrois ☺☺☺ http://short-edition.com/oeuvre/poetik/d-isere-a-aujourd-hui)

·
Image de Sibipa
Sibipa · il y a
La grande force de ce texte est le souffle de vie qu'il insuffle et la capacité de l'auteur par cette chute superbe de faire passer le flambeau. Tout est dit, il ne faut surtout pas développer ce petit texte.
·
Image de Emma Bru
Emma Bru · il y a
Merci à vous pour ces mots Sibipa !
·
Image de Pierre Lieutaud
Pierre Lieutaud · il y a
Délectation morose et mélancolie...Je vote...Mais je trouve le texte un peu court et le retour vingt ans après arrive un peu comme un cheveu sur la soupe, même s'il s'agit de rêve
·
Image de Emma Bru
Emma Bru · il y a
Merci Diorite pour votre vote et votre commentaire. A propos de celui-ci, deux choses. Concernant le format court du texte, cela était inclus dans la proposition du texte puisqu'il devait faire moins de 2500 signes. Mais quand bien même, cette chute qui vous paraît abrupte est totalement voulue. En effet, il ne s'agissait pas de "raconter" ce qui avait pu se produire dans l'intervalle ou de chercher une transition. Il s'agissait juste pour moi de faire comprendre en quelques mots "Vingt ans plus tard" que cette personne s'était bel et bien relevée pour exister et qu'elle était en mesure de porter le même type de regard sur un autre en proie à une détresse similaire.
·