Flexibilité administrative

il y a
1 min
594
lectures
82
Lauréat
Jury
Recommandé

Originaire de Champagne, l'auteur cherche patiemment le secret d'une prose qui pétillerait, mais sans soûler outre mesure. Cultivant le genre de la nouvelle, qui lui apparaît à cet égard comme un  [+]

Image de 2016
Image de Bordel ambiant
Pour des avances, c’étaient des avances ! Il n’aurait jamais imaginé ça d’elle. Quand elle le convoquait dans son bureau, en temps normal, c’était pour lui adresser des reproches ou lui donner des ordres secs et cassants. Le plus souvent sans lever les yeux de son organiseur. Mais cette fois-ci (sur un ton certes un peu rude) : « Je veux un rapport lundi matin, à la première heure ». Il n’en croyait pas ses oreilles. Pour justifier l’entretien, elle avait prétexté une simplification abusive de la procédure, dont elle accusait Jean-Mi. Une faute réellement inacceptable, pour elle.
Dans l’ensemble, elle n’appréciait guère leur façon de travailler plus flexible, leur indépendance d’esprit face aux règlements tordus, les petites ratures, sur les documents, les feuilles mal classées, ou mal agrafées, ou pas numérotées, bref toutes ces petites touches de fantaisie qui confèrent un peu d’humanité aux papiers officiels. Une fois, elle avait été jusqu’à lui coller un avis défavorable dans son dossier administratif pour un bordereau manquant.
Lorsqu’elle entrait dans leur bureau, le matin, elle était toujours hautaine et froide. Lui, pourtant, c’était le moment qu’il préférait. C’était le seul moment – ensuite elle se cloîtrait avec sa paperasse et son cher règlement – où il voyait apparaître ses jambes, auxquelles il n’y avait strictement rien à redire. Au lieu de lui remettre les dossiers en mains propres, elle se tournait et se penchait pour les placer dans les trieurs. Il se penchait alors un peu aussi, tout comme Jean-Mi, et, faute de goûter sa personnalité psychorigide, commençait sa journée de travail par un examen minutieux de ses formes souples. « Je veux un rapport lundi matin à la première heure. Sur mon bureau, avait-elle surenchéri ». Il avait beau ne pas être collet monté, c’était quand même direct. Franchement, pour quelqu’un qui n’aimait pas simplifier la procédure...
Du coup il hésita tout le week-end sur la démarche à suivre. Il pouvait tout à fait se froisser et faire remonter une plainte pour harcèlement sexuel. C’était une possibilité. Encore une tonne de formalités à remplir, surtout. S’il avait choisi le service public, lui, c’était d’abord pour le contact humain.
Finalement, arrivé au dimanche soir, sa décision était prise. Il donnerait satisfaction à sa hiérarchie. Et le lundi matin, sentant bien qu’il allait vivre un moment d’une rare intensité, c’est rasé, blanchi et tout parfumé qu’il se présenta au bureau.

Recommandé
82

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Dans la matrice

Mousa Mais

Réception. Gauche, droite, gauche. Passe. Replacement à l'opposé. Le ballon fuse, sans jamais toucher le sol. On n'entend que le bruit des pas, le claquement du ballon lorsque les joueuses... [+]